Steve Celestini : « le nouveau propriétaire respire le respect, c’est un gage très rassurant et motivant pour l’avenir du club… »

De retour dans la région genevoise après son périple australien, l’ancien servettien Steve Celestini s’est confié aux Enfants du Servette. L’Australie, Majid Pishyar, son futur et celui du SFC, tout y passe. Un échange riche en émotion d’un garçon attachant…

Les EDS : Salut Steve!

Steve Celestini : Bonjour!

Les EDS : Nous t’avions laissé lors de notre dernière rencontre sur une terrasse genevoise. Après un périple en Australie, tu es de retour à Genève. Raconte-nous un peu comment cela s’est passé au pays de Crocodile Dundee!

Steve Celestini : Ecoutes c’était génial! Je suis parti au départ pour six à neuf mois, et finalement je suis resté plus d’un an et demi. J’avais envie d’améliorer un peu mon anglais et je voulais aussi me changer les idées et oublier un peu tout ce qui s’était passé (NB : Steve s’était blessé deux fois aux ligaments du genou droit et avait dû se faire opérer les deux fois…). Aujourd’hui je suis très content de revenir même s’il me faudra un petit peu de temps pour m’acclimater…

Les EDS : C’est vrai, l’Australie, ce n’est pas vraiment le même rythme de vie qu’en Suisse…

Steve Celestini : Oui. Il faut aussi dire que je me suis beaucoup baladé et que j’étais souvent sur la route. J’ai également travaillé pour mon plaisir et pris du bon temps!

Les EDS : Maintenant que tu es rentré « chez toi », quels sont tes objectifs?

Steve Celestini : Sincèrement, je n’en sais encore rien… Mais ce dont j’ai le plus envie c’est de revoir mes amis et de profiter de ma famille. Au niveau professionel, je n’ai pas vraiment d’idées. Mais je sais que niveau foot je peux rejouer sans problème aujourd’hui… Je pense être prêt à reprendre le foot mais pas en tant que joueur pro car cela fait quand même deux ans que je n’ai pas rejoué… J’aimerais bien trouver un petit club sympa, mais pour le moment je n’ai pas de contact car je n’ai encore recroisé personne dans le milieu du football. C’est de toute façon la fin de saison, on verra bien… Là, je m’entraîne avec mes amis qui jouent à Choulet, je prends du plaisir, et j’ai pu constater que le foot, c’est comme le vélo : ça ne se perd pas…mis-à-part la condition physique! Après, si l’on me propose un job couplé au football, pourquoi pas… En tout les cas, je n’en fais pas une affaire financière…

Les EDS : Tu n’as donc pas rejoué au foot depuis près de deux ans?

Steve Celestini : Non, presque pas, à part quelques parties de foot sur la plage… Mais je suis très content d’avoir repris et de constater surtout que mon genou semble aller pas trop mal!

Les EDS : Et justement, ce genou, comment va-t-il? C’est sauf erreur le docteur Siegrist, qui a également opéré bons nombres de sportifs réputés comme Didier Cuche, Lara Gut ou Didier Defago, sans oublier notre Prince Igor et nos Servettiens Baumann et Diallo, qui t’a remis le genou en état…

Steve Celestini : oui, exactement. Le problème, c’est plutôt ma morphologie. La première opération s’était très bien passée, mais j’avais malheureusement eu une petite rechute contre St-Gall avec un joueur qui m’était tombé sur ce même genou, ce qui m’avait redéchiré le ligament latéral interne… Cela avait lâché, c’est comme ça, je n’ai pas cherché à comprendre. J’ai donc été opéré une deuxième fois. Maintenant, c’est derrière, tout va très bien et c’est ce qui compte!

Les EDS : Tant mieux!

Steve Celestini : Et vous, comment ça va? le site marche bien?

Les EDS : Ah et bien écoute oui cela va très bien merci! Nous avons eu un gros développement juste avant la montée en Super league avec l’arrivée de nouveaux rédacteurs. Il y a eu aussi quelques problèmes avec Pishyar, le licenciement de Joao Alves le début des soucis financiers… Bref, cela n’a pas toujours été facile, car même une partie de nos lecteurs nous insultait devant tant de déballage négatif… Malheureusement, nous étions dans le vrai…

Steve Celestini : La vérité fait souvent mal à entendre…

Les EDS : Après, c’est complétement parti en c…. et Pishyar a déposé le bilan…

Steve Celestini : Tu sais, même avant que je ne me blesse, je savais que ça finirait mal. Vu le personnage, fier et imbu de lui-même, sa façon inhumaine de traîter les gens…cela ne pouvait tout simplement pas finir autrement…

Les EDS : Même si cela a été très difficile pour Servette et tous les supporters, cette mauvais histoire est sans doute une chance pour le SFC de repartir du bon pied…

Steve Celestini : Oui c’est certain. Aujourd’hui le Servette est en Super League et le nouveau propriétaire respire le respect, c’est un gage très rassurant et motivant pour l’avenir du club…

Les EDS : C’est sûr que cela change du manque de confiance que pouvait suciter Majid Pishyar…

Steve Celestini : Tu sais, la confiance, cela se mérite aussi. Pour l’anecdote, Pishyar avait en tête de me faire prolonger après ma première blessure au genou. Il ne m’avait jamais vu jouer car cette blessure était intervenue lorsque Mr Vinas était encore à la tête du club, pourtant il me proposait une reconduction de contrat de trois ans…mais avec une baisse de salaire de 50%! Moi, je revenais de blessure, je ne savais pas trop où j’allais et lui essayait de jouer la dessus, sur l’incertitude physique quant-à mon avenir. Et il m’a donné un jour pour réfléchir… Il m’a mis le couteau sous la gorge… Mais j’ai refusé! Je n’étais pas à la rue, il me restait de toute façon encore un an et demi de contrat. Par la suite, je me suis reblessé et voilà…

Les EDS : C’est intéressant ce que tu nous dis là. Tes anciens coéquipiers ne pouvaient pas vraiment parler des méthodes de Pishyar quand il était encore président du SFC, sous peine d’amendes salées… Ce n’est pas que l’on veuille faire un procès à Majid Pishyar, mais ses méthodes décrivent un peu l’homme qu’il était au quotidien. Dommage qu’il n’ait pas compris que c’est quant les employés ont de l’estime pour leur patron qu’ils peuvent se surpasser…

Steve Celestini : C’est exactement ça…

Les EDS : A la fin de ton contrat avec le SFC, tu t’es donc retrouvé libre et sans club…

Steve Celestini : Oui, d’ailleurs, juste après mon expérience servettienne, j’étais vraiment à deux doigts de signer à St-Gall. Mais je me suis malheureusement reblessé là-bas lors d’un entraînement…

Les EDS : Maintenant que tu es de retour, vas-tu suivre un peu le Servette?

Steve Celestini : Oui. Mais je ne viendrais pas à tous les matchs car je me rends compte que c’est encore difficile pour moi de venir ici…et de ne pas pouvoir être sur le terrain! Ce n’est pas de la jalousie, mais de l’envie, l’envie de retrouver ses émotion de la Praille… Je suis resté très pote avec Mati, Girod, qui ne sont plus là, et Tibert et je pense que je viendrai dès que possible, mais pas tout le temps…

Les EDS : Quelles différences sens-tu du Servette que tu avais connu en tant que joueur et de celui d’aujourd’hui?

Steve Celestini : Même si tout y ressemble, beaucoup de choses ont changé. Il y a déjà plus de spectateurs, plus de professionnalisme, plus de tout finalement!

Les EDS : Et bien Steve c’était un plaisir de prendre de tes nouvelles! J’espère te recroiser bientôt satde et je te souhaite le meilleur pour la suite!

Steve Celestini : Merci c’est gentil, à bientôt…

Julian Karembeu

Lien en relation avec l’article :

17 réflexions sur « Steve Celestini : « le nouveau propriétaire respire le respect, c’est un gage très rassurant et motivant pour l’avenir du club… » »

  1. d apres les rumeurs steven Lang de lausanne serait en contact avance pour 2 ans de contrat au servette !! info ou intox ? avez vous des news a ce sujet ??? j aime bien ce joueur pour ma part ! a @@@@@

    J’aime

    1. Intox pour faire monter la cote du joueur. Mais j’aimerais bien !

      Lang, Aegarter, Hochstrasser, Vitkiviez, Drmic, Wütrich, Margairaz, Nuzzolo, C. Schneuwly…. autant de joueurs qui feraient du bien au Servette (expérience ou talent ou les deux !) mais la plupart sont sans doute trop cher.

      Je compte sur Joao pour nous dénicher quelques perles.

      J’aime

      1. j’ai vu dans la TDG il y a 1 semaine que mati revenait peut être…
        je ne sais pas si vous en avez déjà parler mais je le dis 🙂

        J’aime

    1. Oii, mais pour le plaisir avant tout. Il attend de trouver un job et un club où il se sente bien. Mais après 2 ans loin des terrain, il veut recommencer tranquillement…

      J’aime

  2. Il y a deux ans,on avait déja parler de contact entre Lang
    alors a Aarau et le Sfc,Je pense qu’il n’y a pas de fumèe
    sans feux,si cela ce confirme et se concrétise,je pense
    que cela serait une bonne affaire pour le Sfc.

    J’aime

  3. Lang, cela serait une très bonne chose. il est très bon et sûrement abordable financièrement ce qui n’est pas le cas de margairaz, wutrich,drmic…
    cela serait bien que les EDS ouvrent pour ces prochains mois une rubrique transferts été 2012 sfc

    J’aime

  4. steve celestini j’etai ta plus grande fan an club racing de strasbourg je suis laetitia tu te rapelle de moi??? on parler meme sur msn et tout .. j’espere que tou vas pour le mieu et notre discution me manque beaucoup jespere a bientot . prend soin de toi gros bisous

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :