Interview de Yves Martin, Patron des Blue White Fanatic Kop, groupe éternel de supporters du LS

Si un jour la Pontaise ne compte plus qu’un seul supporter, le doute ne sera pas possible. Il s’agira de Yves Martin, leader des BWFK. Cet enfant du LS a bien voulu prendre le temps de répondre à nos questions sur le LS 2007-2008 qui viendra nous rendre visite lundi soir à la Praille.

 

La saison n’est pas encore terminée mais quel est ton sentiment de cette saison 2007-2008 pour le LS?

En deçà des attentes. Sur le papier, le LS doit terminer dans les 5 premières places. Ceci dit, les nouveaux dirigeants bouclent leur premier exercice et reconnaissent leurs erreurs, ce qui est toujours un signe sain. Si le LS arrive à conserver ses jeunes prometteurs, on peut imaginer une saison prochaine un peu plus conforme aux espoirs.

Vois-tu des raisons de considérer cette saison comme partiellement positive?  

L’émergence de quelques jeunes, l’obtention de la licence du premier coup, l’impression que les dirigeants ne naviguent pas complètement à vue et ont un projet.
 
Quels ont été les plus beaux et pires moments de la saison?

Ce sera l’obtention mathématique du maintien, donc nous n’y sommes pas encore et pour le pire le récent match contre Concordia, au terme duquel le LS se retrouvait sous la barre après une prestation scandaleuse de l’arbitre, et enfin la défaite en Coupe contre Gossau.

Quelle est la révélation de la saison dans l’effectif lausannois et le joueur qui n’a apporté que déception?

L’intéressante progression du gardien Favre, l’affirmation du jeune Pasche, qui sera très courtisé dans un futur proche, la solidité de notre charnière centrale. Et pour les déceptions, Léonard Thurre en fin de carrière et un apport des 3 Brésiliens insuffisant globalement.

Quels sont les joueurs clés dans l’effectif Lausannois ?

Depuis quelques matches, blessures et suspensions obligent, le LS s’articule en un surprenant 4-2-3-1, avec deux ailiers. On sent que les automatismes ne sont pas encore là. Ceci dit : la charnière centrale de la défense, Sonnerat-Malacarne est le point fort de l’équipe. Malacarne est tout simplement impressionnant, prend beaucoup de place physiquement et ratisse tout de la tête. Au milieu, l’abattage de Antoine « 4 poumons » Rey qui revient en forme. Devant, c’est un peu la cata, entre Drago capable du meilleur comme du pire, qui a tendance à ne pas lâcher sa balle et à chercher le péno, Mauro qui est blessé un match sur deux et Thurre en bout de course (6 goals en 18 mois).

Que pensez-vous de la « Brésiliennisation » du LS? Est-ce un plus?

Comme je l’ai dit précédemment, sportivement, rien de spectaculaire, si ce n’est que les 3 joueurs (le défenseur/milieu défensif Eli, le milieu Rodolfo et l’attaquant Pedro) sont mis à disposition et qu’ils ne grèvent donc pas les finances du club. Aucun n’a vraiment crevé l’écran, même si Eli est au-dessus du lot et qu’on sent un bon potentiel chez ces jeunes. Et puis je suis positivement surpris de la latitude que le LS a de les aligner ou non, ce qui ne me semblait pas gagné d’avance. Sur le plan purement financier, le partenariat est bien trop opaque (ou mal expliqué) pour qu’on y comprenne grand chose.

Le club a connu pas mal de changement à sa direction depuis la faillite. Quelle est ton opinion?

Ce sont des gens de la région, spécialisés dans le marketing sportif. Ils ont remis les compteurs à zéro (près de 700’000 francs) en arrivant, et le club semble aujourd’hui sain (en atteste l’obtention de la licence). Ils reconnaissent certaines erreurs, et de fait doivent travailler dans des conditions médiocres (ligue peu suivie, stade suranné, concurrence du hockey…) Je dirai « Bien, mais peut mieux faire ». Et pour des pros du marketing, je les trouve par contre très légers dans la communication.

On voit bien que la vie n’est pas facile à Lausanne et cela se ressent sur les affluences au Stade comme à Genève d’ailleurs. Peux tu nous expliquer comment une telle dégringolade est arrivée?

D’abord, le LS a ignoré son public et s’est même foutu de lui pendant des années. C’est Guignard qui a relancé un peu la machine, et essayé de rapprocher le LS des Vaudois. Mais ceux-ci sont rancuniers. Il faut vraiment aller les chercher par la main pour les emmener au stade. Sur ce plan, les grandes envolées de Kita ont causé un tort énorme au Club. Ceci dit, les Vaudois sont comme tout le monde, et veulent un club qui gagne ! Alors la LNB, qui plus est dans ce stade qui tombe en ruines, qui interdit toute ambiance et qui est le rendez-vous de tous les courants d’air du canton, ce n’est pas l’idéal pour faire revenir les gens. On n’a pas réussi à entretenir le début de flamme allumé par les deux promotions et la venue de Chapuisat. Aujourd’hui, on repart de zéro. Une fois de plus.

Le seul vrai et grand Derby romand a toujours réuni beaucoup de public. Peut-on espérer une venue massive de supporters du LS ?

Les plus acharnés par définition viendront. Mais le match le lundi et sa retransmission à la TV sont autant de raisons pour les supporters occasionnels de rester à la casa.

Quelles impressions t’ont laissées la descente de Servette et son parcours depuis la faillite ?

J’étais content que Servette soit relégué, histoire d’apprendre par chez vous le mot « humilité ». Mais je ne souhaite à personne d’être relégué par Marc Roger. Ceci dit, j’espère que nous remontrons ensemble, car une saison sans LS-SFC, ce n’est pas pareil. Et puis je me réjouis de voir si en remontant vous allez tout de suite retrouver votre légendaire grande gueule!

Même si en tant que Vaudois tu nous trouves trop prosaïque, dis nous comment tu vois l’avenir de nos 2 clubs mythiques ?

A Lausanne, rien ne se fera de concret avant le nouveau stade (espérons 2012/2013). Il est virtuellement impossible de faire venir des sponsors dans les conditions actuelles. Si d’ici là nous avons maintenu l’équipe en LNB et conservé notre centre de formation (objectivement excellent), tout redeviendra possible, et je nous vois bien gagner la finale de la Coupe Intercontinentale à Tokyo en 2015. Pour le Servette, je n’en sais rien. Je vous souhaite de remonter et de finir derrière le LS chaque saison, ce serait déjà pas mal.

Oscar Obradovic
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :