Jérémy Frick : « Aux Romands de montrer qu’ils sont meilleurs »

 

Profitant des blessures d’Anthony Lopes et Rémy Vercoutre, le jeune portier suisse de l’OL (18 ans), s’est immiscé pleinement dans le groupe professionnel, faisant même un banc contre Nancy. Numéro trois actuel avec l’arrivée de Matthieu Valverde, il revient sur ses jeunes années au Servette et sur la sélection nationale. Avant d’évoquer Lyon dans une deuxième partie.

 A quand remontent tes premiers pas dans le football ?

J’ai commencé à six ans, en tant que gardien déjà. J’ai rapidement intégré le Servette, grâce aux sélections genevoises. A quel âge ? Attends, je réfléchis (rire). 13 ans il me semble. C’est Mr.Lanza qui m’avait contacté. Je vais être honnête, je m’y attendais un peu, car le club me suivait depuis longtemps. Puis, pour moi, qui suis fan du club depuis tout petit, c’était parfait.

Surtout que tu étais hautement considéré au club…

Pendant mes trois années au Servette, j’ai toujours été titulaire, c’est vrai. Les entraîneurs m’aimaient bien, ils voulaient même me surclasser. Mais j’étais content d’être resté avec ma catégorie. Puis, quand l’OL s’est manifesté, les dirigeants sont venus me parler. L’ancien président a beaucoup discuté avec moi notamment. Je sentais que le club tenait à moi, c’est sûr. Je pense que j’aurais pu faire carrière ici. Mais on ne sait jamais ce que l’avenir réserve (rire).

Tu serais également passé par le centre de formation de Payerne ou nous faisons erreur ?

Oui, à 15 ans, j’ai passé une année là-bas. C’est le regroupement des meilleurs joueurs romands. Je m’y entraînais la semaine et je jouais le week-end avec le Servette. J’ai pu beaucoup progresser, car j’étais confronté à des joueurs plus âgés. Il y avait trois journées de test, j’avais été pris. Ils insistaient énormément sur mes déplacements, les petits pas, l’explosivité, l’anticipation. On avait deux séances spécifiques par semaine et ce fut très formateur. Puis être avec les meilleurs joueurs de ta région, ça booste. On était d’ailleurs que trois du Servette à cette époque si mes souvenirs sont bons.

Jérémy Frick restera un supporter grenat (Photo : TDG)

 « J’ai failli ne pas partir à Lyon pour Mr.Niederhauser et Mr.Barnerat »

On vante souvent la formation genevoise, notamment avec ses entraîneurs de grande qualité, comme William Niederhauser (parti cet été à Neuchâtel), que tu as dû connaître…

(Il coupe) Mr.Niederhauser, il était juste fabuleux. Pour te dire, j’ai failli ne pas partir à Lyon pour lui et Mr.Thierry Barnerat, qui était mon entraîneur de gardiens lors de ma dernière saison ici, en U16. Je les avais tellement apprécié que j’ai beaucoup hésité. Est-ce que j’aurais meilleur à l’OL ? C’était le top, honnêtement. Avec Thierry, j’ai encore beaucoup de contacts. Mr.Niederhauser voulait me garder mais Thierry m’a dit de saisir ma chance, car c’était énorme. Quand j’ai annoncé ma décision, ils étaient un peu déçus, mais m’ont répété que j’ai fait le bon choix, car ça ne se refusait pas. Le Servette me proposait quand même un plan de carrière intéressant : un ou deux entraînements par semaine avec la première, le reste en M21 et les matchs en M18. Ça fait réfléchir, mais l’OL est réputé pour sa formation et pour ne pas faire n’importe quoi avec les jeunes.

La concurrence ne devait pas forcément te faire peur avec ce que tu as pu vivre en sélection nationale…

C’est clair. Aujourd’hui, je suis numéro 2 en sélection M19, c’est Yanick Brecher (FC Zürich). Honnêtement, j’ai été vraiment déçu, j’espérais être titulaire. C’est la cerise sur le gâteau la sélection, c’est plus qu’une fierté. Puis ça passe tellement bien en club, on ne peut pas tout avoir. Mais quand même, ça m’a déçu. Je peux très bien être titulaire dans un mois. A moi de montrer que je ne suis pas d’accord. Il y a tout qui est fait pour.

Dans le groupe, on imagine que tu dois être un des seuls romands. Pas de problème de langue au milieu de tous ces Alémaniques ?

Non, pas de souci, car ma mère me parle suisse-allemand depuis que je suis tout petit. Mais depuis que je suis en sélection, et ça fait quelques années, on est toujours deux ou trois romands. Dans le dernier rassemblement, contre la Finlande, on était deux sur la liste de départ ! Gaëtan Karlen (Sion) et moi. Puis avec les blessures, Bastien Hulmann (Delémont) et Samir Naili (YB) ont rejoint le groupe. C’est comme ça en équipe nationale. Le jour où les Romands seront meilleurs que les Allemands, ça changera. Mais j’ai toujours trouvé bizarre qu’on ne soit pas plus nombreux. Je regarde parfois les classements M18 ou M21 et Team Vaud est souvent devant. Pareil pour le Servette en M14 ou M16. Je ne pense pas que les entraîneurs, davantage allemands, soient responsables de ça. Il y a davantage de clubs en suisse allemande, donc plus de choix. Proportionnellement, ils sont plus nombreux. Donc à nous de montrer que nous sommes meilleurs !

Romain Molina

Lien vers l’article :

10 réflexions sur « Jérémy Frick : « Aux Romands de montrer qu’ils sont meilleurs » »

  1. A savoir aussi que Kevin Tsimba est un titulaire à part entière en M19 et est un des joueurs les mieux considérés de l’équipe. L’OL vient de le récompenser par un contrat stagiaire pro. Bravo à eux deux, ils sont de dignes représentants de notre football !

    J’aime

  2. Comme nous parlons de formation, interview de Sébastien Fournier dans Le Matin, qui parle de sa déception vis à vis de la Direction du SFC.
    http://www.lematin.ch/sports/football/super-league/fournier-le-projet-de-constantin-ma-seduit-2011-12-16

    PS; aussi dans La Côte de jeudi, un très bon article où Perroud, l’ex président du Stade Nyonnais, parle des quatre clubs romands de Super League. Une analyse assez fine des situations de ces clubs, dont notre SFC (désolé pas de lien, car accessible uniquement aux abonnés web).
    A+

    J’aime

      1. Merci Germinal. Super article qui résume bien l’histoire des milliardaires qui voient les clubs de foot comme un moyen d’améliorer leur image.
        Cela plusieurs mois que j’ai tendance à comparer la situation du SFC avec celle de Hearts, où le President a plusieurs clubs. J’attendais d’avoir un peu plus d’info avant de partager le lien suivant. Car comme dit dans d’autres posts precedents, je suis toujours indecis sur mon analyse de ce qui se passe au SFC.

        C’est en anglais, mais ce blog est pour moi un des meilleurs sur le web. C’est un analyste financier établi en Suisse passionné de foot, qui vulgarise excellemment les finances des clubs. Alors voila pour ceux qui lisent l’anglais, je recommande la lecture, car il nous apprend à interpréter les enjeux financiers d’une manière très sympa.
        http://swissramble.blogspot.com/search/label/Hearts
        A+

        J’aime

      2. La différence entre la plupart de ces présidents et M. Pishyar, c’est que ceux-ci (mis à part Chagaev et 1-2 autres) avaient apparemment les moyens de leurs ambitions, mais n’ont jamais du gérer correctement un club.
        Avec M. Pishyar, on se trouve certainement face à un faux « milliardaire », mais en plus un apparent mauvais stratège qui possèdent de bien bizarres méthodes de gestion pour un club de foot.
        Espérons juste que le Servette n’agrandisse pas cette triste liste d’ici quelques temps…

        J’aime

  3. Le départ de Sébastien Fournier est tellement dommageable. Voici un second excellent technicien, qui avait accompli un travail remarquable au sein du club, qui part, frustré et déçu par les agissements de la direction du Servette.
    Ses propos dans Le Matin font peur, et confirment à nouveau toute notre inquiétude. Grâce à son travail de formateur, des joueurs ont porgressé et sont devenus même internationaux. Il était un vrai clubiste, avec un vrai amour pour le maillot grenat. Il part dégoûté et déçu…
    Une nouvelle erreur commise par la famille Pishyar…

    J’aime

    1. Cela sera intéressant de voir qui le remplacera (si il est remplacé).
      Notre ami Costinha va t’il placer une ‘relation’? Choisiront ils une solution interne?
      Vont ils économiser un poste en ne le remplaçant pas?
      A+

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :