Le petit et le grand Servette illustrés

Article intéressant paru aujourd’hui dans le magazine illustré homonyme (*). Malgré le titre et les photos peu en phase avec le fond et la conclusion de son article, le journaliste Laurent Favre n’est pas tombé dans le piège, pourtant facile et souvent emprunté par ses confrères, de la béatification du GSHC et du dénigrement du SFC.

Photo : EDS

Une introduction tellement vraie

« Pour tout «G’nevois» qui se respecte, les choses sont claires: il y a LE Servette, le club de football, et Genève-Servette, le club de hockey sur glace. »

Rien à ajouter, votre éminence !

Photo : site officiel du SFC

Comparaison n’est pas raison

L’article fait un bonne comparaison entre les deux clubs, non seulement sur la situation actuelle, mais aussi sur le passé. Le journaliste y rappelle en particulier les nombreux titres gagnés par le SFC et son histoire riche en rebondissements. Même si les chiffres actuels donnent l’avantage au GSHC, il est expliqué le très bon match effectué par le SFC contre les bourdons nyonnais et la bonne affluence (un peu moins de 4’000) à la Praille samedi soir.

Photo : EDS

Critique

Tout au plus peut-on regretter que l’image choisie pour représenter le SFC donne sur une Tribune désespérément vide. Il existait cependant des clichés autrement plus avantageux pour le SFC.

Photo : EDS

Mais le but de la démarche étant de montrer le destin opposé des deux clubs, il aurait été trop utopique de s’attendre à l’absence de tout caricaturisme (ben oui, ça fait vendre et lire…), tant dans les images que dans le titre de l’article. Dommage, car quand on lit l’article et les nombreux témoignages, tout n’y est pas aussi tranché.

Photo : EDS

Le pied de nez aux opportunistes

Certains apprécieront certainement l’allusion à l’opportunisme d’anciens pseudo supporters grenats (servettiens, donc) qui en prennent (un peu) pour leur grade. Petit bémol pour les Rapp et Lorenzi, que l’on a quand-même parfois vu du côté de la Praille. Quant à eux, les Rosset et Lüscher font ce qu’ils veulent, c’est certain. C’est claire que CL n’a plus aucune voix à gagner dans les travées de la Praille. C’est clair que Rosset ne peut plus clamer dans les journaux son envie irréfragable de bouffer le FC Sion. Leur comportement ne fait que démontrer l’hypocrisie de certains qui se proclamaient « vrais Servettiens ».

Ainsi, on osera  simplement espérer que le SFC ne déroulera pas le tapis rouge , quand tout lui sourira de nouveau, aux opportunistes et à leur instinct grégaire, au détriment de la fidélité et de l’amour du maillot.

Pont, Visentini (!) et…Mc Sorley (!!!) défenseurs du SFC

« Alors, la Cité de Calvin est-elle devenue celle du patin? La plupart des gens que nous avons rencontrés la semaine dernière n’y croient pas. Le hockey plaît, c’est sûr, mais Servette reste Servette« .

Je dois avouer que j’ai eu un début d’érection en lisant ce passage ! A croire que Laurent Favre a entendu mes incantations nocturnes ! En tous les cas, Mc Sorley a bien compris l’avantage de collaborer avec le SFC, plutôt que de s’en faire un ennemi. On apprend notamment qu’il est allé rencontré Magic Pishyar en personne !

Ce dernier l’admet sans détours : «C’est vrai, ils ont voulu nous voir. J’ai senti qu’ils craignaient notre projet… Le hockey a pris la première place parce que le football a disparu de Genève pendant cinq ans. Pour le moment, nous sommes comme un patient qui reprend des forces après une très grave maladie. Il y a 3000 à 4000 spectateurs par match, l’intérêt revient. Nous avons besoin du soutien et de la participation de chaque supporter. Mais, bientôt, il y aura ici une chaude ambiance et le public accourra sans qu’on le lui demande».

Photo : EDS

Pour Daniel Visentini, chef des sports de La Tribune de Genève et journaliste attribué au SFC, les choses sont limpides, même si on ne l’a pas toujours ressenti dans ses articles, trop peu nombreux et souvent très (trop) critiques : «Pour nous, même en première ligue, il y avait Servette et les autres clubs. Ceux-ci nous l’ont d’ailleurs reproché, mais les panels lecteurs nous ont donné raison».

Le lièvre et la tortue

« Le lièvre Servette FC va bientôt se réveiller, mais il y a longtemps que la tortue Genève-Servette avance d’un bon pas. Sans faiblir. »

Photo : EDS

Même si le lièvre SFC pourrait rattrapper dans un avenir proche la tortue GSHC, pour reprendre les expressions utilisées par le journaliste, la question n’est pas tant de savoir si GSHC fera plus ou moins vibrer les Genevois que le SFC. Non. Ce que tous attendent, c’est un grand Servette. C’est un stade qui s’enflamme régulièrement. Punkt Schluss ! Et Magic l’a bien compris…

Photo : EDS

Par le Prince Igor

 

 (*) L’article est consultable en son entier sur : http://www.illustre.ch/geneve_delaisse_le_et_vibre_pour_le_hockey_44393_.html

 

Une réflexion sur « Le petit et le grand Servette illustrés »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :