Les quatre raisons qui font de ce Servette-Sion un tournant (TDG, samedi 27 avril 2013)

Sion et le public sont attendus à la Praille (19 h 45). Un derby à ne pas manquer pour les Grenat, qui ont enfin reçu les salaires de mars

TDG samedi 27 avril 2013 1

Et si tout était à nouveau possible? Si ce fol espoir de maintien, couvé dans la douleur depuis si longtemps, brûlait à nouveau d’un feu crépitant? Le Servette de cette saison sombre a besoin de lueur et de clarté pour quitter les profondeurs du classement: cette lumière peut-elle surgir encore, presque par miracle, à huit journées d’un verdict redouté depuis le début? Et le tout par la grâce d’un derby contre l’ennemi intime, le FC Sion, ce soir au Stade de Genève (19 h 45)?

Le Servette d’aujourd’hui suscite plus d’interrogations que de certitudes. Mais il est désormais temps de les lever. Et de répondre, sur le terrain. Oui, il y a plusieurs raisons qui sont autant de responsabilités pour les joueurs. Des raisons pour ne pas rater «ce» match, précisément. Il faut les lister.

1. Les salaires de mars versés

On le sait depuis hier, les salaires de mars, qui étaient toujours en souffrance, ont été enfin versés. Hugh Quennec était venu aux Evaux au début d’avril pour évoquer auprès de ses joueurs les soucis de trésorerie. Il est passé à nouveau hier, juste avant l’entraînement.

«Pour leur dire que les salaires de mars avaient pu être payés, expliquait-il en sortant du vestiaire. Je me suis excusé aussi du retard, ce n’est pas quelque chose qui doit exister dans mon projet pour Servette. Et je travaille pour que cela ne se reproduise plus.»

Dans les faits, c’est l’effort fourni par le Club 1890 (membres qui cotisent à hauteur de 25 000 francs par saison) et le Club des 100 qui a généré la somme nécessaire (plus ou moins 500 000 francs pour tous les salariés, charges sociales comprises). Un bel effort. Est-ce à dire que cette solution ponctuelle n’est qu’un bricolage? «Le mois d’avril devrait être versé la semaine prochaine, précise Quennec. Par le biais des contacts que je finalise, pour boucler cette saison. Sans oublier la prochaine, pour ne plus revivre ça. Je ne peux pas en dire plus, mais je suis confiant.» De bonnes nouvelles qui se dessinent? Elles supposent encore confirmation, l’histoire récente de Servette invitant à la prudence.

Mais c’est pour tout cela, pour ces efforts en vue de l’avenir que les joueurs doivent répondre présent ce soir. Tous!

2. L’urgence comptable

Les comptes de Servette, ce n’est pas que le budget. C’est aussi le classement: Servette est dernier, à six points de Lucerne et Lausanne, il ne reste que huit journées.

Un succès est obligatoire pour conserver une chance de maintien, même mince. Les joueurs le savent et cela les concerne au premier chef, s’ils veulent avoir une chance de poursuivre leur carrière en Super League.

3. Un rachat après deux ratés

Lors de sa dernière sortie au Stade de Genève, Servette s’est écroulé contre les Brodeurs. Par suffisance, par nonchalance: inadmissible! La trop sévère défaite à Zurich a suivi dans la foulée, si bien qu’en deux matches, même différents, Servette a encaissé sept buts. Impossible d’envisager autre chose que la Challenge League à ce rythme.

Servette doit retrouver une solidité défensive. Kusunga est de retour, il pourrait apporter le surplus d’agressivité indispensable; Routis pourrait remplacer Diallo. Mais c’est davantage les attitudes défensives de toute l’équipe qui doivent être revues sérieusement à la hausse. Idem offensivement, d’ailleurs.

4. Un déclic à Genève

Servette a besoin de points. Mais peine tant à en faire à la Praille… Cela doit changer et ce derby contre Sion doit être le déclic. Un public nombreux est attendu: aux Grenat de satisfaire les attentes des supporters, qui ont mangé leur pain noir cette saison. De toute façon, les Servettiens n’ont plus le choix s’ils veulent faire douter Lucerne, voire surtout Lausanne.

Daniel Visentini

TDG samedi 27 avril 2013

«Attention aux Grenat!»

U Il regardera ce match en spectateur, puisqu’il est suspendu. Mais Gelson Fernandes, fort de son expérience internationale, «sent» bien les choses. Le milieu du FC Sion a observé ses camarades à l’entraînement. Et il a aussi pensé à Servette. Résultat?

Gelson, il semble que Sion a de la peine à marquer des buts.

Oui, c’est vrai, il ne faut pas le cacher. Mais nous sommes aussi invaincus depuis cinq matches. On est donc dur à manœuvrer, même si nous manquons de fluidité dans le jeu. Mais cela vient, gentiment.

Et ce derby contre Servette, comment Sion l’envisage-t-il?

Franchement, pour avoir vu plusieurs matches de Servette, je crois que les qualités du groupe genevois ne se reflètent pas sur le plan comptable. Cela tient parfois à peu de chose, comme les deux occasions manquées d’Eudis quand Zurich ne menait encore que 1-0. Donc: attention aux Grenat!

Est-ce aussi l’avis de Gennaro Gattuso? Faut-il se méfier de Servette, même s’il est dernier au classement?

Il faut se méfier de l’eau qui dort… Non, sérieux: le «Mister Capitano» se méfie, oui. Parce que c’est Fournier en face, qu’il connaît bien. Parce que c’est un Servette qui mérite mieux que son classement. En fait, à Sion, tout le monde sait déjà que ce ne sera pas un match facile pour nous. Et puis il y a cette touche particulière, propre aux derbys entre Servette et Sion…

D.V.

Objectif 15 000

Objectif 15 000 C’est le nombre de spectateurs qu’il faut atteindre ou dépasser ce soir au Stade de Genève. La Tribune de Genève a réservé le secteur G et les 1000 billets offerts ont été écoulés en à peine plus d’un jour. Il y aura du monde à la Praille. Cela tombe bien: Servette a besoin de soutien.

Kusunga est prêt Blessé dès la reprise en février contre GC, le défenseur est de retour. «Je suis à disposition, je n’ai plus la moindre appréhension», assure-t-il. A Fournier de savoir s’il lance Kusunga dans le bain d’un derby pour son retour…

Les blessés Servette devra composer sans Rüfli et sans Kossoko, tous deux blessés. En revanche, Karanovic est de retour après son match de suspension purgé à Zurich.

Le mot de Fournier «On a beaucoup parlé de la défense cette semaine, lance l’entraîneur. On doit gagner les duels importants et cela concerne toute l’équipe. Pour le reste, les salaires de mars ont été versés. C’est un bon signe pour les joueurs. Mais je ne suis pas surpris. J’ai confiance en Hugh Quennec et dans le projet qu’il porte pour Servette.» D.V.

Une réflexion sur « Les quatre raisons qui font de ce Servette-Sion un tournant (TDG, samedi 27 avril 2013) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :