Les Enfants du Servette


Servette sur le bon chemin ? by Julian Karembeu
18 mars 2021, 08:50
Filed under: Parlons Servette, Saison 2020-2021, Super League

Après cette victoire à Sion, le Servette FC consolide sa seconde place au classement…

Une belle série

Qu’elle semble loin cette défaite à Berne face à Young Boys. Les doutes d’une équipe fatiguée ont aujourd’hui complètement disparu, remplacé par une insouciance bienvenue.

Après ce quatrième succès de rang pour les Grenat, Servette a sans doute définitivement dit au revoir à une possible place de barragiste et assuré da place dans l’élite. Le salut de l’équipe de Geiger passe par le jeu et il faut bien dire que les qualités affichées depuis fin février n’ont rien à voir avec celles d’une équipe concernée par la relégation. Au contraire de notre adversaire du jour…

Aujourd’hui, les Servettiens auraient tort de ne pas être ambitieux et de viser une place sur le podium. Car avec 4 points d’avance sur le quatrième, Servette a de toute façon l’assurance de passer le week-end prochain au pire à la troisième place du classement. Mais la réception de la lanterne rouge Vaduz devrait permettre au SFC de consolider sa deuxième place et de retrouver une différence de but positive…

Demain est un autre jour. Un autre jour de victoire servettienne. Pas seulement celle qui se gagne sur le terrain, mais plutôt la victoire d’une philosophie, d’un club. Travail, courage, abnégation, respect. Le jeu du Servette FC, si chatoyant, colle parfaitement à l’identité grenat. La route du succès est en marche…

Julian Karembeu


9 commentaires so far
Laisser un commentaire

Attention a l’exces de confiance

J'aime

Commentaire par Chris

Oui la dernière fois que Vaduz est venu…

J'aime

Commentaire par Obra

Merci Julian, on est effectivement toujours plus optimiste après une victoire, alors que dire après 4 victoires de suite !
Je retiens un premier mot de ton article qui me semble essentiel, c’est l’ambition.
C’est un Servette à l’ambition clairement retrouvée que j’aimerais enfin revivre, après ce gros trou noir (enfin, pas complètement, mais on se comprend) de 16 ans.
Quand j’étais jeune, et jusqu’à ce funeste mois de février 2005, on avait pour ambition, chaque année, de gagner le championnat et la coupe, trophées que tous les supporters espéraient à chaque nouvelle saison. Surtout le club affichait l’ambition d’y arriver – et y parvenait régulièrement.
J’ai eu l’immense bonheur de suivre notamment une décennie incroyable de 1975 à 1985, 9 saisons qui nous ont vu fêter 2 titres de champion, pleurer au titre volé très injustement par GC en 1984, et arriver 4 fois 2èmes et une fois 3èmes (seule la saison 1980-1981 détonne dans ce tableau avec une 7ème place; allez farfouiller dans le site super-servette.ch dont le lien se trouve dans la colonne de gauche !). Quant à la coupe, si l’on prend les années 1976 à 1987, sur 12 ans on a gagné ce trophée 3 fois et il y a eu 4 finales perdues (dont 3 matches à rejouer, donc 10 fois l’occasion de monter à Berne…).
A mon avis, voici donc ENFIN revenu le temps de l’ambition, fini de parler de maintien, fini de se contenter de places d’honneur, c’est désormais le titre et la coupe qui doivent être en point de mire. Mais c’est le club, en particulier ses dirigeants, qui en décident…
Alors j’espère vivement, de tout mon coeur, que nos dirigeants vont continuer sur la voie de la renaissance qu’ils suivent patiemment et avec professionnalisme depuis la reprise par la Fondation 1890, mais avec désormais cette ambition d’aller chaque année au sommet du football suisse, ambition qu’ils doivent maintenant clairement exprimer pour rassurer les supporters que nous sommes et encourager les spectateurs à revenir au stade.
Bien sûr, le football a bien changé depuis les années 70 et 80, mais avec une politique intelligente, à l’image de celle de Bâle et de YB de ces 10 dernières années, en combinant un bon scoutisme pour trouver des pépites, un recrutement intelligent en Suisse (le but est aussi de priver nos concurrents de certains bons éléments, suivez mon regard vers Quintilla par exemple…), et une formation de valeur, je suis persuadé qu’on y arrivera.
On doit retrouver la place qui est la nôtre !!
Et on va la retrouver avec les qualités que tu mentionnes, travail, courage, abnégation, respect.
Enfin, il y a un autre mot que je retiens dans ton post, c’est chatoyant, comme notre ADN du jeu, notre identité.
Mais assez bavardé pour l’instant, ce sera l’occasion d’un autre coup de coeur !
ALLEZ SERVETTE !!

J'aime

Commentaire par chrisvg001

comme chris j’ai eu la chance de connaitre les périodes de gloire de notre club et les moins bonnes.
Depuis le reprise par Monsieur Fischer et maintenant Pascal Besnard, le club a été mis sur de bons rails.
Un entraineur qui connait le club son histoire son adn et le foot
Une cellule de recrutement qui fait un bon travail même si elle est limité par les moyens financiers
La nomination de Massimo Lombardo à l’académie qui fait un super boulot, avec des entraineurs compétents à tous les niveaux.
Il ne manque qu’une chose que nos moins de 21 soient enfin promus alors qu’ils le méritent largement et ont été privés 2 fois de la promotion à laquelle ils avaient droit (la première à cause du nombre d’équipe -21 déjà présent dans la catégorie supérieure et l’an dernier à cause du virus.
Pour terminer je dirai la présence des supporters afin de pouvoir être présent au stade pour encore mieux apprécier les belles performances.
Mais une chose il faut que l’on soit patience YB à mis de nombreuses années pour reconquérir leur place au sommet ne l’oublions pas.
Allez Servette et en route pour cette 2e place en fin de saison

J'aime

Commentaire par Puplinge fans club

Merci pour ces hommages ça fait du bien en cette période difficile
Notre SFC est de retour à sa vrai place

J'aime

Commentaire par Michel

Merci Julian pour ce bel exposé, empli de positif et de vision vers le haut.
Le haut oui, d’accord avec Chris, c’est l’ambition du vrai Servette en grande partie retrouvé qui, grâce au JEU, peut ambitionner de très belles choses mais en tous RÉALISME et raison.
Pour ma part, je rêvais gamin aussi et déjà en Grenat fin des années 70 début 80.
Le foot a changé mais je ressens un retour de cet ADN Grenat et cette identité particulière et unique que nous reconnaissons tous.
Il faut dire que les acteurs de notre Servette et du club, des dirigeants aux joueurs, n’ont jamais été si Servettiens depuis des lustres. Geiger, Besnard, Lombardo, Senderos, pour ne citer qu’eux, marquent chacun à leur manière et de par leur passé, une pierre Grenat authentique et cela n’était plus arrivé depuis longtemps.
Alors oui, Servette semble sur le bon chemin qu’il va devoir suivre tout droit, en regardant vers le haut et donc la tête haute; en bref, à sa véritable place.

Aimé par 1 personne

Commentaire par Bertine

Alors, une finale de coupe avec des spectateurs pour donner un coup de fouet à cette résurrection…

J'aime

Commentaire par Roch

Ouiiiiii !!!

J'aime

Commentaire par chrisvg001

Je me souviens du match de coupe d’Europe entre Servette et Dukla Prague en 1961. Et Servette avait gagné 4-3 devant 26’000 spectateurs aux Charmilles. Qu’il serait beau de pouvoir revivre un tel moment même si le foot a considérablement changé depuis, ne serait-ce que par les moyens financiers, tant il est vrai que la Suisse n’a pas les moyens de rivaliser avec des clubs européens de renom. Les TV européennes soutiennent davantage le foot que la RTS (souvenez de la diminution de la redevance TV qui a contraint la Télévision suisse à réduire considérablement la voilure). C’est triste mais c’est comme ça. J’ose espérer que les joueurs en train d’éclater au Servette (Valls, Ondoua, Fofana, Cognat car ce sont ceux qui ont montré la plus belle récente progression), puissent rester encore quelque temps au Servette. Enfin un coup de chapeau à Geiger qui a su insuffler un état d’esprit remarquable. J’en veux pour preuve le tact, la psychologie et l’humanité dont il fait preuve vis-à-vis de joueurs en plein doute en les faisant jouer une trentaine de minutes afin qu’ils reprennent confiance en leurs moyens. Une équipe qui fait confiance à son entraîneur ne peut être que performante. Sont-ce les clés de la réussite actuelle de Servette ?

J'aime

Commentaire par Jacques Cattin




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.