Les Enfants du Servette


Le temps sur la Super League Tour 14 by Obra
8 novembre 2019, 07:45
Filed under: 2019-2020, Le temps sur la Super League, Super League



 

 

Par Oscar Obradovic


11 commentaires so far
Laisser un commentaire

Interview très sympa de Geiger dans la luzerner Zeitung.
Kyei: patience. Il a le même profil que Nsame et il nous faut 6 mois pour juger.
Son futur: „J‘aimerais bien rester 5 ans chez Servette FC. Mais je suis aussi réaliste.“
Le match: „J‘attends un FC Lucerne bcp plus forte que en premier tour quand ils jouaient aussi en Ligue Europe.“

«Ich glaube an die Kraft der Offensive»
Morgen (19.00) empfängt der FC Luzern den Servette FC. Genf-Trainer Alain Geiger erwartet starke Luzerner.

Sie haben am Dienstag Ihren 59. Geburtstag gefeiert…

Alain Geiger: Ja, und meine Spieler haben mir ein wunderbares Geschenk gemacht mit diesem 3:0-Sieg gegen YB am letzten Wochenende.

Es war der erste Sieg seit Ende August. Ein Befreiungsschlag?

Wir wollen nicht übertreiben. Ja, wir hatten zuletzt etwas Mühe. Aber man darf nicht vergessen, dass wir der Aufsteiger sind. Wir müssen uns erst an die Super League gewöhnen, an den höheren Rhythmus, die besseren Gegenspieler. Das geht nicht von heute auf morgen. Man sollte nicht vergessen, dass in unserem Kader mit Ausnahme von Steve Rouiller und Sébastien Wüthrich in den letzten Jahren niemand regelmässig in der Super League spielte. Ich bin zufrieden mit unserem Fortschritt. Aber die Spiele der Wahrheit kommen in der Rückrunde. Dann müssen wir bereit sein.

Nach dem prächtigen Start mit acht Punkten aus fünf Spielen wirkte es, als würde Servette die Liga im Sturm erobern.

So einfach ist es nicht. Man muss auch die Realitäten sehen: Wir haben ein Super-League-Budget, aber es gehört zu den kleinsten der Liga. Da kann man nicht erwarten, dass wir auf Anhieb in die Top 3 vorstossen. Unser Ziel ist der Ligaerhalt.

In der Challenge League stellte Servette den besten Angriff der Liga, Sie liessen sehr offensiv spielen. Jetzt scheint die Durchschlagskraft zu fehlen. Weshalb?

Man muss in der Super League vertikaler spielen, um Tore zu erzielen. Damit tun wir uns schwer, dazu haben wir Probleme mit der Effizienz. Aber ich glaube an die Kraft der Offensive. Da funktioniere ich heute anders als vor 20 Jahren.

Wie kommt das?

Mir fehlte die Erfahrung, der Mut. Heute weiss ich, dass Fussball Unterhaltung ist. Man muss den Zuschauern etwas bieten. Das versuchen wir.

Der Stürmerzuzug Grejohn Kyei hat bisher keinen einzigen Treffer erzielt.

Geduld. Er hat ein ähnliches Profil wie Jean-Pierre Nsamé (der ehemalige Servette-Top- skorer und heutige YB-Stürmer, Anm. d. Red.). Ich sage immer, dass es sechs Monate braucht, bis man einen Zuzug aus dem Ausland beurteilen kann.

Wie sehen Sie die Perspektiven des Klubs?

Servette braucht Stabilität. Stabilität und Wachstum. Das Ziel muss es sein, innert fünf Jahren zur nationalen Spitze aufzuschliessen. Man kann hier etwas entwickeln, davon bin ich überzeugt. Die Nachwuchsabteilung ist bereits erstklassig. Und dann gibt es Bereiche, in denen wir uns verbessern müssen. Es kann beispielsweise nicht sein, dass wir uns für den Zustand unseres Rasens schämen müssen. In Bern, Basel oder St.Gallen würde das nie passieren.

Wird Alain Geiger in fünf Jahren noch für Servette arbeiten?

Das glaube ich nicht. Verstehen Sie mich nicht falsch, ich hoffe es, aber ich bin zu sehr Realist. Als Trainer musst du viele Leute überzeugen: die Spieler, das Management, die Journalisten, die Fans. Es ist schwierig, dies fünf, sechs Jahre lang zu schaffen. Das Wichtigste ist das Vertrauen des Klubs. Momentan habe ich das. Aber das muss nicht auf ewig so bleiben.

Bevor Sie 2018 Servette übernahmen, arbeiteten Sie ein Jahrzehnt lang in Afrika. Was haben Sie aus jener Zeit mitgenommen?

Jemand hat mir in Afrika einmal gesagt: «Ihr Schweizer habt die Uhren, aber wir haben die Zeit.» Und das stimmt. Ich musste lernen, geduldiger zu werden.

Seit Ihrer Rückkehr scheint es nach Wunsch zu laufen: Sie sind mit Servette aufgestiegen. Und im September wurden Sie als «Walliser Fussballer des Jahrhunderts» geehrt.

Die Wahl war das Sahnehäubchen des Jahres, eine schöne Anerkennung für meine Aktivkarriere. Aber der Aufstieg war wichtiger. Er hat mir in der Schweiz meine Glaubwürdigkeit als Trainer zurückgegeben. Ich war ja schon abgeschrieben. Jetzt begegnet man mir wieder mit Respekt. Das tut gut.

Am Samstag spielt Servette in Luzern. Gegen den FCL hat Ihr Team im August 1:0 gewonnen…

…Ja, aber man kann die Spiele überhaupt nicht vergleichen. Ich erwarte einen viel stärkeren Gegner. Der FCL hatte damals Probleme wegen der Belastung durch die Europa League. Das wird unterschätzt. Wir könnten mit unserem Kader in dieser Saison unmöglich europäisch spielen. Da müssten wir das Budget verdoppeln. So ist die Realität. Wir werden am Samstag ein anderes Luzern sehen. Es mangelt dem Team vielleicht an Konstanz, aber nicht an Talent.

Interview: Nicola Berger

J'aime

Commentaire par Marc

Avez-vous une traduction en français car avec mon allemand scolaire je ne comprends pas tout 😉 😊

J'aime

Commentaire par Stanley

Google traduction

J'aime

Commentaire par Marc

deepl.com

J'aime

Commentaire par Bertrand

« Je crois au pouvoir de l’offensive »
Demain (19h00), le FC Lucerne recevra le Servette FC. L’entraîneur genevois Alain Geiger attend des joueurs lucernois forts.

Vous avez fêté votre 59e anniversaire mardi….

Alain Geiger : Oui, et mes joueurs m’ont fait un beau cadeau avec cette victoire 3:0 sur YB le week-end dernier.

C’était la première victoire depuis la fin du mois d’août. Un coup de feu de libération ?

Nous ne voulons pas exagérer. Oui, on a eu des problèmes la dernière fois. Mais n’oubliez pas que nous sommes l’équipe promue. Nous devons nous habituer à la Super League, au rythme plus élevé, aux meilleurs adversaires. On ne peut pas faire ça du jour au lendemain. Il ne faut pas oublier qu’à l’exception de Steve Rouiller et Sébastien Wüthrich, personne dans notre équipe n’a joué régulièrement en Super League ces dernières années. Je suis satisfait de nos progrès. Mais les jeux de la vérité se jouent en seconde mi-temps. Alors nous devons être prêts.

Après un excellent départ avec huit points en cinq matchs, il semblait que Servette allait prendre le championnat d’assaut.

Ce n’est pas si facile. Il faut aussi voir les réalités : Nous avons un budget de Super League, mais c’est l’un des plus petits de la ligue. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’on soit dans le top 3 tout de suite. Notre objectif est de rester dans la ligue.

Dans la Challenge League, Servette était le meilleur attaquant de la ligue, vous avez joué de façon très offensive. Maintenant, il semble que le pouvoir de pénétration manque. Pourquoi ?

Il faut jouer plus verticalement en Super League pour marquer des buts. Nous avons de la difficulté avec cela, nous avons des problèmes d’efficacité. Mais je crois au pouvoir de l’offensive. Je travaille différemment aujourd’hui qu’il y a 20 ans.

Comment est-ce possible ?

Je manquais d’expérience, de courage. Aujourd’hui, je sais que le football est un divertissement. Vous devez offrir quelque chose aux spectateurs. C’est ce que nous essayons de faire.

L’attaquant Grejohn Kyei n’a pas encore marqué un seul but.

Patience. Il a un profil similaire à celui de Jean-Pierre Nsamé (ancien meilleur buteur de Servette et maintenant attaquant de YB, ndlr). Je dis toujours qu’il faut six mois pour juger un afflux de l’étranger.

Comment voyez-vous les perspectives du club ?

Servette a besoin de stabilité. Stabilité et croissance. L’objectif doit être de rattraper les dirigeants nationaux d’ici cinq ans. Je suis convaincu qu’il est possible de développer quelque chose dans ce domaine. Le département des jeunes talents est déjà de première classe. Et puis, il y a des domaines dans lesquels nous devons nous améliorer. Par exemple, nous ne pouvons pas avoir honte de l’état de notre pelouse. Cela n’arriverait jamais à Berne, Bâle ou Saint-Gall.

Alain Geiger travaillera-t-il encore chez Servette dans cinq ans ?

Je ne crois pas, non. Ne vous méprenez pas, je l’espère, mais je suis trop réaliste. En tant qu’entraîneur, vous devez convaincre beaucoup de monde : les joueurs, la direction, les journalistes, les supporters. C’est difficile de faire ça pendant cinq ou six ans. Le plus important, c’est la confiance du club. En ce moment, j’ai ça. Mais ça n’a pas à rester comme ça pour toujours.

Avant de reprendre Servette en 2018, vous avez travaillé en Afrique pendant une décennie. Qu’avez-vous emporté avec vous de cette époque ?

Quelqu’un m’a dit un jour en Afrique : « Vous, les Suisses, vous avez les montres, mais nous avons le temps. » Et c’est la vérité. J’ai dû apprendre à être plus patient.

Depuis votre retour, tout semble se dérouler comme prévu : vous avez grimpé avec Servette. En septembre, vous avez été élu « footballeur valaisan du siècle ».

L’élection a été la cerise sur le gâteau de l’année, une belle reconnaissance pour ma carrière active. Mais la promotion était plus importante. Il m’a redonné ma crédibilité en tant qu’entraîneur en Suisse. J’avais déjà été radié. Maintenant, on me traite à nouveau avec respect. C’est une bonne chose.

Servette jouera à Lucerne samedi. Votre équipe a gagné 1:0 contre FCL en août….

…Oui, mais on ne peut pas comparer les jeux du tout. Je m’attends à un adversaire beaucoup plus fort. Le FCL avait des problèmes à l’époque à cause de la pression de l’Europa League. C’est sous-estimé. Nous ne pouvons pas jouer en Europe avec notre équipe cette saison. Il faudrait doubler le budget. C’est la réalité. Nous verrons une autre Lucerne samedi. L’équipe manque peut-être de constance, mais pas de talent.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

J'aime

Commentaire par Bertrand

Merci beaucoup pour la traduction…. 😉

J'aime

Commentaire par Stanley

Geiger a convoqué les mêmes joueurs que les acteurs de la belle victoire contre YB la semaine dernière, y compris le prometteur Alves de Azevedo. Il pourra donc aligner la même formation sur le terrain de Lucerne, en espérant un genre de prestation similaire que celle obtenue contre les bernois…

J'aime

Commentaire par Dumbledore

pardon, (à) celle obtenue contre…

J'aime

Commentaire par Dumbledore

La suite dans la luzerner Zeitung :
La FCL doit « s’échauffer » contre Servette
Le FC Luzern joue aujourd’hui samedi (19h00) dans le Swisspor-Arena contre le même buteur Servette.
Turi Bucher 9.11.2019, 05:00 heure
Séance Servette: Thomas Häberli (à droite), entraîneur de la FCL, et le joueur Idriz Voca. (Image: Alexandra Wey / Keystone Lucerne, 12 mai 2019)
Séance Servette: Thomas Häberli (à droite), entraîneur de la FCL, et le joueur Idriz Voca. (Image: Alexandra Wey / Keystone Lucerne, 12 mai 2019)
Il pleut amèrement et agressivement ces jours-ci, bientôt la neige arrive, la saison froide est bien là – et au Lucerne FC, il faut absolument « réchauffer »: il ne reste que trois points d’avance sur la Place du Barrage (Xamax Neuchâtel). Aujourd’hui, la FCL est mise au défi par Servette, manifestement éveillée et ponctuelle.

C’était déjà impressionnant de voir comment l’équipe genevoise avait balayé le leader actuel et champion suisse des Young Boys du terrain boueux de la seconde période dimanche dernier. Varol Tasar (2), récemment en conversation dans la FCL, et Sébastien Wüthrich ont tiré les magnifiques buts de la victoire hautement méritée de Servette. « Servette a une très bonne équipe », a déclaré Thomas Häberli, entraîneur de Lucerne, « nous le savons, ils le savent, tout le monde dans le football suisse le sait ».

FCL à 0: 1 à Genève «sur le chewing-gum»
Selon Häberli, ils ont analysé la forte apparence de Servette contre YB au moyen de différentes scènes vidéo, et «homme» désignait l’entraîneur avec l’équipe. « Servette a mis fin à une série avec cette victoire », a déclaré Häberli, soulignant qu’il évoquait le temps sans victoire de Genève depuis le sixième round après la victoire 4-0 à l’extérieur à Thoune. Puis l’entraîneur Alain Geiger, mentionné par Häberli, a perdu 3 séries de défaites, 4 nuls, mais aucune victoire.

Les Servettiens sont après 13 tours avec 3 victoires à réserver, dont un au 3ème tour contre la FCL. Miroslav Stevanovic, la modeste star de Servette, a remporté la victoire décisive 1-0 sur le décès de Sébastien Wüthrich. « Ce n’était pas une bonne apparition à Genève début août », a rappelé l’entraîneur de la FCL, Häberli, « nous avons couru à la gomme ».

À propos, ceci a également été reconnu ou confirmé par Alain Geiger, entraîneur de Servette. Dans une interview (dans notre numéro de vendredi), il a déclaré: « Vous ne pouvez pas comparer le match d’août à celui de ce samedi. Je m’attends à un adversaire beaucoup plus fort. La FCL avait des problèmes à cette époque en raison de la charge de la Ligue Europa. Ceci est sous-estimé. Par exemple, nous ne pourrions pas jouer européen avec notre équipe cette saison.  »

Est-ce que cela amènera le Voca de Lucerne avec le Kosovo au Championnat d’Europe?
Incidemment, le FCL joue toujours contre le milieu de terrain européen Idriz Voca. Le Suisse-Kosovare, âgé de 22 ans, se rendra à Pristina après le match contre Servette, lundi, devant l’équipe du Kosovo. Jeudi, l’entraîneur national Bernard Challandes jouera à Pilsen contre la République tchèque. Voca a toujours la possibilité avec le Kosovo de réaliser historiquement, de qualifier le pays pour la première fois pour le Championnat d’Europe. Un seul point derrière le Kosovo se trouvent les Tchèques en deuxième position. Demain dans une semaine, Voca and Co. recevra le leader de la table, Angleterre, pour le dernier match. On se souvient: le match aller tumultueux à Southampton avait perdu les Kosovars 3: 5, le joueur du FCL Voca avait été utilisé pendant une heure.

«Servette essaie toujours quelque chose de constructif»
Mais d’abord, Voca se concentre sur le duel avec Servette. Voca dit à l’adversaire actuel de la FCL: « Servette est d’une part un jeu fort, mais de l’autre un jeu plus robuste. Les Genevaers essaient toujours de livrer quelque chose de constructif et sont également physiquement très présents. Et ils ont surmonté des difficultés avec l’impressionnante victoire 3-0 sur les Young Boys. »

Un pull, deux pulls, un manteau d’hiver, une écharpe et un chapeau de fourrure? Le match contre Servette montrera à quel point le FC Lucerne doit être chaud dans les semaines à venir

J'aime

Commentaire par Roch

Vu sur le site de l’ASSE : Le 15 Novembre a 17h30 Servette joura un match amical à Saint-Etiennele club de Rayan Souici.

J'aime

Commentaire par Cja2001

Instructif article de D. Visentini dans la TdG du jour:

Actuellement les joueurs sont systématiquement « monitorés » par un staff de trois préparateurs athlétiques, composé de Mathieu Degrange (nouveau depuis quelques semaines) et Anthony Garnier (préparateurs physique), plus Frédéric Dubrana (réathlétisation), pour améliorer l’impact physique de l’équipe (résultat déjà constaté contre YB), et dont les meilleures statistiques sont les suivantes:

Vitesse: 1) Gael Ondoua, 2) Alex schalk

Endurance et kilomètres parcourus en match: M. Stevanovic

Technique en mouvement sous pression:
1) T. Cognat, 2) S. Wuthrich, 3) B. Cespedes

J'aime

Commentaire par Dumbledore




Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.



%d blogueurs aiment cette page :