La parole à Michel Pont (1 ère partie)

Pour l’ouverture de notre site Les Enfants du Servette, nous avons le privilège d’avoir recueilli une interview exclusive de Michel Pont, assistant coach de l’équipe nationale Suisse, à la mi-temps du match contre Chiasso (le score était encore loin d’être scellé). Michel est un vrai grenat dans son cœur et ses propos, comme vous le lirez, il le laisse transparaitre à chaque syllabe.Nous vous ferons partager cette interview en 2 étapes avec la partie 2 la semaine prochaine car Michel nous a aussi livré quelques confidences sur Tibert Pont (son fils) et Julian Esteban.

 pontmichel_138247.jpg

Interview exclusive de Michel Pont

Le Servette et son avenir (Partie 1)

Julian Karembeu et Oscar Obradovic 

Stade de Geneve le 11 Aout 2007

« pour l’heure le trio Vinas – Fournier – Aeby a fait tout juste »

Michel Pont, que pensez vous du Servette actuel ?

Personnellement je pense que Servette a déjà fait de gros efforts et s’est montré ambitieux en fixant des objectifs élevés en voulant être dans les deux premiers. Je ne connais pas assez la situation en interne et au niveau financier mais ce que je sais c’est que pour l’heure le trio Vinas – Fournier – Aeby a fait tout juste. On ne peut que leur tirer un grand coup de chapeau pour ce qu’ils ont fait depuis deux ans. Que pensez vous de cette politique prudente du club malgré son passé prestigieux? Cette année est une année charnière car tout le monde a envie que le Servette remonte et tout le monde a envie d’aller plus vite que la maniclette (!); mais le football c’est aussi comme ca, soit vous avez de très gros moyens et vous achetez deux ou trois grands joueurs, soit vous vous renforcez en vous basant sur le meilleur rapport qualité/prix de joueurs qui devront de toute manière apporter un plus.

Mais depuis le début de la saison, ce Servette là ne respire pas la confiance. On espère que Servette retrouvera rapidement son rythme de croisière, son fond de jeu et cette sérénité qui lui manque un peu aujourd’hui (référence à la première mi-temps contre Chiasso). Je pense que si Servette gagne ce soir contre Chiasso, la situation sera bonne et pourra redonner une certaine sérénité. Je crois qu’il faut leur faire confiance car ils ont envie d’aller en haut. Il faut aussi savoir que la période des transferts n’est pas encore terminée et quelques joueurs peuvent encore arriver.

« solidifier les bases techniques et travailler dans la continuité »

Ne pensez vous pas que même si la progression sportive est intéressante, il y a tout-de même un manque au niveau administratif dans la recherche de sponsors, de partenaires afin d’insuffler une certaine dynamique?

Le problème, c’est que c’est toujours un petit peu la même chose, et c’est le serpent qui se mord la queue. Soit vous avez de l’argent et vous pouvez engager un directeur de marketing qui coûte généralement cher, soit vous n’en avez pas et il faut faire avec vos moyens. C’est ce qui se passe un peu actuellement au Servette. Je crois que Monsieur Vinas est tout-à-fait conscient qu’il faut améliorer la situation et qu’il essaye de le faire.

Aujourd’hui Mrs Vinas et Fournier ont mis l’accent sur le secteur technique. S’il n’y a pas de résultat tout le marketing du monde ne servira à rien pour améliorer la situation. Je crois qu’il est préférable de solidifier les bases techniques et de travailler dans la continuité. Des performances régulières permettront ensuite de pouvoir mettre le coup d’accélérateur financier au moment opportun. L’équipe dirigeante est assez grande pour ne pas brûler les étapes et faire le saut de qualité quand il le faudra.

« Fort heureusement l’argent ne fait tout ! »

On a vu que Sion et Neuchâtel ont disposé de gros budgets pour remonter en Super League. Est-il réaliste de penser que Servette peut remonter avec peu de moyens financiers? La saison dernière Kriens a chuté sur la longueur par fatigue de ses joueurs amateurs.

Mais bien sûr que c’est possible! La saison n’est pas terminée et est encore longue. Comme je l’ai dit la période des transferts n’est pas terminée et il y aura toujours la possibilité de se renforcer à Noel si c’est nécessaire. On a vu le FC Zürich qui dispose du tiers du budget du FC Bâle s’imposer pendant deux années consécutives au nez des bâlois. Fort heureusement l’argent ne fait tout!  Evidemment, avec un budget de 6 ou 7 millions on peut se payer des joueurs qui apporteront ce plus, cette expérience nécessaire dans les moments décisifs mais nous en sommes pas encore là.

Donc vous êtes optimiste ?

Complètement! Il faut absolument l’être.

Mais nous sommes Genevois, donc impatient…

Mais moi aussi je suis Genevois! On a tous envie que ça aille plus vite, que l’on soit en haut et que tout ce déroule comme on a envie, d’être professionnel avec un marketing présent dans toute la ville  avec des panneaux partout dans le stade. Les entreprises vont revenir et je suis très optimiste. Une chose est sûr, c’est qu’on ne peut pas être complètement à la rue avec cette politique là. Il faut faire des efforts pour aller de l’avant, plus vite peut-être, mais la base est quand-même solide. J’espère que c’est une base qui va permettre à Servette de ne pas baisser de rythme et de faire un saut de qualité pour remonter en Super League !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :