Gilbert Guyot : la fidélité, le brassard, les coups de gueule

Un petit amuse-gueule pour patienter avant le retour sur la mythique saison de 1978-1979 prévu pour Noël ! Voici la présentation du capitaine de cette cuvée exceptionnelle, une légende servetienne : Gilbert Guyot.

Gilbert Guyot est 100% grenat ! il a été découvert par Jean Snella en 1967 et appelé à 19 ans en première équipe où il a rapidement acquis une place en défense grâce à ses facultés techniques et à son superbe jeu de tête. Ses tacles étaient durs et précis. Son habileté balle au pied devint rapidement une part indispensable de la construction du jeu grenat. En 1969, il était déjà international. En 1971, il a gagné 2:0 contre Lugano une première Coupe de Suisse. Son ascension fulgurante fut alors involontairement stoppée par  Bruno Michaud, coach par interim de la Nati (1972-1973). Il assigna au jeune Guyot le marquage de Gerd Müller lors d’un match contre l’Allemagne à Dusseldorf. Le „bombardier de la nation“ inscrivit 4 buts et dupa le jeune Guyot à moult reprises.

Le mode de vie de Guyot a aussi contribué à ce que sa carrière ne le conduise pas à l’étranger. L’entraîneur Jürgen Sundermann ne put pas non plus motiver Guyot à se comporter de façon plus professionnelle en dehors du terrain. Son grand talent a toutefois suffit pour une remarquable carrière remplie de succès avec Servette. Gilbert Guyot a été international de 1969 à 1976. Paradoxalement, il remporta la plupart de ses titres avec Servette après être devenu un joueur mûr, à un moment où il n’entrait déjà plus en ligne de compte pour la Nati.

Il se mit le mieux en valeur en tant que libero dans la défense en ligne à quatre joueurs de Peter Pazmandy selon le modèle anglais où il n’était guère décalé vers l’arrière. Durant cette époque à succès, il était capitaine et  porte-parole. Il jouait en harmonie complète avec ses partenaires Lucio Bizzini, Serge Trinchero et Jean-Yves Valentini. Il avait souvent du mal à brider son tempérament, ce qui lui a régulièrement valu de féroces critiques, en particulier en Suisse alémanique. Guyot a remporté avec Servette trois fois la Coupe de la Ligue, quatre fois la Coupe des Alpes, trois fois la Coupe de Suisse et une fois le championnat de Suisse. Il était le capitaine de la mythique équipe servettienne qui, à l’exception de la Coupe des vainqueurs de coupe, a remporté tout ce qu’elle pouvait remporter en 1979. En Coupe d’Europe, Servette a été éliminé en quarts de finale par Fortuna Dusseldorf sans avoir été battu.

Gilbert Guyot était excellent dans le positionnement et possédait un bon jeu de tête. Il était relativement athlétique, rapide dans les duels et habile dans les anticipations. Il avait une saine volonté de monter et un joli jeu de passes. Il mit un terme à sa carrière de joueur en 1982 et est devenu entraîneur dans les ligues inférieures genevoises. Par la suite, il a encore coaché des équipes de juniors de son club : le Servette FC. Parallèlement, il a ouvert un bar naturellement nommé Libéro.

Jacky Pasteur et Germinal Walascheck

4 réflexions sur « Gilbert Guyot : la fidélité, le brassard, les coups de gueule »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :