Les Enfants du Servette


Les légendes du SFC : hommage à René Schneider, décédé à l’âge de 74 ans. by Germinal Walaschek
11 octobre 2011, 02:05
Filed under: Chroniques partenaires, Les légendes du SFC...

Les spectateurs présents à Lausanne pour le dernier derby lémanique ont observé une minute de silence à la mémoire de René Schneider. C’est précisément dans les deux clubs lémaniques que René Schneider a évolué en tant que gardien dans les années 1950/1960.

Deux fois champion !

Schneider a été deux fois champion suisse avec Servette et a perdu une finale de Coupe avec Lausanne. Par contre, contrairement aux informations diffusées dans la presse, il n’a pas perdu de finale de Coupe avec Servette puisque lors du match contre Granges en 1959, il n’était pas encore grenat et que c’est Stuber qui était le portier servettien. Nous vous proposons une petite évocation de sa biographie et de sa carrière en guise d’hommage.

Avant de se consacrer totalement au football, le Vaudois René Schneider avait pratiqué plusieurs sports au cours de sa jeunesse. Il a entre autres gardé les buts des clubs de hockey Blue Star Lausanne et Lausanne HC. Il a même été aligné en équipe nationale junior. C’est à ces débuts de hockeyeur qu’il doit sans doutes ses bons réflexes de gardien de football. En 1957, il a perdu la finale de la Coupe de Suisse contre La Chaux-de-Fonds en tant que gardien de Lausanne-Sports. A son arrivée à Servette en 1959, l’entraîneur Jean Snella, déjà trois fois champion de France avec Saint-Etienne, reçoit la mission de bâtir une équipe pour jouer le titre. Une de ses premières initiatives à la tête des Grenats est l’engagement de René Schneider au poste de numéro 1, son remplaçant est alors le jeune Jacques Barlie. Bien qu’encore en rodage, Servette prend un bon début en championnat. Dans ses cages, Schneider est souverain. En octobre 1959, il est appelé pour la première fois en équipe de Suisse. Ses débuts sous le maillot à croix blanche sont toutefois une grosse frustration : la Suisse est déclassée 0:8 en Hongrie. Barré par Charly Elsener, Schneider ne jouera que trois autres fois pour la Suisse. Sa première saison servettienne n’a pas été un plein succès : il s’est cassé un doigt et l’équipe n’a fini que septième. L’année suivante par contre, Servette devient brillamment champion. A quatre rondes de la fin, René Schneider peut déjà brandir le trophée champion. Le « blondinet » Schneider, souple et vif, n’a concédé que 29 buts en 26 parties. En Coupe des Champions, Schneider prend ensuite part à la qualification contre Hibernians Malte puis à l’élimination haletante contre Dukla Prague. Cette même saison, Servette est à nouveau champion suisse avec Schneider dans les buts. Avec sa défense, il a formé l’assise nécessaire à la domination servetienne en championnat. Lors des 26 matchs, il ne concède à nouveau qu’un nombre minimal de buts, -30 -, et réussit dix blanchissages. Lors de la Coupe d’Europe de Ia saison suivante, Servette tombe certes face à Feyenoord Rotterdam mais les Bataves ne l’emportent que lors des prolongations du match d’appui. La responsabilité de Schneider est engagée. Au cours des années suivantes, la grande équipe qui évoluait devant Schneider se disloque peu à peu pour diverses raisons. Servette n’est plus à la hauteur de ses ambitions. Jean Snella est remplacé par Lucien Leduc. C’est également une période difficile pour Schneider. Il perd un moment son poste de titulaire au profit du jeune Farner. A la fin de la saison 63/64, il est remercié, ainsi que trois autres joueurs, par simple courrier. Il regagne le Lausanne-Sports et mettra un terme  à sa carrière trois ans plus tard. L’ancien portier de la Nati s’est éteint en septembre 2011 à Sierre.

Jacky Pasteur et Germinal Walaschek

www.super-servette.ch – Seulement le Servette!


1 commentaire so far
Laisser un commentaire

[...] passé à la moulinette le FC Sion pour les débuts valaisans en LNA. Il pouvait compter sur la solidité de son gardien René Schneider. Le club était alors véritablement multisports : footeux et hockeyeurs croisaient la crosse pour [...]

J'aime

Ping par Super-Servette et les Enfants du Servette : les noces de coton ! « Les Enfants du Servette




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 199 autres abonnés

%d bloggers like this: