Majid FISHyar: « Un jour les fans me remercieront! J’en suis persuadé » (Edité)

Servette vit vraiment une ère nouvelle. Alors que le Président Pishyar avait renié les EdS pour ne pas avoir respecté son interdiction de critiquer le club, il a accepté de recevoir Obradovic dans un salon privé de la 42ème rue à Manhattan. Interview exclusive sur les EdS.

Merci à tous d’avoir commenté avec sincérité et parfois un peu de naïveté pour ce poisson d’avril mais le barbu a toujours su nous rouler dans la farine!!!!

EDS : La première question qui nous vient à l’esprit, M. Pishyar, est comment avez-vous vécu les évènements terribles qui ont secoué votre désormais ex-club ?

MP : Ex-club? Mais vous semblez oublier que je suis le Président d’honneur. Je ne suis plus actif au quotidien mais j’ai un rôle encore important pour l’image du club qui m’est très cher. Avec Servette, nous avons vécu beaucoup de bons moments ensemble, et ça je ne l’oublierai jamais. Tout comme se doit de le faire Genève d’ailleurs. Un jour les fans me remercieront! J’en suis persuadé!

EdS : Mais Monsieur Pishyar. Parlons franchement! Qu’est-ce qui vous a poussé à laisser sombrer le club dans l’abîme ?

MP : Tout d’abord je tiens à clarifier certains points. Je n’ai jamais laissé sombrer le club dans l’abîme. Celui qui payait les factures, c’était moi. Celui qui payait les joueurs, c’était moi. Celui qui permettait aux genevois de voir du bon football, c’était moi. J’ai laissé le club alors qu’il avait de grandes chances de décrocher une qualification européenne. Je ne vois donc pas ce que l’on peut me reprocher si ce n’est d’avoir laissé une entreprise qui traversait une zone de turbulences ou de l’avoir tout simplement repris à un moment où tout le monde lui tournait le dos. Encore une fois, un jour, tout Genève me rendra les honneurs.

EdS : Mais comment expliquez-vous les évènements qui ont précipité votre départ ?

MP : Quels évènements ? Comme toute entreprise qui a ses hauts et ses bas, Servette a connu depuis l’été dernier des évènements malheureux que nous ne pouvions prévoir. Personne n’a voulu m’aider alors j’ai décidé de ne plus aider personne. C’est un peu comme dans une famille. Vous pouvez tout faire pour que vos enfants résussissent mais si ils ne travaillent pas à l’école et ne vous écoutent pas alors il faut revoir les choses. Pour Servette, j’ai laissé le club à un repreneur sérieux qui saura poursuivre le travail accompli jusque-là sous mon égide. Seul moi est responsable d’avoir confier le club à Mr Quennec. L’histoire s’en rappellera.

EDS : Puisque vous acceptez de parler de tous les sujets aujourd’hui. Quid des Porsches ?

MP : Les porsches ? Ecoutez, toute cette histoire est un malentendu. J’avais dit aux joueurs qu’ils auraient une Porsche s’ils étaient premiers et pas deuxièmes. Mais comme je suis très généreux, j’ai voulu commander 30 Porsches mais le concessionnaire m’a dit que ce n’était pas possible de le faire en si peu de temps. Je voulais que les joueurs commencent le championnat avec leur nouvelle voiture. Ce n’était pas possible. C’est vraiment dommage. Mais j’avais prévu un autre gros cadeau mais comme les joueurs ont réclamé, ils n’ont rien eu.

EdS: Vous n’avez donc pas respecté votre parole…

MP: Quand vos enfants vous réclament des jouets au magasin, vous les achetez pour leur faire plaisir? Moi, j’ai des règles d’éducation que j’applique à mes enfants mais aussi aux joueurs que j’aime comme mes fils.

EdS : Comment voyez-vous ce titre de Président d’honneur ?

MP : Lorsque l’on voit ce que j’ai apporté au Servette, cela me paraît dérisoire. Mais bon, comme toujours, j’ai tranché pour le bien du club, en le cédant et ce titre dit tout par lui même. Je suis un homme qui honore le maillot Grenat.

EDS : Est-on prêt à vous revoir du côté de la Praille ?

MP : La question ne se pose pas. La Praille est ma maison. Nous sommes tombés d’accord avec M. Quennec pour que la tribune principale soit renommée ‘Tribune Pishyar’. Et je donnerai d’ailleurs le coup d’envoi du dernier match de la saison contre Basel.

EDS : Mais à quoi vous attendez-vous ? Vous allez vous faire lyncher!!!!

MP : J’ose espérer qu’on peut organiser un match en mon honneur contre une grande équipe. Que tous les joueurs porteront sur leur maillot mon portrait avec écrit ‘Yes you did’ et qu’un immense tifo sera confectionné par la Section Grenat en mon honneur. Je paierai d’ailleurs tous les frais. Je sais déjà que j’aurais la plus grosse brique du mur de la solidarité avec l’inscription 32 Group.

EDS : Et concrètement, en quoi consiste votre rôle désormais au Servette FC ?

MP : C’est très simple. Comme Di Stefano au Real Madrid, je serai là pour poser avec les nouveaux joueurs lors de leur présentation. Et comme Beckenbauer au Bayern, j’assisterai aux matchs et ferai mes petits commentaires pour que l’équipe progresse. Vous savez, j’étais un grand footballeur quand j’étais jeune!

EDS : Comme beaucoup de monde, vous vous êtes associé au projet Servetton ?

MP : Une des clauses du contrat que M. Quennec et moi avons signé indique que je serai désormais à l’honneur dans l’histoire du club et de son renouveau. Ca va donc de soi que mon nom sera le plus visible sur le mur.

EDS : D’ailleurs, en parlant de projet, pourquoi n’avoir jamais entrepris les travaux du stade ?

MP :  Les travaux du stade n’ont pas été entrepris à cause des genevois. Vous savez, ça m’a pris un temps fou à confectionner ce projet. Et en retour qu’ai-je reçu ? Que des critiques. Les genevois ne méritent rien de mieux pour le moment. Une équipe de joueurs inconnus qui brillent grâce à mes entraineurs et un stade à moitié vide parce qu’ils n’ont pas compris à quel point j’aime le Servette.

EDS : Vous êtes un peu dur quand même… Les joueurs et les travaux, ce n’est quand même pas les genevois qui allaient les payer ?

MP : Je vais arrêter l’interview. Vous recommencez avec vos mauvaises habitudes!

EDS : Concernant Joao Alves, qu’est-ce qui vous a poussé à le mettre à la porte alors que vous saviez qu’il réclamerait une belle somme en contre partie ?

MP : Comme je l’ai toujours dit, l’argent n’est pas un problème. Joao Alves n’était pas convaincu de pouvoir gagner le championnat. Et ça, ça change tout car moi je ne mets jamais de limite au succès. C’est dans ma nature.

EDS : Suivez-vous toujours Servette ?

MP : Bien-sûr. Servette, ses joueurs, m’appartiendront pour toujours. Désormais, ils ont pris leur envol et moi de mon côté je scrute le ciel pour admirer ce que j’ai réalisé pendant ces dernières années.

EDS : Votre promesse concernant le titre de 2014 restera quand même lettre morte!

MP : Ah bon ? Dans mon agenda, il est marqué qu’on est encore en 2012… Peut-être que j’ai 2 ans de retard. Je n’ai jamais dit que ce titre se gagnerait sous mon règne. Je maintiens donc ma prophétie. On parie ?

EDS : Ce weekend, c’est le derby contre Lausanne. Que pensez-vous du Président Collet ?

MP : C’est un homme comme on en fait plus. Intègre, beau joueur, intelligent et très bon orateur.

EDS : Euh… vous ne le confondez pas avec M. Quennec par hasard ?

MP : Non.

EDS : Pour en revenir à votre Présidence, comment expliquez-vous les nombreux départs de joueurs ( Tréand, Kusunga, Vitkieviez…) ou encore les désistements au niveau de la direction qui ont marqué ces dernières années ?

MP : Malheureusement, nous vivons dans un monde où tout n’est qu’argent. Les salaires demandés étaient disproportionnés. La jalousie a fait le reste.

EDS : Après l’acquisition de Beira Mar, comptez-vous tenter une nouvelle expérience footballistique ?

MP : Oui. Vous savez, Servette est mon enfant. Mais il n’est écrit nulle part, hormis en Chine, que l’on n’a le droit d’avoir qu’un seul enfant.  Beira Mar est un cas difficile. Je pense l’envoyer faire un stage chez Aspire, une académie sportive située au Qatar.

EDS : Comment voyez-vous l’avenir du Servette ?

MP : Oh si vous saviez… j’imagine déjà les déjeuners officiels avec les directions des équipes que nous affronterons en Champions League. Vous verrez, j’ai toujours raison sur l’avenir!!!!

EDS : Et sur le plan sportif et financier ?

MP : Servette sera un exemple. Comme moi.

EdS : Et vos fils, comment vont-ils ?

MP : Amin et Eshan ont repris les cours à l’Université car ils ont montré quelques lacunes en marketing et commerce. Mais ils mettent leur maillot du Servette avec fierté.

EdS : Pour terminer, avez-vous un message à adresser aux fans servettiens ?

MP : On m’a dit qu’ils m’ont rendu honneur contre Lucerne. Je tenais à les remercier pour avoir scander mon nom face à Lucerne. Cela montre à quel point mon image est ancrée dans l’esprit des gens.

EDS : On fait donc la paix ?

MP : A une condition : que votre site soit renommé enfantsdemajid.ch

Interview réalisée par Oscar Obradovic (New York) et Servetakis (Genève)

61 réflexions sur « Majid FISHyar: « Un jour les fans me remercieront! J’en suis persuadé » (Edité) »

  1. Moi je dis qu’il mérite quand même un peu de respect. Il nous a sorti de l’anonymat. Je l’applaudirai contre Bâle. Merci Magic.

    J’aime

    1. domage que des personnes lui on rendu honneur mais dans le mauvais sens … comme toi je l’applaudirai , ce n’est pas pour autans que je suis fan de lui au contraire mais nous somme la aujourd’hui c’est grace a lui . si il n’aurais pas mis le club presque en faillite quennec ne serais pas la :p

      J’aime

  2. Prochaine étape: faire étudier cette interview par un vrai psychanalyste… il aura de quoi se régaler là dedans…

    Super Job les EDS by the way… Merci pour tout!

    J’aime

  3. Haha moi quand je lis cet interview, j ai plutôt l impression d écouter le discours d un homme qui a complètement perdu la tête et le sense des réalité. Il devrait se faire interner!!! Mais ça fait quand même plaisir de savoir comment il perçoit cet affaire..
    Mais qu il vienne au stade, la douche va être froide, très froide..
    Seulement le Servette!!!!

    J’aime

    1. Pareil ! Durant tout l’interview je disais mais le 1 avril c’est pas aujourd’hui ! Bref, en tout cas bravo à Obra pour l’interview. On parie combien qu’il n’y aura aucune brique 32 groupe ?

      J’aime

  4.  »Nous sommes tombés d’accord avec M. Quennec pour que la tribune principale soit renommée ‘Tribune Pishyar’. Et je donnerai d’ailleurs le coup d’envoi du dernier match de la saison contre Basel. »
    WTF ?
    C’est une blague les eds… hein ? rassurez-moi

    J’aime

      1. Ce n’est pas de la censure. Mais pourquoi vous associez cette interview à cette pratique inadmissible du 1 avril! Vous savez ce que cela m’a couté humainement de rencontrer Pishyar? Je suis dégoutté je démissionne!!!!

        J’aime

  5. La tribune principale renommée tribune Pishyar. C’est celle que je préfère hahahahahahahahahahahahahahahaha

    Celle du tifo de la section grenat est pas mal non plus

    J’aime

  6. Joli article. Les premières questions j y ai crû en me disant quel fou ce machin après c est très vite exagéré mais très réussi comme satyre bravo !

    J’aime

  7. Hahaha énorme le poisson d’Avril. À chaque question posée, une réponse « gag ».
    Dans le désordre:
    – Les fils qui vont reprendre l’uni car ils sont mauvais en marketing.
    – La tribune Pishyar.
    – Son avis sur Collet.
    – Les 30 Porshes qui pouvaient pas être livrées.
    – Le site qui se rennomerait « enfantsdemajid.ch »

    BRAVO ^^!

    Allez demain il nous faut la victoire!!!

    J’aime

  8. Ca commençait « bien », mais c’est devenu un petit peu trop gros (cf. la liste de Tom91). Beau poisson d’avril les gars, je me suis bien marré !
    A+

    J’aime

  9. j’ai arrêté d’y croire quand il parlait de di stefano et beckenbauer… je ne pense pas qu’il sache qui sont ce gens

    J’aime

  10. C’était vraiment beau l’histoire du Tifo, jmiganiais deja en train de le déchirer! 😀 😀

    Majid Pyshaaar est unnee Sall******!!!

    J’aime

  11. J’y ai cru à fond, je dois avouer… Je l’ai d’ailleurs traité de noms d’oiseaux devant mon ordinateur avant de comprendre… Bien joué les EDS!

    J’aime

  12. Excellent poisson d’avril! J’y ai cru jusqu’a la moitié de l’interview. Même le « style Pishyar » est parfaitement imité… On s’y croirait.
    Quel excellent pastiche!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :