Et si on remplissait le stade de Genève ?

Le SFC s’apprête à accueillir GC ce samedi.

Si ce choc entre deux clubs historiques devrait attirer un public relativement nombreux pour ce match de rentrée, le SFC souffre à attirer, de manière récurrente, la foule.

Ça n’est pourtant pas faute d’ambiance tant la SG remplit son rôle.

Vous avez des idées pour garnir régulièrement le stade de Genève ?

Faites-en profiter le SFC et la communauté grenat !

La problématique de la fréquentation du stade du Servette est lancinante depuis des décennies.

Tous les Genevois et tous les supporters du Servette FC ont un avis, souvent très tranché, sur la question :

  • L’équipe manque d’un grand numéro 10 ou d’un super centre-avant ?
  • Les buvettes sont dépassées et péjorent l’expérience ?
  • L’accès au stade est trop compliqué ?
  • L’esplanade n’est pas suffisamment accueillante ?
  • L’image du SFC n’est pas assez attirante ?
  • Mića n’est jamais venu manger la raclette à la maison ?
  • Tiber, Mati et Nini ne font pas assez de déplacements avec la SG ?

Les raisons peuvent être multiples. Mais les solutions ne sont également pas moins nombreuses. Poser la problématique est d’ailleurs souvent déjà un élément de réponse.

Alors à vos claviers, le SFC attend vos commentaires éclairés !

Par Oscar Obradovic et le Prince Igor

101 réflexions sur « Et si on remplissait le stade de Genève ? »

    1. – Jouer les 3, voire 2 premières places pendant plusieurs saisons d’afilée Les abonnés augmentent, ils motivent leur entourage à venir et le monde appelle le monde. (Exactement ce qui s’est produit au hockey)
      – Engager un avant centre pour voir des buts
      – Améliorer les buvettes, de formation hôtelière j’ai pu voir des aberrations de non sens sur la gestion des differentes tâches faite par l’équipe buvette
      – Garder le DJ d’après match, ça fait partie des animations qui sont vraiment cool 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour ta réponse, Aurel.
        Peux-tu préciser ton expérience s’agissant des buvettes ?
        Et expliciter les solutions que tu apporterais ?
        Merci !

        J’aime

      2. Le hockey malgré sa finale récente est en baisse de spectateurs depuis 2018. Certes y’a eu le COVID entre-temps, mais le constat est là. La baisse se situe autour des 1000 spectateurs/match en moyenne.

        J’aime

      3. Une certaine lassitude probablement et la fin de règne chaotique de Quennec qui a certainement aussi joué son rôle, tout comme l’éviction de CMS. Bref, c’est déjà pas facile de fidéliser un public mais c’est encore bien plus ardu de le reconquérir.
        Vu l’équipe qui a été mise sur pied cette saison, on verra bien si l’apport de vedettes attire un nouveau public ou bat le rappel des fidèles. Je n’ai pas d’avis tranché là-dessus.

        J’aime

    2. N9, Avec quel argent, puisque le SFC souffre d’un manque de spectateurs et de sponsors qui sont les deux principales sources de revenus des club en Suisse (notamment droits télés anecdotiques ) ?

      J’aime

      1. Aurel, et si cet argent servait à D’autres qu’au SFC ? Genève Sport est dans une logique de groupe. Ça semble d’ailleurs être une des raisons du départ de Besnard. Que faire si cet argent devait permettre d’acheter…des hockeyeurs ou des rugbymen ?

        J’aime

      2. Princigor, je n’arrive pas à répondre sous ton autre question concernant les buvettes, je le fais donc ici:

        Chaque employé, sur un rush de 20 minutes doit être affecté à 1 tâche précise. Celui qui sert ne fait que servir, jamais il ne doit plonger les frites dans l’huile ou tirer une bière. Il écoute la commande, il prend, il sert et au suivant. Une autre personne fait que d’encaisser. Et derrière des personnes préparent tout pour que le serveur n’attende jamais.
        Si malgré cela la queue persiste, identifier les « bottle neck » ou goulets d’étranglement, réaffecter ceux qui ont des secondes de libre là ou la cadence ne suit pas la demande.
        Si malgré cela il y a toujours de la queue, c’est qu’il manque de monde 😉

        J’aime

      3. @princigor @obra
        En effet ça semble logique et pourtant ça n’a pas été le cas ce soir..
        Comment peut on aller chercher une bière à la 30e minute et faire plus de 10′ de queue, je ne comprends pas…
        Exemple très concret: ce soir, 70e minute je vais chercher une dernière tournée. 1 fut ouvert sur 4 possible. Je comprends, 1 fut ouvert = 1 fut payé. La dame a la tireuse tirait une bière, refermait le bec de la tireuse, prenait un verre et recommancait à tirer une bière, ainsi de suite. Quand elle avait plus de verre, elle allait chercher des verres elle même alors que à ce moment 5 personnes au staff ne faisaient rien. Je suis désolé mais cela m’hallucine complètement!! Le fut doit être tiré en continu, non stop, jamais on s’arrête de tirer une bière sauf pour changer le fut. On a deux mains, une avec un verre sous le bec de la tireuse, l’autre qui attend avec le verre suivant. Derrière moi, 15 personnes, toutes la pour des bières et pourtant ça ne suit pas.
        J’explique gentiment à la serveuse on me dit « mais elle est toute seule a la tireuse la pauvre » alors que 5 personnes a côté ne faisaient absolument rien. A la 70e tout le monde est là pour 1 bière, le staff est largement suffisant et pourtant il faut attendre… si on veut que les gens reviennent au stade il faut que le service suive…

        J’aime

    3. Créer un événement avec le match au centre de celui-ci. Utiliser le pourtour du stade pour des activités ludiques ou des stands d’association.

      Pour les buvettes, réduire les prix, séparer les stands boissons et nourriture. Utiliser l’argent plastique en donnant une carte vierge à l’entrée jusqu’à 50, tiper la carte pour chaque achat et mettre une caisse à la sortie pour encaisser cash ou par carte bancaire.

      Ouvrir les 4 zones du stade même si le public serait parsemé. Prévoir un match de jeunes après la 1ere équipe.

      J’aime

  1. Plus gros repoussoir dans mon expérience : le sentiment de stade vide en-dessous de 10’000 personnes.les gens qui viennent une fois et qu’il n y a que 6’000 personnes ne reviennent que difficilement. Il faut réduire l taille des tribunes via des faux murs comme à l Arena, ppur max 20’000 places, et ouvrir plus de tribunes.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais nous avons pourtant vus de sacrés matches dans de sacrées ambiance avec moins de 10’000 personnes à la Praille !
      L’expérience est-elle si répulsive ?
      Ok, le monde attire le monde. Mais tu peux passer une très belle soirée sans forcément aller manger au gastro à chaque fois, non ?

      J’aime

      1. En ce qui me concerne 100% d’accord, mais là je rapport le ressenti de gens que j’ai pu amener et qui n’ont pas aimé les tribunes vides notamment en face d’eux.

        J’aime

  2. Ça serait surtout bien que les gens ce mobilise plus en déplacement quand je vois des St gall lucerne etc…qui ce déplace en masse à l extérieur et que chez nous on est capable de ce retrouvé à 900 Sion et la semaine d après à 250 à Bern chez le champion ou sont passer les 700?

    Aimé par 1 personne

    1. Simplement dans le fait que même si c’est YB, son football attractif et son stade magnifique, ce n’est pas un derby et toute la ferveur qui va avec. C’est aussi pour cela que Lausanne doit remonté au plus vite. Je sais çà va faire grincer les dents de certains, mais c’est la réalité pour ramener du monde au stade.

      Aimé par 1 personne

      1. Bien sur que oui, j’ai mis un autre article sur le sujet. La je donnais juste mon avis sur la différence (nombre de spectateurs) entre un match a Sion et un match a Bern.

        Aimé par 1 personne

    2. C’est pas vrai, nous somme vraiment un bon groupe en déplacement depuis la reprise du covid et les trains spéciaux. Il y a une vraie fidélité qui s’est installer chez beaucoup.
      D’ailleurs, il faut pas oublier que nous faisons le plus de kilomètres également (quasiment le double de Lucerne la saison dernière). Et cette année, c’est encore pire pour nous.

      J’aime

  3. Au vu des communautés présentes sur le canton je verrais bien un ou deux bons joueurs Portugais / Espagnols où autres Balkans si possible offensifs qui brillent, améliorer le catering, faire des promos pour les familles, etc. … Mais en attendant trouver un vrai buteur avant la fin du mercato !….. Allez Servette ! On tape GC demain !

    J’aime

    1. Selon toi,
      Ces communautés-là seraient-elles assez fidèles pour suffisamment s’intéresser au SFC et se déplacer au match ?
      N’existe-t-il pas déjà des promotions pour les familles ?
      Concrètement, en quoi consisterait l’amélioration du catering ? Des food trucks pourraient-ils être une partie de la solution ?

      J’aime

    2. @raybon51, je ne crois pas à cette question de communauté. Bcp de portugais sont attachés au Servette. Ils vont suivre leur club portugais à la TV mais le Servette c’est à eux aussi avec le temps et c’est pas un attaquant de « chez eux » qui va changer la donne surtout s’il vient du club rival…

      Mon ancien coiffeur italien est un malade de Napoli, en Suisse depuis les années 70 je crois, il est amoureux du Servette et y va avec aussi souvent que possible. Heureusement il a peu eu besoin d’un joueur italien pour prendre le virus. C’est un amoureux du foot avant tout et comment ne pas tomber amoureux de ce club ???

      Tu nous mets un attaquant togolais qui va très vite et marque des buts ça ira aussi.

      J’aime

      1. Le club pourrait déjà faire bénéficier les associations de tarifs spéciaux et ciblés. J’imagine qu’il doit exister de telles associations pour les Italiens, Portugais ou Espagnols de Genève. Idem pour les clubs de foot, etc…

        Aimé par 1 personne

      2. Valid, ne serait-ce pas inéquitable de favoriser ces communautés par rapport aux autres, notamment les Genevois ou les autres fidèles.
        Ne faudrait-il pas plutôt tenter de créer des synergies avec ces communautés ? Par exemple des matches à thème avec divers opérations et stands culturels et de nourriture ? Amener le Portugal ou le Kosovo à la Praille en organisant des événements avec ces communautés pourrait être à mon avis une belle opération tant pour le SFC que pour ces communautés.

        J’aime

      3. L’un n’empêche pas l’autre. Et du moment que le club attire moins de 2 % de la population comme actuellement, ce n’est plus vraiment une question de favoritisme ou autre. Il faut aller chercher le public, là où il se trouve. Pour le hockey, c’est avant tout les expats et pour le foot, les communautés latines. La population genevoise dans son ensemble peut aussi être touchée via les clubs sportifs et de foot en particuliers. A l’époque, des équipes de juniors étaient régulièrement invitées, je ne sais pas si c’est toujours le cas. Mais c’est aussi un très bon moyen de fidéliser les jeunes footballeurs en herbe.

        J’aime

  4. A plusieurs reprises j’ai déjà donné mon point de vue sur le sujet. Il y certainement plusieurs possibilités de le faire , mais en ce qui me concerne je vois principalement la solution dans la jouerie, le spectacle offert au public. Pourquoi ? Et bien je constate que presque un jour sur deux j’entends parler du Servette donc le club de laisse pas indifférent. Mais ce que je peut en déduire en fonction de ce que j’entends, c’est qu’a Genève il y a un potentiel de spectateur, seulement voilà ce sont des fan de football et pas de Servette (des irréductibles) ils ne viendront pas en tout temps car ils n’ont pas le sang grenat et ne sont pas malade comme moi à chaque résultat négatif. Dans mon entourage je peut certifier que si les résultats en terme de jouerie et qui offre régulièrement la possibilité de se battre pour les 4 premières places, il y aurait une trentaines de personnes en plus à chaque match. Il y a des communautés étrangères qui le foot dans le sang, oui je dis bien le foot et pas Servette. Imaginez un étranger arrivé il y a moins de 20 ans à Genève, quelle image il va avoir de Servette dans sa tête ? déjà que pour les fan sans conditions c’est dur, alors pour cette catégorie …
    Je finirais ma pensée par une petite idée comique mais…. Messieurs les acteurs du Servette, vous n’êtes n’êtes pas médecin ni infirmier mais vous êtes aux premières loges pour administrer une transfusion de sang GRENAT aux fan’s de foot du bassin lémanique et du Grand-Genève avant que la lassitude de soit incurable.
    Je précise encore pour les habitués des mauvaises interprétations que je reconnais le travail effectué par la direction depuis la reprise par M. Fischer et je le remercierais jamais assez, mais avoir un super site internet, être sur le réseaux sociaux, animations sûr l’esplanade etc. c’est un grand plus, mais pas une raison de revenir au stade de façon régulière.
    Et si un fan ou un membre de la direction avait la réponse a cette question. Plus de mesure Covid donc pourquoi pas de retour du Souper Gala de fin d’année ?
    Et vive Servette.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ta réponse détaillée !
      Selon toi, il faut donc principalement investir dans l’équipe première plutôt que dans le club lui-même, voire dans Genève Sports.
      Or, que penses-tu du risque que l’argent que le SFC peut générer soit utilisé au profit d’une autre entité grenat ou profite à un autre acteur du groupe ?
      Que le transfert d’Imeri permettent d’acheter 3 très bons rugbymen au SRC, un grand attaquant canadien au GSHC et 3 super joueuses au SFCC ? Ces éventuels vases communiquant te poseraient-ils ou te posent-ils un problème ?
      Dans la même idée, que penses-tu du fait ou du risque que les importants revenus du catering (buvettes, espaces VIP et/ou loges) puissent bénéficier à Prime & Co (ou à une autre entité) au détriment ou à la place du SFC ?

      J’aime

      1. Je ne me permettrais jamais de juger la gestion des finances ce n’est pas mon domaine et je nai de toute façon pas les éléments pour le faire. Mais de mon avis chaque entité du groupe servette dois fonctionner de manière autonome. Je pense aussi que certains sponsors ne verrais pas d’un bon oeil leurs argent partir au hockey par exemple, ce n’est qu’un exemple , je ne dis pas que cela se fait. Mais me concernant si je pouvais mettre de l’argent dans le cub je n’aimerais pas qu’il partent ailleurs.

        Aimé par 1 personne

      2. Tu utilises les buvettes du stade ? Le SFC doit-il en tirer directement le profit principal ou peux-tu admettre qu’il profite à d’autres ?

        J’aime

  5. Pour attirer du monde au stade il faut :

    1) De l’ambition : dire clairement en début de championnat que l’objectif est d’être champion ! Et pas dire qu’on joue le ventre mou.
    2) Des renforts : cela rejoint mon premier point, pour avoir l’ambition d’être champion il nous faut des joueurs de qualité.
    3) Un style de jeu : proposer du spectacle aux spectateurs. Si on s’ennuie au stade, autant regarder le match à la TV.
    4) Un stade accueillant : un grand effort à été fait ces dernières années au niveau du stade, avec la rénovation des sièges, des écrans, des coursives, les animations, etc… Mais il reste trop grand. Installer des bâches au niveau de la tribune EST afin que les spectateurs se regroupent un peu plus et que cela fasse moins vide.
    5) Des buvettes rapides : combien de fois on entend dire que les buvettes sont une catastrophe, et que malgré cela rien ne change ? Il faut interdire le cash au stade et autoriser uniquement le paiement par carte. Et équiper les buvettes de plusieurs terminaux de paiement. Installer plus de tireuses à bières ! Des grills et friteuses plus grands pour la bouffe. Plus de personnel.
    6) Des offres : combiner l’achat d’une place avec le transport TPG gratuit, réduction chez les partenaires, burger gratuit au McDo ou KFC, etc…

    Voilà un peu mes idées, inspirées directement sur ce que je vois dans les différents stades que je fréquente depuis mon enfance.

    Aimé par 2 personnes

      1. En Suisse j’ai fait tous les principaux stades et patinoires, et les points que j’ai mentionnés sont clairement transposable chez nous.

        J’aime

      2. Ok ! Mais quels sont les points forts de chacun des ces endroits ?
        Tous sont-ils bons dans tous les aspects ?
        La buvette est-elle meilleure à Lausanne ou à Bern ? Et pour quelles raisons selon toi ?

        J’aime

      3. Non je ne connais aucun stade de « notre niveau » qui combine tous les aspects, excepté peut-être Berne. Si on arrive à combiner toutes les forces des différents stades à la Praille, je suis convaincu que le grand public viendrait plus volontiers passer l’après-midi.
        Si on prend l’exemple des buvettes à Lausanne, où le cash n’est pas accepté, le paiement se fait en quelques secondes et chaque collaborateur possède un terminal de paiement.

        J’aime

    1. Je comprends le raisonnement.
      Mais les Portugais ne sont-ils pas tout d’abord amoureux de leur club et fidèle à ce dernier ?
      Se déplacerait-il vraiment à la Praille pour voir Lucerne plutôt que de voir Sporting-Braga simultanément à la TV ?
      Le raisonnement est le même pour d’autres communautés.
      Et même si ce devait être le cas, pour quelles retombées ? Combien de spectateurs kosovars pour aller voir jouer Imeri ? Quelle solution pour s’assurer que la communauté en question pourrait avoir le cœur grenat ? Participer aux repas de soutien des clubs de ces communautés actifs dans les ligues inférieurs par exemple ?

      J’aime

  6. Alors personnellement je fait la distinction entre le jeu proposé sur le terrain et l’accueil et l’ambiance au stade.

    Si pour le jeu, je suis d’accord sur les commentaires sur le manque d’ambition du club, manque de joueurs « spectacle ».

    Mais pour moi le gros problème, est sur l’accueil et l’ambiance au stade. Si on peut voir quelques nouveautés (DJ en Buvette sur l’esplanade) et que la SG est toujours au top. Personnellement l’ambiance que le club fait est nul. Sérieusement, hormis l’ambiance mis pas la SG, j’ai l’impression d’être au bord d’un terrain d’un match de 5ème ligue .

    La présentation des joueurs qui se fait 20 minutes avant le début du match alors que personne est dans le stade. C’est d’un ennuie. Je jette pas la pierre au speaker qui fait de son mieux. Mais sérieusement, il fait son speech, il essaie d’ambiancé tous le monde, puis pendant 15 minutes, plus rien… T’attends que le match commence dans un silence….

    Toutes proposition gardée, j’avais été voir un match d’OL par exemple, est le spectacle qui est fait avant la partie avec des jeux de lumière, musique, chant etc était vraiment top, tu as envie de retourner au stade même si tu t’en fou de ce qui ce passe sur le terrain. Pour moi c’est vers quoi le club devrait tendre…

    Exemple pour illustré mon propos : https://www.youtube.com/watch?v=fx1H-SA2xjk

    Quand tu viens au stade, tu veux vivre une expérience, et là, c’est uniquement les aficionados qui vienne voir les matchs. Donc, si le club aimerait augmenter la moyenne de spectateur, ils doivent vrm revoir ces points. Pour moi, c’est primordiale.

    J’aime

    1. Merci pour ta réponse claire.
      Cette saison, le SFC a installé des feux de bingalle pour fêter les goals derrière les buts.
      Cette nouveau, qui participe au spectacle et à l’ambiance, est-elle selon toi à conserver pour les raisons que tu évoques. Cela même si elle participe du football spectacle/business et qu’elle est déjà critiquée par certains vrais passionnés et fidèles du club en Nord ?

      J’aime

  7. Pour remplir un peu plus la stade, je préconise plus d’offre. Par exemple : 1 abonné peut inviter un ami gratuitement. Cet invité va de toute façon consommer et peut être revenir au match si le match/l’ambiance est de qualité

    J’aime

    1. Cela ne va-t-il finalement pas orbiter les finances du club ?
      Je te donne un exemple : 2 amis prêts chacun à acheter un abonnement n’en achètent finalement plus qu’un seul car les invitations liées au premier abonnement, qui rendraient ainsi le second abonnement gratuit, deviendraient ainsi plus rentables que d’acheter un second abonnement.
      De plus, offrir des prestations à ses clients, comme par exemple pour le match de samedi contre GC, coûte de l’argent, que ce soit directement ou indirectement pour le club. Car rien n’est gratuit. Appartient-il au SFC de « payer » pour que ses « clients » (dans une logique économique) se déplacent au stade ?

      J’aime

      1. Et pas l’abonnement et quelques matchs. L’idée est bonne mais doit être ciblée. Cela a été fait par le passé mais peut-être moins ciblée.

        J’aime

  8. Moi je pense que le club manque d’ambition, il faut quand même faire rêver un peu, Servette est un grand club suisse, mais donne l’impression de stagner. Pas de présence médiatique, peu de communication, sentiment que le club est bien géré, en bon père de famille, mais ne fait pas rêver :

    1: ambition (en respectant le budget)
    2: marketing / communication
    3: accueil et buvettes, s’inspirer de ce qui se fait ailleurs
    4: …

    J’aime

    1. Bonnes remarques !
      Médiatiquement, on fait comment ?
      On achète un média ? On forme de bons journalistes à la RTS ? On négocie avec les radios locales pour que les matches soient transmis en direct ? Qu’en penses-tu ?

      J’aime

      1. Je ne suis pas un spécialiste des médias, mais je suis persuadé que Fischer ou Senderos pourraient plus occuper le terrain, se montrer, expliquer certaines réalités… on a l’impression que la direction est invisible, alors qu’on entend parler sans arrêt des Constantin…
        Marketing: Je crois que le club est très présent sur les réseaux sociaux (très bien), mais pour ma part, je n’y vais pas. Tout le monde n’est pas accro à ça et beaucoup de gens ne font que lire les journaux, vont sur le site internet ou écoutent la radio, donc oui, il faut intensifier les contacts avec les radios locales, faire de la pub et faire vivre le site internet, qui semble en sommeil la plupart du temps…

        J’aime

  9. Je pense que c’est multi factoriel.

    Pas de miracle : à Genève, il faut des résultats ET du beau jeu pour espérer attirer du monde. Cela passe donc en premier lieu par un recrutement en ce sens.

    Je ne crois pas trop au principe des communautés qui viennent voir un compatriote, sauf grosse star impayable.

    Je refuse totalement l’américanisation du football. On va voir du foot, pas un feu d’artifice, un light show ou des filles qui se trémoussent sur la pelouse. Si c’est ça l’avenir, ce sera sans moi (déjà que la formule à venir la saison prochaine, c’est sans moi).

    Par contre, resserrer les liens avec les clubs de la région est essentiel : ils aiment le foot et sont donc des « clients » potentiels. Ce n’est pas seulement inviter les clubs, mais aussi aller les voir, les rencontrer, organiser des amicaux, bref,, créer une communauté.

    L’accueil au stade est à revoir : l’offre en nourriture doit être adaptée selon l’horaire : un samedi soir, des kebabs seraient les bienvenus par exemple. Par contre, le dimanche à 16h en été, des glaces, des gauffres seraient une idée. Par exemple. Et trouver un partenaire qui a l’habitude de gérer des stands de boissons lors d’événements. Que les employés n’aient pas l’habitude est une chose. Mais les responsables doivent être stables et guider leurs équipes.

    On pourrait aussi baisser un peu le prix des abonnements et monter les prix des billets d’entrée. Objectif : inciter les gens à s’abonner, et avoir un plus gros socle de fidèles à qui on pourrait proposer des avantages : transports publics gratuits 3h avant et 2h après, partenariats avec des commerces, etc..

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Cédric.
      Je suis d’accord avec toi sur TOUS les points.
      Mais peut-être que nous ne reflétons pas ou plus totalement les « clients » potentiels générateurs de revenus.
      Je peux vivre avec les shows pyrotechniques et autres pour mettre l’ambiance, même si je crois que la meilleure pub serait d’avoir des tribunes pleines et survoltées avant, pendant et après le match.

      J’aime

      1. Le club peut-il se permettre d’ignorer des quinqua qui ont encore 20-30 ans de stade devant eux ?

        Je comprends qu’il faille mettre l’accent sur les jeunes, car c’est l’avenir. Mais est-ce une raison pour ignorer ce que peuvent avoir envie des 40-60 ans ?

        J’aime

      2. Le club ne peut clairement pas ignorer les quinquagénaires ni quelques autres tranches d’âge.
        Surtout que cette tranche a des moyens.
        Mais il ne peut pas ignorer les autres. Si pour le bien du SFC il faut accepter de la technique pyrotechnique, je m’en accomoderai. Pour le bien du SFC. Même si je j’aime pas ça.

        J’aime

      3. Disons que notre avis personnel peut être différent des attentes mais au bout du compte on veut un bon Servette avec un stade plus rempli

        J’aime

    2. Pour parler « d’américanisation du football », je pense qu’il faut vivre avec son temps. Les stades de football ont beaucoup évolué ces dernières années, et les grands clubs font vivre au public un vrai spectacle avant le match.

      Il suffit de voir ce que font les lausannois dans leur nouvelle patinoire. Il faut être honnête et dire que leur show d’avant-match est juste incroyable.

      Je ne dis pas que cela va attirer 20’000 personnes, mais ça ajoute une touche de magie en plus. Le petit frisson qui te poussera ensuite à vivre un très bon moment au stade, et même devant un Servette – Winterthour.

      Sinon pour le reste, je suis d’accord avec toi.

      J’aime

  10. Problème insoluble. Déjà en 94 quand on jouait le titre avec des joueurs incroyables on dépassait rarement les 6000, idem en 99.

    Parce que le genevois est comme ça. Un maîtresse difficile à fidéliser qui voudra surtout les paillettes (lire les matchs clés – évènements) et pas venir automatiquement à chaque match comme le St-Gallois ou le bernois quelque soit l’adversaire ou le jeu proposé.

    Le problème actuel ce n’est pas l’absence de beau jeu – l’équipe joue bien et ne triche pas même si c’est moins folichon cette saison (plus conservateur/défensif) , l’absence d’un pseudo attaquant (portugais ou autre – Saleiro avait ramené du monde ? j’en doute) même si une « vedette » pourrait évidemment faire le buzz mais nous ne sommes pas le FC Sion.

    Le principal problème c’est l’enjeu. Nous sommes en début de saison, Il n’y a pas la pression de la relégation ni l’ambition du titre, le genevois a encore la tête aux vacances, la saison vient de reprendre.

    On ne va pas dire qu’on joue le titre, ce serait une bêtise que les journalistes nous ressortiraient au moindre faux pas, pour autant la sortie de Geiger était bien malheureuse autant pour le public que pour son équipe (nous n’avons pas de quoi jouer le titre). Je doute que Breitenreiter ait eu cette approche la saison passé avec que sur le papier son FCZ n’avait rien de redoutable.

    L’expérience au stade en terme de F&B est vraiment pas bonne. Faire la queue pour boire ou manger qqch ? Tôt avant le match éventuellement…sinon on oublie.

    Rarement le SFC n’aura vendu autant de maillots, eu une image aussi bonne auprès des jeunes, après des années de galère mais cette stabilité, sans remous mais sans folie non plus ne se concrétise pas encore au stade. Ce n’est pas une question de prix, l’article récent paru dans la presse montre clairement que nous sommes dans les plus abordable de Suisse.

    Améliorer l’expérience globale est essentiel (accueil, buvette, ambiance, musique, activité à la mi-temps).

    Créer l’évènement même contre Winterthur c’est devenu un impératif. On peut pas se contenter d’un pauvre article dans la TDG le jour du match.

    On l’a vu contre Lausanne dans le passé, pour les matchs clés, il y a eu tout une campagne précédent le match pour que ce dernier soit LE sujet de discussions principal de la semaine. L’équipe marketing est vouée a trouver des astuces pour mettre la Praille au centre de Genève à chaque rencontre. Le combo Village du Soir est bien vu. J’ai réussi a ramener deux personnes même si c’est un prétexte.

    L’objectif PRINCIPAL c’est l’abonnement. TOUT Genevois qui aime le Servette doit être abonné, peut importe le nombre de rencontres auquel il va assister. Le club doit donc en faire 3x plus avec ses abonné pour faire gonfler ce nombre d’abonné. Au lieu de casser les prix des billets (souvent), faisant perdre une certaine valeur à l’abonnement, il devrait au contraire gonfler les prix pour les grosses affiches. Mais derrière il faut assurer (accueil, buvettes…). Ca passe par un vrai rabais sur la saison, de gros rabais sur le maillot et le merchandising, des avantages abonnés, etc.

    Parce que si tout ceux qui suivent régulièrement le club, en parlent, y sont attachés était abonnés, nous aurions probablement 20’000 abonnés. Je le constate autour de moi où dans un cercle d’amis proches – la moitié sont des amoureux du club mais ne vont que rarement au stade (famille, etc…).

    Je mise beaucoup sur les jeunes générations qui n’ont pas connu le dernier titre. C’est un travail de longue haleine sur la durée.

    J’aime

  11. Beaucoup de choses ont été dites mais je pense également que l’un des éléments les plus importants est la stabilité dans la gestion du club !
    Cela va mieux depuis la reprise par Wilsdorf mais je pense que le depart de Besnard a fait du mal. Cela faisait longtemps quon avait plus eu un president qui connaissait aussi bien le foot.
    Cette instabilité chronique est vraiment demotivante et entretien une lassitude du club auprès des genevois. Il me semble pourtant que beaucoup de gens aiment servette mais nombreux sont ceux qui évitent de s’y interesser/attacher pour ne plus etre systematiquement déçu/blessé.
    C’est justement ceci que le hockey a réussi à éviter pendant plusieurs années.
    Stabilité du club, progression, ambition : 3 éléments que l’on ne retrouve pas actuellement ( à l’exception de la communication : réseaux, merchandising, etc. Qui sest très nettement améliorée et est vraiment bien actuellement).

    J’aime

    1. Pour moi Besnard n’a strictement rien apporté. Entre lui et Fischer il n’y pas photo. Même si le second est juste là pour faire les pompier. Comment expliquer ce laxisme avec les contrats, les retours mauvais de la part des joueurs (Sasso, Schalk, Sauthier… pas des moindres). Cela concerne surtout Senderos mais c’est le rôle du Président de mettre de l’ordre quand tu entends que c’est la merde. Besnard c’est avant un banquier qui avait un discours en parfait décalage avec la fondation (le titre dans 3 ans… mais ça veut jouer ou bien.). De l’ambition toujours mais on propose un plan, des solutions step by step pour y arriver parce que Marc Roger aussi il a qu’on finirait avec 15 points d’avance sur Bâle…

      J’aime

  12. En parlant de TV, je serai curieux d’avoir les stats des rencontre de LNA. Quels sont les clubs les plus suivi ? Depuis où ? Serait pas étonné que bcp de genevois suivent le club depuis leur canapé…

    J’aime

  13. Food trucks / stand de bières locales / musique / produits du terroir.
    Faut donner en vie au gens de venir plus tot au stade et de rester apres
    Le prix des billets pourrait baisser. Bcp de personnes trouvent trop cher!
    Les buvettes doivent etre mieux organisees et la qualité meilleure

    Aimé par 1 personne

    1. @Cori, le prix c’est une excuse à 2 balle (c’est le cas de le dire). Le Servette propose les prix presque les plus bas de Suisse.

      Les offres sont nombreuses, les prix familles, étudiant. Faut arrêter. Le genevois est prêt à mettre 20.- au McDo mais pas 15.- pour aller voir Servette ?

      Les études le prouvent, ce n’est pas le prix qui est un frein. Me souvient d’un Servette – Yverdon aux Charmilles, GRATUIT. Nous étions 4500…

      Par contre tu peux quasi doubler les prix contre Sion, on perdra à peine 10% de l’affluence, j’en prends le pari. Le genevois est occasionnel, opportuniste, il n’a qu’à payer. Par contre, j’insiste, il faut que le service soit à la hauteur (accueil, produits, attentes aux points F&B).

      Les prix sont ridiculement bas:

      Tribune Nord
      (secteur H à L, places numérotées)
      Prix des billets
      Adulte
      20.-
      AVS/AI/Etudiants, chômeurs (sur présentation d’un justificatif)
      18.-
      Enfant (6-16 ans)
      10.-

      Tribune Est
      (secteur O à Q, places numérotées)
      Prix des billets
      Adulte
      35.-
      AVS/AI/Etudiants, chômeurs (sur présentation d’un justificatif)
      28.-
      Enfant (6-16 ans)
      10.-

      Secteur Famille*
      (secteur (est) R & S, places numérotées)
      Prix des billets
      Adulte
      25.-
      AVS/AI/Etudiants, chômeurs (sur présentation d’un justificatif)
      18.-
      Enfant (6-16 ans)
      5.-

      Le club pourrait peut-être faire un effort sur les prix tarifs réduits mais en même temps n’a pas les ressources pour contrôler cela aux entrées (risque d’abus évident).

      => Food trucks / stand de bières locales / musique / produits du terroir.

      Pour ça je soutien à 300% !

      J’aime

      1. Je garde mon sentiment… prix trop cher ! Il devrait y avoir des places a 10 francs max pour des adultes. Mon pere si les billets etaient a 10 balles ils viendrait plzs souvent.
        J’ai ete voir lyon et ils ont des billets a 10 euros.
        20 et 35 francs c’est bcp trop cher.
        Bcp ici parlent des portugais, espagnols , italiens ou francais…
        Ben je te jure qu’ils ont du mal a mettre 30 balles pour le championat suisse quand ils connaissent le prix des billets a l’etranger.

        Aimé par 1 personne

      2. @Cori
        Pourtant, si tu prends en compte le salaire minimum à Lyon (~EUR 1’700.00) avec celui à Genève (~CHF 4000.00), tu te rendras compte que les 20 balles (vs 10 Euros) sont bon marché.

        J’aime

  14. Cette affiche fait plaisir (mais surtout pour ceux qui ont connu cette époque) Pour les 20-30 ans je doute que ce soit une affiche intéressante, voir même une affiche d’anciennes équipes jouant en CL. L’histoire des deux clubs et cette « rivalité » est fascinante, mais c’est n’est plus le cas à l’heure actuelle. C’est deux équipes de milieu de classement. L’histoire doit être renouvelée, mais quand ?

    J’aime

  15. Déjà une bonne com. Entre un club qui ne communique presque jamais et un entraîneur qui dit des le début que Servette ne jouera pas le titre….zurich a bien fini champion Suisse la saison dernière donc c’est possible..c’est rare mais possible… c’est bien d’être modeste mais faut aussi faire rêver les gens. Sinon ils ne viendront plus au stade.
    Une bonne communication est essentielle
    et une bonne couverture media… les grosses boites ont un département communication. Cest essentiel maintenant et notre club brille par sa non communication ..à Genève jouer le milieu du classement ne déplacera jamais la foule…on n’est pas Bâle ou St Gall…il faut de l’ambition et une com agressive et un entraîneur qui y croit.
    Ensuite un entraîneur qui fasse jouer les jeunes ..on n’a pas le budget de YB et de Bâle donc la seule solution c’est de faire jouer bien plus nos jeunes. ( et ensuite les revendre..pas avant).
    Ensuite un bon attaquant genre Nsame..vous pourrez avec plein de joueurs comme Mica…le but final est de marquer 1 but de plus que l’adversaire
    Sans renforts et buteur devant..vous finissez derrière.

    J’aime

  16. -Renouveler 5-6 fois par année l’opération 1+1 (un abonné peut faire venir gratuitement une connaissance.

    -Mettre des bâches sur les hauts de la tribune afin de ne plus avoir l’impression que le stade est vide.

    -Gestion des buvettes (lenteur, mauvaise organisation, gestion du stock au niveau de la nourriture, pas normal qu’à la mi-temps il n’y aille plus de frites ou de hot-dog, garder les aliments au chaud…merci la saucisse de beau froide quand tu arrives le premier à la buvette 1h avant le match, prévoir des mecs qui se balade dans les tribunes avec de la bière à servir directement (ça se faisait à une époque en tribune principale).

    -Nettoyer au moins 3 x par année les sièges du stade (quand tu dois toi même enlever le sable du Sahara qui est là depuis 2 mois où les merdes d’oiseau sur certains sièges datant de 6 mois en arrière…)

    -Que le club communique un peu plus au niveau du sportif (ok le club ne peut pas tout dire, mais par exemple la blessure de Bedia pour 2-3 mois, aucun communiqué officiel de la part du club…)

    -Engager 2-3 renforts et minimum un attaquant avant le 31 août! (car faire encore 11 matchs sans avant-centre de métier ce n’est pas viable). Ok le club veut faire jouer des jeunes cette saison, mais au delà de ça, nous avons besoin de leaders pour les entourer.

    Dernier point qui ne concerne pas le club mais le le public : Arrêtez de vous trouver des excuses pour ne pas venir au match (vacances scolaires, week-end prolongé, fêtes de Genêve, mauvais temps et température au dessous de 15 degré, anniversaire de la belle-mère ou décès de la grand-mère…etc). Toutes les excuses sont bonnes si on a pas envie de venir au stade! Donc bougez-vous le cul et remplissez la Praille.

    J’aime

  17. Excepté les résultats, je pense que l’accueil est primordial et fait défaut dans notre stade. Les buvettes dysfonctionnent, tout le monde est d’accord. Mais l’accès au stade est également compliqué. Je n’ai toujours pas compris pourquoi ils fermaient toutes les routes autour du stade mais également la sortie d’autoroute. Pour inciter les gens à venir en transports en commun ? Les bus n’y viennent pas alors qu’il y a un arrêt stade de Genève. Il n’y a pas de meilleure manière de démotiver les gens à venir au stade.
    Autre aspect : la présence policière sur l’esplanade, va-t-on voir un match de foot ou est-ce que l’on part se battre dans une guérilla urbaine ? Malheureusement cela fait peur à beaucoup de gens et notamment aux familles qui ont peur de venir. Peur alimentée par les médias qui font du stade une zone de guerre infestée de méchants hooligans venant au stade pour se battre.
    Je pense donc qu’une présence policière plus discrète, et prête à réagir si nécessaire (ce qui est rare) serait bénéfique pour tous.

    J’aime

  18. Tout a été dit sur les buvettes, le jeu, la politique du club. Il y a beaucoup de très bons avis dans ces commentaires et le club tirerait un bénéfice à les lire.

    Pour ma part, j’ai été très séduit par la politique du début de saison de Saint-Gall. Le club a organisé une tournée dans le canton, en organisant des matches amicaux contre des petites équipes régionales de 2e, 3e et même 4e ligue, avec une troisième mi-temps à la buvette du stade. J’adore ce concept. Le club plus proche de son public, les joueurs plus accessibles. Des matches à Donzelle, Collex-Bossy ou Perly, où le public est à 1 mètre des joueurs, où on peut partager une bière avec les pros.

    On pourrait aussi imaginer qu’à tour de rôle et chaque semaine, deux joueurs pros assistent et participent à des entrainements de juniors dans le canton, se mêlant aux gamins du crû. Pas de manière ponctuelle, mais régulièrement et pour tout le monde y va, pas juste quelques-uns.

    L’idée serait d’accroître la popularité du club auprès de la jeunesse, car un enfant qui veut aller voir le joueur avec qui il a partagé l’entraînement y emmènera aussi ses parents, frères et soeurs, papy, etc… Le foot est devenu un star-système et il faut redonner un côté populaire à ce sport.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Laurent pour avoir détaillé d’avantage ma remarque sur le resserrement des liens avec les clubs de foot de la région.

      C’est tellement ça.

      J’aime

  19. Il faut faire revivre le glorieux temps des affiches en ville. Mais pas des petites affichettes au graphisme moderne et surchargé avec photo et tout le tralala. Une bonne vieille affiche format mondial, simple et lisible avec écriture noire sur fond blanc.

    Les équipes en question, la date et l’heure du match, les infos pour la préloc, quelques sponsors pour financer l’affaire et le logo. Punkt schluss. Bien visible et placardée dans toute la ville et les villages, Le genre d’affiche qui se capte tout de suite au volant ou au guidon. Et une affiche, c’est peut-être has been, mais ça fait causer, surtout si elle est oldschool. Faut choquer si on veut faire parler de soi. Et un retour en arrière, c’est choquant aujourd’hui.

    Pour les plus anciens,rappelez-vous du temps des Charmilles: on attendait tous le placardage des affiches « La Suisse » pour savoir à quelle heure on jouait. Il y a clairement un mythe à faire revivre à Genève avec ça. Y’a pas que les smartphones ou bien ?

    Aimé par 1 personne

    1. …et pour pousser plus loin, on pourrait même imaginer un concours ouvert à tous lancé par le club. Le but: dessiner une mascotte aux couleurs du club, en vue d’être publié pour une rencontre. C’est interactif, parfaitement réalisable et cela crée un engouement auprès des miochetons. Et un miocheton qui se sent impliqué, ça cause et ça bringue pour que son père (et sa mère) l’emmènent au match.

      Aimé par 1 personne

  20. Houlàààààà… bonne question !
    Pour ma part ça fait 20 ans que j’en parle, notamment avec les différents présidents qui se sont succédés depuis la faillite, par exemple j’ai pu aborder plusieurs fois le sujet avec Paco Vinas.
    Pour cela, il faut travailler sur le long terme, garder une politique sur au moins 10-20 ans
    Je pars d’un constat : le supporter le plus fervent, et j’en suis un des exemples (vous tous aussi, manifestement !), il a été conditionné depuis tout petit à venir au stade, souvent avec son père, parfois aussi avec d’autres membres de sa famille.
    Tu suis le club régulièrement entre 6 et 16 ans, et tu es un supporter à vie !
    Donc : il faut faire en sorte que les jeunes de cet âge aient un accès facilité au stade.
    La réponse la plus simple, c’est de dire que tout abonné peut prendre GRATUITEMENT un gosse avec lui pendant la saison, dont il doit simplement annoncer le nom en début de saison. Avec des possibilités ouvertes pour les familles avec plusieurs enfants.
    Bon je suis revenu de la gratuité, car comme on le dit, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur.
    Mais fournir une carte à l’enfant, avec son nom sous le logo du Servette, pour disons 18 balles par saison (1 franc par match, ça veut jouer ou bien ?), valable uniquement conjointement avec le citoyen Tartempion, quel que soit l’abonnement de ce dernier, de la Tribune Nord jusqu’au loges, et tu fais ça pendant 20 ans, je vous fiche mon billet (c’est le cas de le dire) qu’au bout de ces 20 ans, on aura un socle de 10’000-15’000 abonnés.
    Surtout qu’on a un stade avec tellement de place !! Alors pourquoi ne pas l’utiliser pour fidéliser les futurs abonnés ?
    On essaye ? Chiche ?

    Aimé par 2 personnes

  21. L’accessibilité au stade.
    C’est quand même incroyable que les transports publics ne puisse pas desservir le stade 1h avant et après le match. Ya qu’à Genève qu’on voit une ineptie pareil..

    Aimé par 1 personne

  22. Ce stade est trop grand. Il faut bâcher la moitié des gradins pour une meilleure ambiance et un sentiment plus intimiste.
    L’esplanade est moche. Il manque vraiment un pub ou un resto où nous pourrions passer un bon moment avant ou après le match. Ils l’ont fait a LS, c’est top.
    C’est quand même le comble de devoir aller chez Molino.

    Aimé par 1 personne

  23. Beaucoup de choses on déjà été dites. Bravo a tous pour vos idées.

    Pour ma part je pense que des « pack » 3 match à genre 40 francs ( une grosse affiche et deux moins grosse ) pourrais forcer les spectateurs qui ce déplace que pour les gros matchs à venir pour des plus petits. Ça ce fait notamment en France et ça marche plutôt pas mal.

    Pour les buvette vraiment quelque chose à revoir… Je vais régulièrement a St Etienne ( 30000 de moyenne) et j’ai jamais attendu plus de 10 même pour les gros matchs pour prendre a boire .

    Pourquoi ne pas installé des foodtruck au abord du stade avec un pourcentage sur le bénéfice au club ? Ça permettrai au buvette de ne proposé que des « petits en-cas » genre frites plus rapide et facile à gérer.

    Il faudrai aussi dans les buvettes , ne proposé qu’une seul taille de boissons, ça ferai gagner du temps au serveur et faciliterait la tâche .

    Également mettre que des verres consignés , c’est bête mais beaucoup de gens aiment bien collectionné ce genre de verres (moi le premier) et ça donne envie de revenir et fidélise pour compléter la collection ( en plus d’être un geste important pour l’environnement.

    Je pense aussi que le club devrait plus souvent faire des promos comme il faisait (gratuit pour les femmes , 1 cadeau 1 places ou la avec le VDS) ça rend dynamique et plus motivant .

    La communication sur les match devrais être plus importante ( même si en France sauf avec les réseaux sociaux, peux de moyens de suivre le club)
    Quand j’étais gamin on allais souvent avec mon club au charmilles, on avait même été ramasseur de balles , il faudrai renoué avec les club locaux ( Genevois et Français frontaliers) c’est par là que commence l’envie de retourner au stade ( c’est enorme pour un gamin d’allez dans un vrai stade ) .

    Aimé par 1 personne

    1. Bravo pour tes solutions.
      Mais pourquoi ça devrait être gratuit pour les femmes ?! Et l’égalité, vous en faites quoi !? Est-ce que la réciproque existe ? Est-ce qu’on offre l’entrée gratuite avec une bière à tous les hommes qui vont voir un match de foot féminin. Il faut arrêter avec les discriminations de genres. On doit tous avoir les mêmes droits. Dans un sens comme dans l’autre. Stop à la misandrie.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui Obra ! Mais la violence c’est un autre débat.
        C’est fini l’époque des discriminations de genres. Les femmes comme les hommes doivent payer leur billet. On essaie de mettre fin aux injustices de genres ( âge du départ la retraite, taxe d’exemption militaire « toujours pas payée par les femmes » droit au divorce 100 % égalitaire, etc… ce n’est pas pour revenir en arrière en créant du favoritisme.

        J’aime

      2. En tant que divorcé je sais que l’on nous saigne à mort mais je pense que c’est bien d’attirer les femmes au stade et de leurs montrer que ce n’est pas dangereux pour les enfants

        Aimé par 1 personne

  24. Notre Président dans la tdg du jour déclare entre autres- Où se trouve le finisseur tant attendu, en approche le dossier devrait être bouclé d’ici quelques jours, suivi par un soutien aux attaquants

    Aimé par 1 personne

  25. Le président fait le point
    Didier Fischer: «Il existe plusieurs Servette, plusieurs chemins»
    Rencontré dans son domaine viticole, à Peissy, le patron du SFC évoque le début de saison «grenat» et les griefs formulés à l’encontre du spectacle offert, loin de correspondre à l’ADN historique du club. Un buteur toujours attendu.

    Nicolas Jacquier
    Publié aujourd’hui à 10h13

    Didier Fischer nous a ouvert les portes du Domaine des Trois Étoiles, à Satigny.

    BASTIEN GALLAY/LPS
    Face au miroir de la réalité, Servette renvoie une image déformée de lui-même. Avec plus de points que de jeu. Parce qu’il n’emballe plus autant, le club «grenat» séduit moins. Poussant des cris d’orfraie, les puristes s’offusquent d’une approche aussi pragmatique. Comme si Servette ne pouvait réellement exister qu’à travers le panache dont Genève aime tant à se gargariser. Et Didier Fischer, lui, que pense-t-il de tout ça? Comment qualifie-t-il ce début de saison couci-couça et les critiques qui accompagnent celui-ci? Et où en est-on dans le dossier du fameux attaquant? Pour répondre à ces interrogations, certaines pesantes, on a retrouvé le boss du SFC dans son domaine des Trois Étoiles, dix hectares de vignes situés à Peissy sur les coteaux du Mandement, qu’il exploite depuis 2018.

    Didier Fischer se plaît sur les hauteurs du Mandement, «son terroir».

    BASTIEN GALLAY/LPS
    Au moment de nous accueillir, le propriétaire des lieux évoque la chance de vivre où il est né, conscient de l’importance des racines et du sol. «Dans un monde déraisonnable et déréglementé, le terroir est synonyme de raisonnable», glisse-t-il alors que les employés s’affairent. Le domaine produit 55’000 bouteilles par an.

    Préparer une nouvelle ère
    Le millésime 2022 s’annonce prometteur. Et celui du Servette? «Il l’est également. On est entré dans une saison de construction, avec la mise en place d’une équipe dont la base doit être suffisante pour affronter les futurs défis. On doit trouver nos fondamentaux.» Didier Fischer se projette déjà dans l’exercice 2023-2024, quand tout va changer (passage à 12 clubs, classement divisé en deux groupes après 22 matches, introduction de play-off). «À ce moment-là, on va sortir de la routine. Il faudra être prêt à vivre ce que personne n’a encore expérimenté.»

    «Si les choses sont différentes, c’est parce que l’on a fait en sorte qu’elles le soient.»

    Didier Fischer, président du SFC
    L’immédiat, c’est ce Servette tout en retenue, contrôlant plus qu’il ne joue. Pas un problème aux yeux de son patron, cautionnant ce qu’il a vu jusqu’à présent. «Ce que l’on montre me va aussi. Cela fait partie d’une prise de responsabilités. Il faut que le contingent prenne et décide ensemble d’être vainqueur.» Entre le pragmatisme dont se revendiquent les Grenat et leur ADN historique, le décalage est pourtant perceptible. «Par obligation, on commence par être réaliste et sérieux. Si les choses sont différentes, c’est parce que l’on a fait en sorte qu’elles le soient. Cela ne veut pas dire que le beau jeu nous a quittés. La réalité, à la fin, c’est la victoire. C’est la meilleure amie de l’équipe. En fait, il existe plusieurs Servette comme il existe plusieurs chemins pour parvenir au même but.»

    «Je ne veux pas que l’on fasse les choses sans savoir pourquoi on les fait.»

    Didier Fischer, président du SFC
    Au moment où un projet commun, partagé de tous, a été mis en place à la Praille, les exigences, elles, ont considérablement changé. «Partout, dans tous les domaines, on doit monter en compétences. Ce qui doit nous guider, c’est l’excellence. On n’est jamais assez loin. Je ne veux pas que l’on fasse les choses sans savoir pourquoi on les fait.» Un credo présidentiel maintes fois martelé. «Foutez de l’amour dans ce que vous faites, a-t-il répété à ses joueurs et à son staff. Soyez meilleurs…»

    Didier Fischer veut mettre en place un projet pérenne et ambitieux.

    BASTIEN GALLAY/LPS
    Le boss servettien entend bien sûr ce qui se dit, les griefs formulés à l’encontre des choix sportifs ou de la frilosité du jeu présenté. «On est une organisation de spectacle. Il ne faut pas que cela nous heurte. Tout le monde a une idée sur la manière dont Servette devrait jouer mais cela ne doit pas nous détourner de la stratégie que l’on s’est fixée. Il faut être convaincu de ce que l’on fait.»

    Le jeu du mikado
    Les critiques, certaines virulentes, touchent aussi Philippe Senderos, ce directeur sportif peut-être incompris à trop vouloir se protéger. «C’est l’expression de sa personnalité, au moment où il découvre une nouvelle vie. Mon rôle, c’est de l’aider à être meilleur. Ce que j’observe, c’est qu’il ne ménage pas ses efforts. Durant le mercato, il me parle plus qu’à sa femme! (rires)» Le mercato, justement, parlons-en. «Cela fait penser au mikado. Quand le premier qui bouge a perdu.» Mais où se trouve le finisseur tant attendu? En approche. Le dossier devrait être bouclé ces prochains jours, sachant qu’il sera bientôt trop tard. Dans la foulée, un soutien offensif devrait suivre.

    Toujours pénalisé par ses infrastructures, Servette poursuit un double objectif: la Coupe ainsi qu’une place dans le haut du tableau. «La présente saison doit être représentative de ce que Servette sait faire dans l’optique de ce qui l’attendra l’été prochain.»

    Le futur, c’est aussi la désignation du successeur de Didier Fischer à la tête du SFC. Le président-viticulteur y travaille. Plusieurs pistes sont explorées, aucune n’est écartée. «Des personnes, partageant notre projet, se sont spontanément mises à disposition…» L’intéressé n’en dira pas plus. La passation des pouvoirs, à voir sous quelle forme, pourrait intervenir dès cet hiver. En attendant, il y a trois points à prendre contre GC. Avec un Servette confronté à l’épreuve du miroir. Peut-être pas si déformant que cela.

    Servette–GC, samedi à la Praille (20 h 30)

    Afficher plus

    Nicolas Jacquier est journaliste à l’agence Sport-Center depuis 2018. Il couvre principalement le football, qu’il suit depuis sa formation au quotidien genevois Le Courrier. Après six ans passées au journal La Suisse, il rejoint la rubrique sportive du Matin en 1996. Il aime le cinéma, la peinture, les couleurs du noir et blanc et la richesse des rencontres humaines. Plus que les chiffres bruts, il lui plaît de découvrir l’envers du décor. Plus d’infos
    Publié aujourd’hui à 10h13
    Vous avez trouvé une erreur? Merci de nous la signaler.

    1 commentaire

    Aimé par 2 personnes

    1. Je m’inquiète 🤨48 Buts en 284 matchs ….surtout 3 années faibles 108 matchs et seulement 16 buts pour un attaquant c’est faible et qu’on ne me sorte pas le sempiternelle « Nsame était moins bien au départ » . Sur le papier pas convaincu surtout en fonction de la somme de transfert payée pour au bout avoir deux ans de contrat. S’il flambe cette année ou l’année suivante ( à moins qu’une option pour une saison supplémentaire existe dans le contrat ) il va partir pour rien au terme du contrat . Bref on verra sur le terrain. Bonne chance à lui. By the way Pajtim Kasimi est toujours sans contrat. Je dis ça mais je dis rien….

      J’aime

      1. Il a été blessé pendant le 80 % de son temps à Saint Étienne ..il est un peu meilleur en Turquie..attaquant de pivot mais clairement pas un buteur…sion a engagé Cyprien et nous lui .on verra qui sera meilleur et si Senderos ne s’est pas fourvoyé…ça peut difficilement être pire qu ‘ Oberlin ou Bauer niveau transfert.

        Aimé par 1 personne

  26. Bien que je sois assez d’accord avec toutes les propositions faites dans les commentaires précédents, je suis d’avis qu’il n’y a pas de miracle et que tant que nous ne jouerons pas contre de grandes équipes en CL ou EL, le public ne suivra pas – et dans ces cas là, le public ne viendra pas forcément pour le SFC mais plus pour voir jouer un grand club -.

    Nous sommes dans un canton très multiculturel dans lequel les 75% des citoyens ayant une double nationalité vont plus s’identifier à leurs clubs d’origine que le SFC, sans compter tout ces jeunes qui supportent des clubs qu’ils n’ont même jamais été voir jouer …

    Mon résumé, nous sommes voué à être entre 4000 et 6000 personnes au stade, peut importe ce que le club entreprendra.

    J’aime

  27. Vous pouvez dire ou faire tout ce que vous voulez mais pour remplir le stade il faut des matchs comme ce soir……que l équipe joue bien et gagne…..et ensuite vous verrez rapidement 10’000 spectateurs

    J’aime

  28. On pourrait proposer pleins de choses après, il faut que ça soit réalisable et peut-être les partenaires pareils.

    – un billet de match acheté te donne un billet de cinéma gratuit.
    – un billet de match acheté une réduction de X% sur des courses à la Praille.
    -Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais mettre des billets à disposition dans les secrétariats genre 10 places dans chaque école.
    – Remettre les penaltys à la mi-temps avec des équipes de Genève (aucun rapport pour amener des gens mais je voulais le dire).

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :