Les Enfants du Servette


Manifestations publiques limitées à 1000 personnes by Julian Karembeu
23 octobre 2020, 18:20
Filed under: Parlons matchs, Parlons Servette, Saison 2020-21, Super League

Dernier canton romand à prendre des mesures face à la recrudescence du Covid-19, le canton de Genève interdit les manifestations publiques à plus de 1000 personnes, et ce dès lundi 00h00…

Douche froide

Le match face à Young Boys n’aura finalement été qu’un leurre. Il restera sans doute l’un des seuls matchs de l’année 2020 à avoir accueilli plus de 5000 spectateurs…

Les mesures prises aujourd’hui le sont au minimum jusqu’au 30 novembre, et pourraient bien être prolongées jusqu’à la fin de l’année. A moins qu’un confinement général ne prenne le relais…

Ci-dessous, un extrait du communiqué de presse du Conseil d’Etat :

Le Conseil d’Etat est conscient de l’importance de maintenir une vie sociale et culturelle. Il a ainsi décidé de ne pas interdire les manifestations publiques, mais de les limiter à 1000 personnes.

Leur tenue est autorisée uniquement sous réserve de l’élaboration et de la mise en œuvre, par un organisateur désigné, d’un plan de protection (p. ex. place assise vide maintenue entre les spectateurs qui ne vivent pas en ménage commun, port du masque obligatoire). Comme auparavant, des secteurs de 100 personnes au maximum doivent notamment être mis en place.

Les cinémas, les théâtres peuvent ainsi rester ouverts, et les matches de football et de hockey sur glace avoir lieu.

Toutes ces mesures prendront effet lundi 26 octobre dès 00h00. Elles seront en vigueur jusqu’au 30 novembre. Les mesures précédemment prises sont prolongées, également jusqu’au 30 novembre.

Le Conseil d’Etat n’exclut pas de devoir les prolonger ou de devoir prendre des mesures plus contraignantes en fonction de l’évolution sanitaire. Il est conscient des efforts conséquents fournis par la population et tient à saluer le sens civique des citoyennes et citoyens.

Il continuera à suivre la situation très étroitement et à prendre les décisions les plus adéquates pour protéger la population genevoise de la pandémie de coronavirus, tout en effectuant une délicate pesée d’intérêts tenant compte de l’impact économique et social des mesures prises.

Julian Karembeu


20 commentaires so far
Laisser un commentaire

Bonjour la cohérence !

Les fitness restent ouverts, mais un stade dans lequel nous étions moins de 6’000 spectateurs samedi dernier sur une capacité de 19’000 personnes, à l’extérieur qui plus est, ne peut quasi plus accueillir de spectateurs. Bien que plein de mesures aient été par ailleurs prises (interdiction de bouger durant la mi-temps etc. ). A Tourbillon, il y avait 2800 spectateurs dans un stade qui peut en contenir 10’000.

Samedi dernier, la personne la plus proche de moi à la Praille en la tribune Est, était à plus de dix mètres .

Sauf avant l’éclatement de l’épidémie (le match Atalanta à Milan en février dernier), aucun stade de foot n’a été un cluster depuis le restart des championnats. Les jauges étant tellement tirées vers le bas.

L’OFSP ne disait pas autre chose lors de sa conférence de presse de mercredi par la voix de son chef de division, suite à une question posée par un journaliste qui voulait savoir si des restaurants, des théâtres ou des stades avaient été le lieu de cluster.

Déjà parce dans le domaine du foot aucun spectateurs n’avait accès, jusqu’à peu à ces enceintes sportives, mais de toute façon, avec les jauges qui avaient été mises en place, il est de moins risqué d’aller au stade que de se rendre au travail en transport public ou d’aller faire ses courses.

J’ai vraiment l’impression que c’est la stratégie de la première guerre mondiale qui prédomine. On bombarde tout azimut, en espérant atteindre la cible.

Pour en revenir au foot. Soit on veut protéger les joueurs alors on arrête le championnat, soit on veut protéger les spectateurs, alors ce n’est pas, encore une fois, en empêchant d’assister aux matchs surtout dans la configuration de sécurité envisagée actuellement par les clubs qu’on va protéger encore plus les amateurs de foot.

On aurait aurait aussi pu par exemple, envisager qu’au terme du match, les spectateurs soient invités à quitter à tour de rôle en fonction de chaque secteur, le stade pour éviter de créer des foules à la sortie.

J'aime

Commentaire par Patrick Müller

Je partage votre analyse !! Je suis très déçu de cette décision bien peu courageuse. J y étais aussi à YB avec mes enfants et à aucun moment il m est apparu que nous prenions le moindre risque!! Cette décision issue de l effet mouton est détestable!!

J'aime

Commentaire par Goaould

Désolé de vous contredire mais j’étais en tribune Nord lors de SFC-YB et les spectateurs étaient assis les uns à côté des autres ! Je ne sais pas si ils ne respectaient pas leurs places attribuées par le club ou si ils se mettaient où ils voulaient. Les steward sont venus contrôler si on avait les masques mais personne n’a rien dit en voyant une rangée de 20 personnes les uns à côté des autres ! Alors oui, 5000 personnes dans un stade de 30’000 mais il aurait fallu garder les distances ou des placeurs pour gérer tout ça !

J'aime

Commentaire par Chivers2

On vit dans une dictature médicale, on explique que le danger c’est la vie sociale, c’est absurde.
On nous explique que c’est dans les lieux fermés que nous nous infectons.
Comment dans un stade de 30’000 places 6’000 personnes peuvent s’infecter?
Nos dirigeants politiques ne savent plus comment sortir de cette crise sanitaire. On peut s’inquiéter de comment on va gérer la crise sociale et économique qui va suivre.

J'aime

Commentaire par Raph Grenat

Décision 100% logique. Entasser des personnes comme samedi en nord quand on empêche des rassemblements privés de plus de 5 personnes n’a aucun sens.

Il faut penser à nos services hospitaliers qui foncent vers la saturation.

Aimé par 1 personne

Commentaire par NF

Alors quid de garder des fitness ouverts par exemple.

Pourquoi fermer un restaurant dès 23 h ?

Est-il plus dangereux qu’à 21 h ou à 20 h ?

Soit il est dangereux de consommer dans un restaurant, alors on les ferme tous ou cela ne l’est pas, et ils peuvent rester ouverts jusqu’à l’heure légale de 00 h30.

On ne le fait pas parce que économiquement la branche de la restauration est dramatiquement sinistrée par cette pandémie.

Sans compter que selon l’OFSP aucun restaurant n’a été un cluster.

Le problème ce sont en particulier les réunions privées souvent dans un cadre familial qui se sont déroulées durant l’été et à l’automne avec l’abandon des gestes barrière et les discothèques ( Qui ont fermé a Genève depuis quelques semaines) .

Si on peut mettre des gens dans un restaurant on peut aussi mettre 5200 personnes dans un stade où les gens sont à l’extérieur qui plus est.

Ensuite, si à La Tribune nord les gens étaient entassés, ils le sont dans les transports publics, dans les magasins par exemple. Donc à nouveau ,on ne devrait plus que faire du télétravail , pour ceux qui peuvent le faire.

De plus, on aurait pu faire en sorte que les gens soient mieux répartis dans le stade en pratiquant un prix unique et en accordant aux gens titulaires d’un billet ou d’un abonnement nord, la possibilité d’aller dans une autre tribune.

Une fois le match achevé demander que les personnes quittent leur secteur à tour de rôle et veiller qu’ils ne s’agglutinent pas devant le stade.

Dès lors, je suggère que l’on confine tout le monde parce que si on veut que la population adhère au maximum aux décisions prises, il faut que celles-ci soient cohérentes. Or là, il y en a pas !

Personne ne conteste le sérieux de la situation, les morts passés et malheureusement à venir et donc le drame humain que vivent et vivront des familles. Alors oui le foot est futile dans cette situation, mais même dans les heures très sombres de notre histoire moderne, les Hommes ont toujours éprouvé le besoin de se divertir pour justement oublier le malheur environnant. Pendant la première guerre mondiale les théâtres et music hall faisaient le plein à Paris, à moins de 100 km du front.

Simplement, encore une fois je voudrais des mesures cohérentes.

J'aime

Commentaire par Patrick Müller

Le problème n’est pas forcément dans le stade mais tout ce qu’il y a autour. Avant et après. Ce que le club ne peut gérer.

Les fitness ça se discute effectivement. Mais il y a moins de monde. Et pas de cluster pour l’heure.

Dans les restos, alcool aidant, on fait moins attention. Il faut donc fixer une limite qui permette aux restos de fonctionner tout en limitant le problème lié à l’alcool. On peut discuter sans fin de savoir si c’est mieux à 22 ou 24h. Mais là aussi, le principe me semble logique.

Comme j’aime bien le dire, toute décision dans le contexte actuelle est sujette à discussion, car on va trouver ici ou là des incohérences ou des absurdités. Est-ce que pour autant il ne faut rien faire?

Ceci dit, ne rien faire est aussi une option. On continue à vivre sans plus de restrictions. On voit les chiffres. On sait approximativement quand les hôpitaux seront pleins. Et donc accepter quand dans 3-4 semaines, on meurt asphyxié à la maison, faute de place pour soigner ces personnes.

Et si on ne fait rien, j’espère bien que le personnel hospitalier ne travaillera pas 80 heures par semaine ou plus pour tenter de faire au mieux. Parce que si on décide de ne rien faire, ce n’est pas à eux de payer l’addition.

Ce n’est pas ce que tu dis, mais certains le pensent.

Confiner maintenant ? Honnêtement oui, c’est mon avis. Pour 3-4 semaines max. Reprendre le contrôle des contaminations est essentiel. Chaque semaine perdue fait augmenter fortement les cas, y compris en hôpital.

Mais après, on fait quoi? Si ils ont déjà perdu le contrôle en octobre, pourquoi cela irait-il mieux après ?

Il faut des mesures de traçage plus efficaces comme par exemple imposer swiss covid dans les lieux publics et au travail. (Pas de solution pour ceux qui n’ont pas le bon smartphone). Vérifier les identités des personnes dans les restaurants. Il faut arrêter de vouloir tracer les gens en les appelant. On est au 21e siècle. On a les moyens de le faire par des moyens actuels. Pas avec une méthode du millénaire passé.

Bref, rien n’est simple.

Aimé par 1 personne

Commentaire par NF

C’est logique jusqu’à un certain point.
Il faut prendre de la hauteur dans ce débat qui mêle éthique et philosophie.
Les choix qui sont d’interdire car les autorités pensent que les citoyens ne peuvent pas être responsable sont voués à l’échec. Nous devons questionner nos autorités pour savoir que ferons-nous dans 6 mois et que la crise sanitaire sera toujours présente mais avec une crise sociale et économique?
Pouvez-vous croire que nous pouvons accepter cette vie, sans contact et sans échange ?
Pouvez-vous croire que nous trouverons rapidement un vaccin alors que nous cherchons un remède au SIDA depuis 40 ans ?
Pouvez-vous laisser le monde médicale dicter comment on doit vivre ?
Comme l’a écrit Suzette Sandoz « Alors jusqu’à quel point peut-on tuer la vie pour éviter la mort ? »
Voilà pourquoi je m’agace sur les décisions prises par le conseil d’état.
Interdire aux enfants de pratiquer un sport est absurde et totalitaire, nous glissons gentiment mais sûrement dans une société digne de la Corée du Nord. Mais personne s’indigne ou remet en question les décisions

J'aime

Commentaire par Raph Grenat

Raph. C’est une discussion de fond très importante qui ne se fait hélas pas.

2 3 réponses en vrac. Avec plein de questions derrière.

Le corps médical ne dicte rien du tout. Sinon, les mesures strictes auraient déjà été prises. Et, concrètement, que devrions-nous faire ?
1. Que faut-il faire avec les cas positifs ? On leur laisse le libre arbitre comme pour la grippe de saison ? Ou c’est isolement à la maison?
2. Que faut-il faire des cas contacts? Libre arbitre ou quarantaine ?
3. Quels seront les critères de tri quand les hôpitaux seront à saturation ?
4. Les EMS peuvent continuer à accueillir des visiteurs ou on ferme?
5. Est-il acceptable que des vieillards occupent des lits une fois malades? Ou on les laisse mourir d’office ?

La Corée du Nord. Le fait qu’on puisse en discuter ouvertement et librement indique qu’on est loin d’un état totalitaire. Ou même d’une simple dictature.

Les choix d’interdire fonctionnent. On a vu comment l’épidémie a fondu ce printemps grâce aux mesures fortes. L’exemple de la sortie du match où tout le monde enlève le masque démontre que la responsabilité individuelle ne fonctionne pas. Tout comme ceux qui se font la bise encore aujourd’hui.

Ceci dit, oui, notre société doit avoir cet important débat de fond pour effectuer des choix. Et en assumer ensuite les conséquences. Parce que dans un cas comme dans l’autre, il va y avoir des dégâts et des perdants. La question est donc de savoir ce qui fera le moins mal à la collectivité.

Mon sentiment est que le laisser aller fera aussi très mal, car à un certain seuil de contamination, les gens vont prendre peur et s’autoconfiner, avec au final plus de morts et malgré tout des dégâts économiques considérables. L’exemple suédois est assez représentatif il me semble.

(Très content de cette sereine et intéressante discussion.)

Aimé par 1 personne

Commentaire par NF

J’ai oublié les vaccins.

Le sida concerne peu de monde, car cela sous-entend un comportement à risques. Pour les labos, il est plus rentable de vendre des traitements.

Pour le covid, il n’y a pas de traitement qui fonctionne vraiment. Donc rien à vendre massivement. Par contre, vacciner 3 ou 4 milliards de personnes est un débouché très intéressant. Et encore plus si le virus devait muter et devenir un virus présent en permanence. 3 milliards de doses annuelles. Le jackpot.

Partant de là, oui je pense qu’un vaccin va arriver rapidement. Et le premier arrivé gagnera le jackpot s’il est efficace. Car on retiendra tous son nom. Pour le 1er vaccin. Et les éventuels suivants.

Aimé par 1 personne

Commentaire par NF

@NF

Quels seront les critères de tri quand les hôpitaux seront à saturation ?

Les critères ont déjà été édictés en la matière au printemps dernier.

https://www.samw.ch/fr/Ethique/Apercu-des-themes/Medecine-intensive.html

De toute façon, en médecine, et ma compagne est justement médecin, pratiquant les urgences depuis plus de 20 ans, il y a régulièrement des choix électifs qui sont faits, indépendamment d’une crise sanitaire.

Par exemple, une femme de 85 ans avec infarctus et cancer en phase terminale, ne sera vraisemblablement pas réanimée. Sauf si elle avait fait part de directives contraires.

Le problème de cette pandémie qui illustre toute la difficulté quant à sa gestion, c’est qu’elle génère d’autres effets qui sont aussi cause de mortalité.

Par exemple, les patients diabétiques qui ne viennent plus se faire traiter, non pas parce qu’on ne veut plus les traiter, mais parce qu’ils ont peur de venir en milieu hospitalier. Or, le diabète est une maladie mortelle.

Bien évidemment il y a d’autres maladies qui durant cette pandémie n’ont pas pu être traitée en raison des hôpitaux submergés, mais aussi parce qu’on a eu de cesse de dire de ne pas venir et les gens ont abandonnés leur suivi médical.

Selon un article paru dans le Temps, il y a 2 semaines environ, on est arrivé à la conclusion en Italie qu’une partie non négligeable des patients décédés durant la pandémie ce printemps, sont morts d’autres maladies. Malheureusement, on les a répertoriés comme décédés du COVID, biaisant les données épidémiologiques et donc d’une certaine manières les choix sanitaires qui en ont découlé.

La pauvreté qui est bien sûr exacerbée par cette pandémie, qui augmente forcément aussi les inégalités médicales.

Aujourd’hui en France, selon les dernières données, il y a 1 million de pauvres supplémentaires en 9 mois. Et ce n’est malheureusement pas fini.

Je ne parle même pas des pays du tiers monde qui n’ont même pas la chance d’avoir un filet de sécurité sociale.

Je n’ai pas de réponse sur la gestion globale.

Par contre, encore une fois j’attends une certaine cohérence dans les décisions au niveau suisse.

Le canton de Berne vient d’interdire les cinémas et les fitness. Les fitness c’est cohérent. On est dans un lieu fermé ou par définition, on fait de l’exercice et ou on expire sans masque. Or, le Covid c’est un virus qui diffuse par gouttelettes.

Personnellement, je suis un grand cinéphile. Cette semaine, je me suis rendu trois fois au cinéma. Au City qui doit bien compter 150 places environ, nous étions 8 ! Aucun cinéma ne constitue et n’a constitué un cluster parce que durant une séance, et bien on ne parle pas. Donc forcément la diffusion d’un virus par aérosol s’en trouve très limité.

Autre est le cas par exemple, des chorales. On l’a vu dans le canton de Zoug ou récemment dans le canton de Fribourg.

J’insiste, mais une chorale est plus dangereuse qu’un stade de foot dans les conditions de sécurité introduite aujourd’hui.

L’absence de décision centralisée crée de grosses inégalités. Ce sont les limites du fédéralisme.

J'aime

Commentaire par Patrick Müller

Cher NF
J’apprécie cet échange qui serait plus intéressant autour d’un verre.
Mes propos sont évidemment provocateurs afin de faire réagir. Nous obliger à nous poser des questions sur la situation et notre façon de l’appréhender.
Nous devons répondre aux questions que tu poses afin de définir la stratégie à long terme. Est-ce que la vie doit être sauvée dans tous les cas ?
Nous devons prendre les mesures structurelles afin de permettre de vivre.
Pour moi, il y a des limites à ne pas franchir. Par exemple: Interdire aux enfants de se réunir pour jouer au foot ou au basket car il y a trop d’adultes, n’est pas acceptable.
Dans notre envie de retrouver le stade, c’est évident que l’organisation de la venue et la sortie du stade doit être mieux organisée.
Comme je ne comprends pas pourquoi la Section Grenat ne peut pas être debout dans la Tribune Nord. Est-ce que ces jeunes sont inconscients? Je ne le crois pas, ils sont autant responsable que d’autres personnes.
On décide pour nous, sans nous laisser prouver notre capacité d’être responsable. Sans que nos autorités et décideurs prennent les mesures structurelles et d’organisation.
Ils ont été négligeants comme la population qui a crû que la pandémie était fini après l’été.
Donc avant de reprendre, posons nous la question qu’elle sacrifice sommes nous d’accord de faire. Puis mettons les moyens pour y parvenir car dans 6 mois ou 12 mois le débat sera toujours le même.

J'aime

Commentaire par Raph Grenat

@Patrick et Raph
Mon message sur les soins se voulait également un peu provoquant.

Et effectivement cette discussion serait bien plus sympathique autour d’un verre.

Je pense que nous avons les mêmes interrogations avec des curseurs placés un peu différemment. Ce qui ne signifie pas que je soutienne toutes les mesures prises.

Je pense aussi par exemple que les enfants devraient pouvoir continuer à pratiquer leur sport.

On doit pouvoir aller au théâtre, au cinéma, au foot. Je vais préciser ma pensée pour le foot. Oui, je pense que les limites proposées et telles qu’appliquées à Genève étaient déraisonnables. Baisser cette limite me semble logique. Ou alors il faut modifier le concept. Par exemple en répartissant la tribune nord sur la sud. Ou en laissant les tribunes sortir en décalé.

Je pense que globalement, les mesures prises sont relativement pondérées. Sans céder aux demandes fortes des médecins.

Comme je l’ai dit, malheureusement avec ou sans mesures, il va y avoir de la casse économique. Et oui, ce qui se passe un peu partout est inquiétant. Et je suis bien content de ne pas avoir à subir les mesures françaises. Et je suis très content de ne pas avoir à gérer tout ça. Et la suite qui s’annonce guère mieux.

J'aime

Commentaire par NF

Il est vrai que je ne souhaite pas être celui qui doit prendre les décisions.

On peut quand même mettre un peu de pression sur les autorités et les questionner sur les décisions prises.

On nous explique que le traçage est important. Ok mais l’état a-t-il mis les moyens humains et techniques pour y arriver.

On veut sauver tout le monde. Ok mais nos autorités donnent-elles les moyens techniques et humains. De notre côté acceptons « sans râler » les primes de nos caisses maladies.

Pour notre passion commune, je dois dire que j’ai été surpris par la bonne organisation pour rentrer dans le stade. Mais la sortie et le public nombreux dans la tribune Nord demande une analyse et des améliorations lorsque nous pourrons à nouveau être plus de 1’000 .
J’espère que nous pourrons vivre cette saison et les suivantes.

La casse économique va être très lourde pour beaucoup. Nous verrons dans les semaines à venir les conséquences des mesures.

J'aime

Commentaire par Raph Grenat

Les moyens techniques existent, mais ils nécessitent l’implication de la population. Comme à Taïwan. Et ça c’est possible en début d’épidémie. Là c’est compliqué.

Ceci dit, avec une app largement téléchargée et bien conçue permettrait de suivre plus facilement les chaînes de contamination que les téléphones effectués actuellement.

Ceci dit, sur le fond, nos opinions doivent être proches.

Petite précision : j’avoue avoir été marqué par ce qui s’est passé en Lombardie. En tant que fils d’immigré italien, j’ai suivi sur les médias italiens ce qu’il s’est passé là-bas. Et je n’ai pas très envie qu’on vive ça chez nous.

J'aime

Commentaire par NF

Je suis surtout décu du comportement de l’après match sfc- yb. Je me suis rendu avec mes enfants et beaux père de 82 ans car l’organisation du sfc était exemplaire pour notre accueil et celle de tout le monde. Par contre a la fin du match là il y’a un gros problème car ouf on sort du stade on enlève le masque, on résume le match, on oublie les distances etc…. tous cela en compagnie des 5’000 personnes présente. Bref tout était bien jusqu’a la fin du match et cela a juste servi de pretexe au politicien d’adjiger des directive.

J'aime

Commentaire par Chris

Où est l’égalité, St Gall et Zürich peuvent continuer avec 2/3 de spectateurs, du grand n’importe quoi. CC a raison il faut mettre le championnat entre parenthèse, reprendre au printemps avec 18 matches aller retour et des spectateurs. Si la menace COVID est toujours là alors on arrête tout

J'aime

Commentaire par Claude

Ils auraient pu autoriser 1000 personnes par tribune en sachant que chaque tribune à sa propre entrée!

J'aime

Commentaire par Wilson Anderson

Oui, mais ça ne résout pas la problématique des comportements avant de pénétrer dans l’enceinte et l’après match.. Et c’est ça qui pose soucis.

J'aime

Commentaire par Rackhamtaro

Le problème est la a mon sens… pas dans les tribunes, mais aux buvettes, dans les coursives, et le nombre de personne qui s’atroupe devant le stade avant et après le matchs…

Après 1000 c’est déjà pas mal, c’est mieux que le huis clos… cest une période comme ça ma fois…

J'aime

Commentaire par Edwin Pascolo




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.



%d blogueurs aiment cette page :