Les Enfants du Servette


Il est temps de lancer les guerriers! by Julian Karembeu
16 novembre 2010, 11:35
Filed under: Parlons Servette

Défaite à Wintethour, défaite à Schaffhouse, presque défaite à Aarau et défaite humiliante à Chiasso. Si la messe n’est pas encore dite, elle est mal emmanchée!

La tête dans le sac?

Quand les terrains sont beaux et que la pelouse ressemble à un green de golf, que les rayons du soleil illuminent notre jeu léché, on se dit que tout va pour le mieux. Servette joue bien, très bien même et écrase la concurrence de sa classe. Mais voilà, cela ne devait pas durer. La faute à pas de chance? Non pas vraiment. La faute à la météo, aux saisons, et à un manque certain de gnak et de jugeote.

Comme le disait Carlos Alves hier sur notre site, les conditions n’étaient pas idéales à Chiasso pour que le Servette puisse exprimer tout son potentiel. Ce qui me chagrine, c’est que les conditions de jeu étaient connues dès le départ : temps dégueulasse et pelouse digne d’un champ de patate. Alors pourquoi donc s’évertuer à jouer de la même manière que lorsqu’il fait 25°C et que le soleil baigne nos corps enlacés (je parle des supporters…)? Les conditions ne sont plus les mêmes, elles ne sont pas favorables au jeu au sol et en mouvement du SFC. Et que change-t-on? Rien ou si peu…

Un vaut mieux que trois tu l’auras…

João Alves a bien tenté de renforcer le milieu du terrain en alignant trois demi-défensifs, mais il semble que cette tactique ne porte pas ses fruits. Cela me rappelle un des premiers match d’Alves à la tête du Servette au Lachen de Thoune. Les bernois s’étaient cassés les dents sur le double rideaux défensifs (4-5-1) mis en place par Alves. Servette avait joué ultra-défensif, attendant son adversaire à l’orée des 16 mètres. Et on avait ramené un point…

Il est temps maintenant de s’adapter à ces conditions. De défendre pour ramener quelque chose plutôt que de jouer et rentrer bredouille. Les conditions n’avantagent pas le jeu grenat? Pas grave, utilisons les joueurs les plus à même de s’y adapter! Les suisses allemands ont été recruté cet été pour renforcer physiquement le groupe. Et mon petit doigt me dit que quand il faut aller se battre sur des terrains pourris, par un temps de chien et dans des conditions d’apocalypse, nos joyeux « schwizerdütsch » feraient plus l’affaire que nos gentils romands…

Sortir le bleu de travail…

Plutôt que de jouer à la retirette, autant jouer la carotte! Car il vaut mieux être dominé mais résister et ramener un point que d’essayer de faire le jeu et se la prendre en contre comme des bleus! Au staff servettien de trouver les solutions pour retrouver des couleurs à l’extérieur, et faire des points. Et aux joueurs de sortir le bleu de travail…

Julian Karembeu


4 commentaires so far
Laisser un commentaire

Amen

J'aime

Commentaire par NF

+1 comme on dit

J'aime

Commentaire par Kara

Même lorsque la pelouse ressemble à un green de golf (La Praille), je n’ai pas eu l’impression d’avoir vu Servette écraser la concurrence (cf Locarno et Yverdon…). Cette fameuse méthode Coué qui ressort lorsque Tibert Pont annonce au dimanche sport que le Servette va « très bien »…

J'aime

Commentaire par Alain

J’ai toujours dit que la promotion ce jouerai dans les bourbiers alémanique cet automne et à la sortie de l’hiver. Je m’excuse d’avoir oublié le Tessin.

J'aime

Commentaire par léo




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.



%d blogueurs aiment cette page :