Pas de licence pour Servette

image

Le Servette FC se retrouve sans licence pour la saison prochaine. Une mauvaise nouvelle pas vraiment surprenante…

Critères financiers

C’est certainement les problèmes de trésorerie actuels qui auront plombés le dossier grenat. Le club n’arrivant pas à garantir le budget provisionnel de cette saison, il faudra de vraies garanties pour que le club puisse l’obtenir d’ici le 3 juin…

Plus de détail dans la journée…

103 réflexions sur « Pas de licence pour Servette »

  1. Cela n’est pas une surprise HQ avait déjà plus ou moins laissé entendre dans une interview diffusée hier dans l’émission des sports que l’on pourrait ne pas obtenir la licence. La question est désormais de savoir si les points qui n’ont pas pu donner satisfaction à la SFL pourront l’être dans le délai de recours.

    J’aime

    1. Je le clame haut et fort, princeigor est en grande partie responsable de ce désastre. Imaginez-vous que je lui amène la solution sur un plateau doré et que celui-ci me fait tout un plat !

      J’aime

  2. Il y aura comme toujours 2 façons d’interpréter cela :
    Soit le club paie encore et toujours les casseroles pishyardiennes, et le pauvre Quennec essaie tant bien que mal de sauver le club…
    Soit Quennec n’arrive pas à relever le défi qu’on lui a mis entre ses mains.
    Quoiqu’il en soit, il est plutôt clair qu’à ce jour, Quennec ne réussit pas dans son projet.
    Il doit maintenant, impérativement, trouver un partenaire puissant financièrement. Ou vendre le club au repreneur le plus sérieux qui soit.
    Il en va de l’existence du Servette FC…

    J’aime

      1. @ Julian : j’espère que Quennec va enfin réussir à conclure un partenariat significatif. Cela devient terriblement urgent.
        Il sera alors temps ensuite pour lui, si les moyens deviennent importants, de se pencher sur les erreurs commises et les nombreux points à améliorer, et d’entreprendre les démarches nécessaires pour enfin permettre à son projet de prendre son envol.
        Comme tu dis, croisons les doigts.

        J’aime

      2. Ce sont des bruits qui courent, mais des bruits plutôt persistants…

        Maintenant rien de sûr, comme toujours avec ce type de rumeurs…

        J’aime

    1. Vendre le club à qui ? Il n’y a pas d’acheteurs vu la situation. Il faut arrêter de rêver. HQ est la meilleur solution. Il y a eu des erreurs, mais si le club existe encore aujourd’hui en super league et pas en 2ème ligue inter c’est aussi grâce à HQ.

      J’aime

      1. C’est Quennec lui-même qui dit que plusieurs repreneurs sérieux et fortunés se sont manifestés.
        Donc, non, on ne rêve pas.
        Ou il dit des conneries, ou il n’est pas fiable alors.
        Et je ne vois pas l’intérêt de raconter des conneries. Il n’a rien à y gagner, si ce n’est se discréditer encore plus.
        Ne me dites pas qu’un club de foot à Genève n’intéresse personne. Quennec a toujours dit, lui le premier, que ce n’était en tout cas pas le cas. Plusieurs offres lui parviennent très régulièrement et il s’est toujours dit incroyablement surpris de l’intérêt que pouvait susciter ce club de football.

        J’aime

      2. De plus, il convient de préciser encore une fois que ce n’est pas HQ qui a sorti les millions pour sauver le club.
        Ce sont des banquiers et investisseurs qui ont avancé l’argent. Et ce sont eux qui sont allés chercher Quennec car il leur fallait un président. C’est quand même passablement différent.
        Maintenant, si ces banquiers et gens de la place ont choisi HQ, c’est que celui-ci inspiré confiance. Et ça, oui, c’est bon signe.

        J’aime

  3. Plutôt une bonne nouvelle!!!
    Je crois en HQ. Il obtiendra la licence pour la saison 2013/2014.
    Par contre, je tiens à signaler que les pêcheurs (Lausanne) ne l’ont aussi pas obtenu.
    Avec un peu de chance, ils ne l’obtiendront pas et notre place en SL sera assuré.

    Allez Servette!!!

    J’aime

    1. Si le village de pêcheurs FC n’obtient pas la licence ( cas assez improbable) : est-ce que il y a deux clubs de challenge qui montent ou aucun relégué sportivement?

      J’aime

    1. Important mais très secondaire pour le moment. Les prochains jours seront, et doivent l’être, plus décisifs. La priorité et l’urgence se jouent désormais en coulisses.

      J’aime

  4. Moi je dis il est quand même couillu HQ d’avoir accepter la présidence du SFC. Même s’il n’y arrive pas bein chapeau quand-même. Parce qu’à la lecture de ce rapport sur les stades… Enfin ce stade de la Praille, une genferei de plus. Si déjà en SL on arrive pas à s’en sortir c’est pas en CHL que ça va aller mieux.
    Reste que si le SFC bel et bien l’exploitant du stade, et bien qu’il l’exploite.
    En concert d’été
    En parc avec chaise longue
    En cinoche en plein air
    En centre aéré
    Etc…

    Si on y réfléchis, un grand rectangle de pelouse avec des sièges (couverts qui plus est) autour et de la lumière ça peut servir à plein de choses. Même accessoirement à jouer au foot.

    Et Servette me direz vous? Bein comme ETG, on va squatter le stade des clubs voisins. Ça coûtera moi cher.

    J’aime

      1. +1. Effectivement irréalisable.
        La nomination de Quennec s’est faite dans la précipitation. Je doute que le canadien ait pu mesurer l’ampleur du chantier.
        Le mérite lui revient d’avoir accepté la mission qu’on lui a confiée. Mais ne soyons pas dupes. S’il a accepté, c’est aussi et surtout car il y voyait un intérêt. Soit notamment la rapprochement d’avec son club de hockey.

        J’aime

      1. Je pense pour ma part qu’il peut être préférable de tomber en Chl si c’est pour reconstruire un vrai projet. Mais faut-il encore que ce projet existe. Nous n’en avons même pas la garantie. Là est tout le problème.

        J’aime

  5. Même si HQ n’a pas fait tout juste, s’il n’avait pas été là, à l’heure actuelle, le club serait en 2ème ligue inter. Un point c’est tout. Il n’y avait personne d’autres. Alors on peut toujours se dire que :  » Si….. », sauf que cela ne sert à rien. Actuellement, malgré des erreurs flagrantes (gestion des contrats des joueurs), il faut pas oublier que sans lui, on ne pourrait même pas envisager un véritable futur à ce club, même si cela doit passer par une ou deux années en challenge league histoire de rebâtir sur des fondations plus solides.

    J’aime

    1. Oui d’accord avec toi.
      Mais les erreurs flagrantes comme tu dis ne permettent pas de dire qu’il est LA solution. En tout cas pas la meilleure solution.
      Après, oui, on lui doit une reconnaissance éternelle pour avoir facilité et permis le sauvetage du club en acceptant la mission.
      Mais, encore une fois, il faut distinguer entre sauveur et président.
      Comme toujours dit, Quennec est à ce jour un sauveur providentiel. Mais ses erreurs de gestion comme tu dis très justement ne font pas encore de lui un président.
      Ce n’est ainsi pas parce qu’il a permis le sauvetage du club qu’il représente actuellement LA meilleure solution pour présider le club.
      C’est ça que je cherche toujours à dire. Et je trouve que les supporters ne distinguent pas assez cela.
      C’est quand même objectivement formidable : le club est proche de sa première relégation sportive, il a accumulé les erreurs de gestion sportive (contrats, transferts), a replongé dans les chiffres rouges après pourtant être reparti dans le vert il y a une année, est proche d’une faillite, ne paie plus les salaires… Et vous parvenez à dire que le président est LA meilleure solution. C’est objectivement irrecevable. S’il n’était pas justement notre « sauveur », aurait-il droit à ces considérations de faveur, à cet élan de sympathie?

      J’aime

      1. Admettez au moins que ça fait beaucoup… Tous les voyants sont au rouge. C’est simple.
        Sans l’aide providentielle d’un nouveau sauveur, la présidence de Quennec finira en faillite générale. C’est ça la vérité malheureusement.
        Et c’est une vérité égale à celle de dire que Quennec a permis notre sauvetage il y a une année.

        J’aime

      2. Et bien oui c’est LA solution dès lors qu’il en existe aucune autre, à moins que vous ayez quelqu’un à nous proposer. S’il y a faillite, il faudra alors ce dire que l’année dernière avec le sauvetage de dernière minute on a fait que prolonger une agonie annoncée. C’est d’ailleurs ce qu’avait dit Me Warluzel. D’autres part, je souligne que d’autres choix sont quand même moins discutables. Par exemple, Sébastien Fournier a fait compte tenu des circonstances et du contingent à disposition un travail tout à fait correcte.

        J’aime

      3. @Gasser : encore une fois, toujours le même argument : « oui c’est LA solution car il n’y a personne d’autre…
        Premièrement : qu’en savez-vous?!
        Deuxièmement : Quennec lui-même parle de propositions de repreneurs sérieux et fortunés.
        Troisièmement : encore une fois, sauver le club ne signifie pas représenter la solution idéale pour le présider. J’aimerais croire que Quennec en est capable. Mais le bilan de sa première saison ne permet pas de l’attester. Peur-être le deviendra-t-il, mais alors, une fois le nouveau sauveur apparu, il devra sérieusement se poser les bonnes questions pour apprendre de ses erreurs et corriger ces aspects-là dès le mois de juin. Et en restant à Genève cette fois.

        J’aime

      4. @Valid : il ne semble que le club devait bien être dans les chiffres verts pour recevoir sa licence de jeu 2012-2013. Non?

        J’aime

      5. @Valid : il a en tout cas dû prouver, dossier en béton à l’appui, que le club assurerait l’exercice dans les chiffres verts.

        J’aime

  6. @GrenatDC, les éventuelles repreneurs n’ont été mentionnés qu’il y a 15 jours. L’année dernière, il n’y avait personne d’autre. Je rappelle que c’était minuit moins une avant que la faillite ne soit prononcée. Donc s’il y avait eu quelqu’un de sérieux à l’époque, je suis convaincu qu’il se serait annoncé. En ce qui concerne le présent, je rappelle que le club était sous étroite surveillance et que si la situation avait été déjà péjorée, la SFL aurait déjà lancé des avertissements. Dès lors, les problèmes liés au paiement des salaires n’est que récent et lié aussi à la trève hivernale qui empêche d’avoir des rentrées financières puiqu’il n’y a pas de match. Or, avec des finances fragiles (qui est un fait qui a toujours été ouvertement souligné par HQ), c’est clair que le club s’est trouvé en difficultés. Je rappelle que ce n’est pas le seule club à connaître des problèmes financiers. Ainsi, il y a 2 semaines, Y-B a annoncé un déficit de 15 mio ! Simplement, cette perte est couverte par les frères Rhis. Notre club ne possède pas en son sein, une personne capable de couvrir un gros déficit. Là c’est toute la difficulté. Notre tissus économique n’est pas intéressé à investir dans notre club et cela fait longtemps que c’est comme ça. Si pour vous, il est si facile de trouver quelqu’un d’autre, alors dites nous qui ? A l’heure actuelle, on ne peut effectivement exclure une faillite du club, étant donné les circonstances. Encore une fois, si après une années HQ n’a pas réussi à convaincre des locaux d’investir dans ce club, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Pour exemple, les nouveaux annonceurs qui figurent sur les panneaux qui entourent le stade alors que sous l’ère MJ, c’était vide de chez vide. HQ a déjà prouvé son savoir faire avec le GSHC. D’un autre côté, HQ ne peut pas dire la situation est catastrophique de peur que les rats quittent le navire. L’effet boule de neige d’une telle nouvelle achèverait à coup sûre le club. C’est normal.

    J’aime

    1. Voilà comme dirait Hugh pas grand chose d’autre à ajouter à ce qu’à dit Gasser, si ce n’est que pour les chiffres verts le club a toujours a son passif ce prêt de 3 mio qui lui avait permi de sortir du surendettement et déviter la faillite. De toute façon, il m’étonnerait fort que beaucoup de clubs de SL soient dans les chiffres verts. GC par exemple a reçu ça licence pendant des années avec prêt de 12 mio de dette. Mais faut que qqn puisse garantir ces dettes.

      J’aime

    2. @Gasser : tout n’est pas faux dans ce que vous dites. Mais je trouve que vous déresponsabilisez bien trop vite le président actuel. A vous lire, ce n’est absolument pas de sa faute. Même une faillite… Il aurait fait tout pour l’éviter, mais si faillite il doit y avoir, ce sera que Genève ne peut pas avoir un club dans l’élite. Non désolé, je ne marche pas.
      Qui vous dit que Quennec a tout fait? Le potentiel économique pas intéressé? Qui vous dit que tout a été entrepris pour l’intéresser? Le président actuel a hérité d’une situation chaotique. Mais il n’est pas tout blanc non plus! Regardez la situation sportive!
      Il a peut-être réussi qqch avec le club de hockey. Mais ne confondez pas tout. Le foot est un autre milieu! Et de toute évidence, il le connaît beaucoup moins, voire pas du tout! Il n’est pas accompagné par Mc Sorley, comme en hockey.
      Non, il n’est pas possible de déresponsabiliser autant le président actuel. Lui aussi a une part de responsabilité dans les déboires actuels. Pourquoi? Car c’est lui qui préside ce club depuis 14 mois! C’est tout!
      Ensuite ça fait bien plus de 14 jours que Quennec dit être tout proche de conclure un partenariat avec une entité solide. Ça fait 14 mois..!
      14 mois qu’il se dit confiant… C’est beaucoup..!

      J’aime

      1. Mac Sorley ne s’occupe pas particulièrement du sponsoring, c’est le président et le directeur qui s’en occupe. En ce qui concerne de savoir s’il a tout fait par rapport au potentiel économique, je peux en parler car j’ai une des mes amies qui a travaillé 5 années pour le SFC en tant que porte parole, jusqu’à l’arrivée de MR. Déjà, à l’époque ils avaient essayé d’intéresser du monde. Le président Vinas qui a succédé à MR avait fait de même sans succès.Foot et Hockey en terme de sponsors c’est la même chose. Je ne vois pas la particularité sur ce plan là. La seule chose qui compte c’est la réputation, la situation sportive (là, je vous l’accorde il y a eu des erreurs, sinon le SFC ne serait pas dernier^). HQ a pris la responsabilité de présider ce club à un moment ou personne d’autre n’en voulait. Rien que ça, cela mérite un coup de chapeau. Son erreur comme m’expliquait Marc Schnyder c’est que c’est quelqu’un qui marche à la confiance et qui délègue. Il a peut être trop délégué. Mais en même temps, vous lui fait le reproche qu’il n’y connaît rien en foot raison pour laquelle il délègue à des personnes qui sont sensées le connaître (Soos par exemple). Il faut alors savoir ce que vous voulez.

        J’aime

      2. Justement, c’est Quennec qui a décidé de confier des responsabilités à ces gens-là. Pourquoi à eux? Pourquoi leur renouveler sa confiance malgré leurs nombreuses démarches ratées?
        Ce que Constantin parvient à faire à Sion, il peut être possible de le faire à Genève. C’est une certitude. En mieux encore. Car le potentiel y est plus grand. Mais pour cela, il faut de la transparence, de la cohérence, de la compétence, et de la connaissance.
        Or cela manque cruellement au Servette d’aujourd’hui.
        Croyez-moi, je n’ai absolument rien contre Quennec. S’il devient le président capable d’exploiter enfin ce potentiel, alors je serai le premier à l’applaudir, à me réjouir et à dire de lui qu’il est l’homme de la situation.
        Mais pour le moment malheureusement, je ne peux pas dire ça. Et je suis déçu, car je pensais lors de sa nomination qu’il y arriverait. Il avait le profil pour : implanté à Genève, connu dans le monde du sport, rassembleur…

        J’aime

      3. tu as vue quennec sur teleclub.ch il a dit que il a trouvé l argent pour finir la saison plus l année prochaine tu pence quois ?

        J’aime

  7. Entièrement d’accord avec GrenatDC sur l’ensemble de ces commentaires! J’ajouterai à mon septicisme, un budget de 5 ou 9 mio (selon infos) est totalement ridicule pour une région comme Genève ou le pognon est là. Et encore avec ça, on arrive pas à tourner. M. Quennec et là pour représenter un groupe d’investisseur, mais quel groupe et surtout pour quel montant? Et quand vera-t-on la couleur des belles promesses?

    J’aime

    1. Le pognon est là ? Ou ça ? Dans les banques ? Dans les multinationales qui décident des budjets sponsoring à une échelle planétaire et donc ne s’intéressent pas à un club qui a un rayonnement purement local ? Auprès de riches expatriés fiscaux qui n’ont aucune attache particulière avec notre région et donc avec notre club ? Arrêtez avec cette histoire que Genève est riche ! Cela fait des années que les différents dirigeants qui se sont succédés à la tête de ce club ont essayé par différentes action de mailing, d’intéresser les entreprises internationales, les personnes individuelles qui sont riches, mais sans succès. C’est un fait. De nouveau, comme je l’ai déjà écrit dans un autre commentaire, le BVB Dortmund vient de signer un contrat avec Turkish Airlines pour 10 mio. Mais on parle du BVB qui est demi-finaliste de la champions league voir probable finaliste. On parle d’un club qui figure dans un championnat qui compte plusieurs centaine de milliers de spectateurs chaque week-end. D’un club qui officie dans un pays qui compte 82 mio d’habitants et donc de consommateurs potentiels. Regardez en Suisse en dehors de Bâle qui porte le logo de Novartis, ce que les autres clubs ont sur le plastron. Lausanne c’est la BCV et Migros Vaud. Thoune c’est Skyworks (compagnie qui appartient à un héritier de La Roche et qui décole uniquement de Bern-Belp). St-Gall, la Banque cantonale de St-Gall (si je ne m’abuse). Bref, uniquement des ancrages très locaux. Nous c’est le GHI.

      J’aime

      1. Mais Gasser, c’est justement au Servette de se rapprocher de ce tissu économique. De l’exploiter.
        Ce n’est pas le contraire.
        Le président qui sera LA solution sera celui qui réussira cela. Qui parviendra à s’entourer, à créer des partenariats significatifs. A développer des synergies.
        Si Quennec réussit un jour cela, oui, je dirai alors qu’il représente LA solution.
        Mais après 14 mois de presque de, désolé, je ne peux pas dire ça.
        Mais j’aimerais comme vous pouvoir le dire un jour en me basant sur ses faits objectifs.

        J’aime

      2. Selon moi, le manque de transparence du club n’aide pas à trouver des partenaires sur le long terme.

        Celui qui veut investir aimerait savoir un minimum ce que l’on va faire avec son argent, Car si c’est pour payer Soos ou Bobbio, il a meilleur temps de garder son fric. Par contre, si c’est pour renforcer la première équipe, c’est autre chose…

        Actuellement, la Une manque de crédibilité à l’intérieur même du club, et ce ne sont pas les joueurs, moins bien lotis en interne que tous les jeunes de l’Académie, qui diront le contraire…

        J’aime

    2. Ce que vous comprenez pas c’est que le pognon qui est toujours là, et toujours entre des mains de Genevois qui n’aime pas le foot ! Et l’autre pognon détenu par de riche étranger établis ici, ben celui-là n’ira jamais dans les caisses du SFC, tout simplement parce que ces étrangers en on rien à foutre du SFC….Et quand ils disent le contraire, c’est simplement pour bien se faire voir….
      Voilà notre réalité !

      J’aime

  8. Par contre ce qui me fais gerber, c’est Rolex qui fou des millions et des millions dans la F1 qui construit un pont pour notre ville, mais qui donne pas un centime aux sport d’élite local…

    J’aime

    1. C’est au Servette de réussir à proposer un projet susceptible de les intéresser.
      A Sion, ce ne sont pas les entreprises qui rejoignent le FC Sion. C’est celui-ci qui va vers elles.
      Et c’est là que Constantin et Massimo sont forts. Ils parviennent à drainer un budget de 25 millions dans une région bien moins riche économiquement.
      C’est ça le rôle d’un président.

      J’aime

      1. Demandez à Thierry. Il en connaît un rayon à ce sujet. C’est le résultat d’années d’expérience dans le milieu du foot. De réseaux tissés, de connaissances, de stratégies.
        Tout ne tombe pas du ciel, ni du portemonnaie de Constantin.

        J’aime

      2. Imaginez le même Constantin à Genève, ville au tissu économique des dizaines de fois supérieur.

        J’aime

      3. Un mec comme Pivoda faisait du bon job à ce niveau. Dommage de ne plus l’avoir.
        Mais c’est la responsabilité des dirigeants que de parvenir à exploiter ce potentiel de la ville, qui est énorme.

        J’aime

      4. Encore une fois comparaison n’est pas raison. Ainsi, le budget du FC Sion est aussi assuré par les deniers personnels du président et que selon le magazine « Bilanz » Monsieur Constantin fait désormais partie des 300 Suisses les plus riches. Donc le budget à 25 mio, est aussi pris en grande partie par lui. C’est vrai qu’il sait faire le lien avec le tissus local. De l’autre côté, force est de constater qu’à Sion, il n’y pas de concurrence. On parle d’un canton périphérique avec nettement moins de clubs de sports d’importance qui sont dans une 1ère division. Genève a une équipe de basket, une équipe de Hockey, une équipe de foot. Sans compter toute les animations culturelles (Grand Théâtre, OSR, OCG). Quant à votre remarque  » c’est au servette de proposer.. » cela tient de la méthode coué. Vous pouvez proposer tout ce que vous voulez à la fin ce sont les entreprises qui disposent. Si elles ne VEULENT PAS, vous voulez faire quoi ? Les menacer du bras droit avec un pistolet et de la gauche leur mettre un contrat sous les yeux ?

        J’aime

      5. En commençant déjà plus simplement à faire preuve de transparence et de cohérence. En pratiquant une politique sportive saine et intelligente. En s’entourant de compétences. En véhiculant une image positive. En tissant des liens et des réseaux. En développant une stratégie marketing ambitieuse.

        J’aime

      6. Faux. Constantin a clairement dit, que sans lui, le FC Sion ne pourrait pas se maintenir. Donc ce n’est que du mécenat et pas les entreprises valaisannes !!!

        J’aime

      7. @chris : ta déduction ne tient pas. Au contraire. Elle ne fait que de démontrer que Constantin n’a pas son pareil pour attirer les entreprises. Son successeur sera-t-il capable de drainer au même niveau? J’en doute fort. A Sion ce n’est certainement pas que du mécénat, crois-moi. Je vis en Valais et je sais ça. 😉

        J’aime

    2. Le pont est magnifique, enfin un geste architectural d’envergure pour une ville qui en manque cruellement dans ce domaine. Rolex permet aussi à des milliers de famille de vivre. Je crois que l’on ne peut pas reprocher à Rolex grand chose. Encore une fois Rolex est une marque globale et donc s’intéresse au rayonnement global. D’ou justement l’investissement dans la F1 qui est regardée par plusieurs centaines de millions de téléspectateurs contre seulement 7000 spectateurs. Franchement, si vous étiez à la place de Rolex vous feriez quoi ????

      P.S je ne travaille pas dans l’horlogerie

      J’aime

      1. Comparons Rolex et Novartis ou Roche. L’industrie pharmaceutique a simplement des dirigeants bâlois à sa tête, fans du FCB, ce qui n’est pas le cas de Rolex.

        Là n’est pas le seul problème. Genève et ses entreprises, plus cosmopolite et internationale, manquent cruellement d’identité locale.

        En ce sens les médias, ou plutôt l’absence de médias, n’aide pas le Servette FC à s’intégrer dans la vie des citoyens, car le club n’est pas « défendu » comme il se doit. Le seul média qui parle tous les jours du club, c’est les EdS, et c’est sans doute pour cette raison que nous avons autant de réactions sur notre travail.

        Notre ville manque tout simplement de ligne directrice, et le président qui arrivera à se mettre la ville de genève dans la poche aura gagné la partie. Mais je crois que ce n’est pas encore pour demain…

        J’aime

      2. Beaucoup de théories pour pas grand choses, y’a ca, il faut, il devrai etc…. Vous pourriez au moins attendre la fin avant de faire vos grandes théories. Certes des erreurs furent commises, mais vous fossoyez sans être a l’intérieur et en ayant des données incomplètes, cela me fait chier de faire t’en de critique sans apporter des solutions concrètes, a part à Genève il y a du fric !!!! Allez le chercher les gars, le pognon tombe au pied du jet d’eau.

        J’aime

      3. +1 Julian!!
        C’est exactement ça!
        Le président qui représentera LA solution sera celui qui arrivera à faire cela. Quennec y arrivera peut-être un jour. C’est tout le mal que l’on peut espérer. Et il deviendra alors le président idéal.
        Mais aujourd’hui, les dirigeants actuels manquent de transparence, de cohérence, de compétence et de connaissance, pour y arriver..
        C’est ce qui ne faut dire que l’on ne peut absolument pas dire, à l’heure actuelle tout du moins (je précise), que Quennec est la meilleure solution, et qu’il ne porte aucune responsabilité par rapport à la situation actuelle.
        Ceux qui disent ça ne sont pas objectifs. Soit des proches de Quennec, soit pris par sympathie pour lui eu égard à sa personnalité sympathique, ou au fait qu’il a permis de sauver le club.

        J’aime

      4. @leogrenat

        Rien compris à ton message. Tu veux dire quoi? Que nous sommes les fossoyeurs du club car nous débatons de tout et de rien?

        Eclaire ma lanterne s’il-te-plait…

        J’aime

      5. @leo : on parle pourtant de manière constructive là. En relevant certaines réalités économiques et contextuelles. On ne dénigre pas Quennec. Il n’a pour le moment pas réussi. Et il doit corriger des choses.
        Mais peut-être qu’il le deviendra.

        J’aime

  9. N’oublions pas que 9 fois sur 10 servette a obtenu sa licence en 2 eme instance, c’est rare de voir cette équipe l’obtenir en 1ère instance…cela me choque pas c’était courru d’avance, à ce demander si la SFL applique réellement le même règlement pour toutes les équipes….?

    Ce qui me choque en revanche plus, c’est que la SFL suit le SFC a la culotte, et que soit disant cela était encore plus restrictif que pour l’octroi d’une licence… En 3/4 de saisons on entend pas parler de la ligue, HQ dit que tout va bien, et on obtient pas la licence? Ça je m’interroge déjà plus…

    A mon avis, on est dans le rouge, avant que les salaires soient payer, une annonce avait été faite comme quoi il y avait les salaires a payés, et également des créanciers qui attendaient leur argent mais ne disaient rien pour l’instant…

    Les salaires c’était l’urgence , pour ne pas perdre de points et la fameuse licence… Mais les créanciers dans tout ça?

    Je pense que HQ est doué pour s’entourer de pleins de partenaires………. Mais le football n’est pas le hockey… Difficile de me suivre, je m’explique :

    Lorsque au hockey on rassemble 5 sponsors a 100’000.- chacun, au foot il en faut 10 a 200’000.- chacun… Tout est fictif, mais tout ça pour dire que cela n’est pas le même monde…

    Je pense que HQ a compris beaucoup de chose… Mais ce qu’il a fait au hockey ne peux être reproduit au football… Il y avait de l’idée, mais a mon avis ça fonctionnera pas comme ça…

    A mon sens, il y a deux solutions : soit un sponsor magique est prêt a mettre X millions par années…

    Soit un riche investisseur prendra le pouvoir, et lapidera une partie de sa fortune a Genève… Sans jeter ce que HQ a fait, mais en complément…

    Le stade c’est un énorme boulet, mais il n’y a pas qu ça…. Ce stade ne sera plus autant boulet lorsque une équipe évoluant en coupe d’Europe tous les ans ou presque évoluera dedans, avec quelque jours de talents…

    Ensuite la fondation a le choix : renégocier le contrat du stade, et ne pas perdre sur le long terme… Ou laisser faire, couler le servette, et ne plus recevoir 1 centimes dans 6 mois…

    C’est pas autant catastrophique qu’il y a 1 an, mais on s’en rapproche… Mon ressenti? HQ joue ses dernières cartes, et attend la réponse d’un ou de plusieurs derniers sponsors a x millions…

    Si cela ne se concrétise pas, il a un dossier sur son bureau qui souhaite reprendre le club a 100%, sans HQ dans les pattes… En espérant qu’il ne sera pas trop tard pour la licence CL… Mais la SFL a besoin de servette dans l’élite, donc je ne pense pas.

    J’aime

    1. Je partage, en partie ce que vous dites. Sauf « la SFL a besoin de servette en super league ». La SFL n’a pas besoin de notre club en Super league. Le principal souci de la SFL c’est qu’il n’y ait pas de faillite en cours de championnat qui fausserait ce dernier. Donc pour elle peut importe que cela soit Aarau ou Winterthur qui monte, dès lors que ces clubs peuvent démontrer leur viabilité sur l’ensemble de la saison afin que la cérditibilité de la SFL ne soit pas atteinte.

      J’aime

      1. Ouais mais le problème c’est qu’à ce rythme le championnat de LNA se jouera à six équipes. A part Aarau, y’a personne qui a les moyens d’assumer une montée. La SFL doit revoir urgemment sa copie en revoyant ses exigences à la baisse, en les mettant au niveau économique du football suisse.

        J’aime

  10. C’est quand même fatiguant à la longue tous ces éternels débats.
    1. On peut s’estimer heureux d’avoir HQ à la tête du club. On espère qu’il ne recommettra pas les mêmes erreurs. Et qu’il trouvera des solutions aux problèmes tant financiers que sportifs.
    2. Concernant les éventuels repreneurs et sponsors tout ce qu’on peut faire c’est spéculer. Qui sait que ce qu’il dit est vrai? Et si Servette était le club dont tout le Quatar parle, si Servette était le club d’une ville richissime où il faut être d’une incompétence incroyable pour ne pas réussir à avoir un budget de 20 Mio, ça se saurait…
    D’ici-là on soutient l’équipe et on s’estime heureux (encore une fois!) que ceux qui nous précèdent au classement sont d’une médiocrité affligeante… à tous les niveaux.
    Punkt schluss

    J’aime

  11. Printemps vraiment difficile cette année. Croisons les doigts pour que les issues soient favorables autant que possible.

    Bravo aussi pour la qualité des commentaires et du débat qui, et ça n’engage que moi, est d’un niveau rarement égalé ces derniers mois.
    A quand la fameuse émission sur Léman Bleu, du style Canal Football Club à la sauce grenat ?

    J’aime

  12. Bla bla bla… Vivement de retrouver le terrain car toutes ces théories me fatiguent même si je suis vacciné depuis la saison passée!

    J’aime

  13. Pour que le club attire de gros partenaires locaux, il faut qu’il attire de nombreux petits partenaires locaux et si les résultat suivent alors là la sauce prendra. En ce sens HQ a déjà fait progresser le club mais malheureusement les résultat catastrophiques ont cassé l’élan (grosse perte d’affluence d’affluence entre autre). Aux GSHC le club a des partenaires privés locaux qui pèse plusieurs milliard et qui aide le club juste pour ce faire bien voir par les entreprises du cantons, sans aucune attent de retour sur investissement. L »un de ces partenaires que je connais personnelement pourrait sans problème aider le club mais il attend de voir si les enteprises genevoises soutiennent le SFC et la alors il serait peut être interesser par participer au projet. Les puissants du cantons suisses et étrangers font confiance a HQ mais pour l’instant ils ne trouvent pas d’interêt a aider le club parce qu’il ne représente rien à leur yeux, pas plus que le GSHC par ailleurs qui n a pas une histoire digne du SFC mais qui pourtant tourne, attire du monde et de gros partenaire voulant juste faire bonne figure auprès des nombreux petits.

    Maintenant aux joueurs de faire leur boulot et de sauver le club d une relegation sportive et a HQ de trouver un directeur sportif digne de ce nom. J espere en tout cas qu il a compris que boobio ou soos ne faisait pas l affaire. A leur décharge j avoue avoir été satisfait comme beaucoup d autre du recrutement de l été passé contenu de la situation a l epoque mais les résultat et les performances parfois honteuse de l equipe cette année m ont donné tort et terriblement deçues. Les joueurs ont une grosse part de responsabilités dans la débacle actuelle et je pense comme très peu d entre nous qu ils ont le niveau de super league….. heuuu pas tous peut etre mais une bonne partie des titulaires quand même. Alors au boulot les gars svp, si j bossais comme vous mon boss m aurait virer depuis longtemps…

    A+

    J’aime

      1. +1000000 Joel Le pire c est que HQ va gentiment quitter le raffiot en passant pour la victime et en étant le héros de service….

        Incroyable de voir les gens aussi passifs auprès d un président menteur depuis 1an promettant de grands joueurs et investisseurs censés venir depuis 1 an .HQ ferait cela en Turquie ou au Brésil il serait déja menace de mort depuis longtemps.

        PAROLE PAROLE PAROLE mais il est aussi intouchable que Berlusconi
        incroyable

        J’aime

      2. +1 Kufrin.
        Cette passivité des supporters me choque. Bcp trouvent des excuses ou des justifications pour défendre un président qui n’a, à ce jour, absolument rien prouver de significatif, si ce n’est se trouver à tous les niveaux dans le rouge avec notre club.
        J’essaie de comprendre et je me dis que ce soutien indéfectible (alors même que nous sommes vraiment très proches d’une relégation sportive et d’une faillite), vient de l’élan de sympathie naît il y a un an pour ce sauveur. Par l’optimisme qui se veut rassurant pour aider à mieux vivre cette situation. Par la peur du mécénat eu égard aux mauvaises expériences passées et la confiance sans fin en un président plus modeste à l’identité plus locale. A la douce naïveté de croire les belles paroles et de se laisser convaincre par un sourire à l’apparence sincère et innocent. A l’identité de supporter qui fait que l’on doit supporter son club et être derrière quoiqu’il arrive et surtout ne pas le critiquer. A la réaction affective qui en découle (je ne souviens que la plupart des supporters grenat défendaient Pishyar avant que les tristes vérités éclatent au grand jour).

        J’aime

  14. Pas de licence en première instance, ça c’est plus ou moins normal. Il y a peu entre 20 et 25 repreneurs ou investisseurs susceptibles étaient en lice, après selection, il n’en reste plus que 4. HQ doit se dépêcher de trouver un ou des partenaires ou repreneurs en restant président ou pas.

    J’aime

    1. La différence DC c’est qu’on est froidement réaliste et conscient de l’ampleur de la tâche qu’à relevé HQ. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’oeil en arrière. Je remonte aux années 80, soit depuis l’époque où je suis le sfc :
      Donc dans les années 80, on avait Lavizzari avec un budget confortable et une gestion bling bling très en vogue a l’époque. Lavizzari aura mis pas mal d’argent de sa poche mais était bien aidé par la Placette, via la famille Maus et Mme en particulier.
      Ensuite y’a eu Warluzel qui reprenait le club pour sa gloire personnelle et qui l’amenait au bord de la faillite en à peine deux ans. Au passage, on peut quand même imaginer que ce dernier connaissait bien la finance genevoise. Puis on a eu Ambrozzini (plus sûr du nom) qui a maintenu le club à flot tant bien que mal, alors que venant lui aussi de la construction, le secteur était en pleine crise. Résultat le club était toujours au bord de la faillite. Me souviens à ce propos d’un défilé « sauvons Servette » sous une pluie battante et avec un cortège de 300 personnes environ. Puis y’a eu Weiler, le rayon de soleil de l’histoire tourmentée du Club qui épongera de sa poche les 16 mio de dettes et assumera à lui tout seul ou presque le budget du club. Après y’a eu Canal+ et sa gestion à la Trottignon. Magouilles diverses et partenaires locaux séduits puis fâchés.
      Ensuite l’étoile filante Cohencas dont personne n’aura compris ce qu’il était venu faire ici mais aura eu le mérite de ne pas insister. Ensuite le binôme Luscher/Roland. Le premier pour la gloriole et quand même une passion pour le club (si si) et le deuxième pour défendre les intérêts de Jelmoli dans le dossier stade/centre commercial. Malgré une forte réduction des dépenses via un coup de balai dans l’effectif, un bon réseau dans l’économie genevoise, un stade neuf presque fini, le transfert de Sanderos et des résultats sportifs honorables, le club est de nouveau quasi en faillite faute de soutien avant que pigeon Roger débarque avec sa grande gueule de provencial et nous monte un fc Hollywood à coup de millions qu’il n’a pas. Cette fois le club tombe définitivement en faillite.
      Puis Vinas reprend un club que personne ne veut assure la montée en LNB et arrive même à mettre un petit pécul de côté grâce au transfert d’Esteban puis remet le club à Physhar sous la pression populaire et les insultes. La suite tout le monde la connait.
      J’ai énuméré tout ça de mémoire hein, y’a peut être des inexactitudes !
      Quoi qu’il en soit l’histoire plus ou moins récente du club démontre qu’il est quasiment impossible sans mécène de réunir un budget sportif de 10 mio pour vivre convenablement en LNA. Le tissu économique genevois ne suit pas ou si peu.
      J’ajouterai pour en rajouter une couche qu’avec 5 mio, Soos n’a pas fait un si mauvais boulot que ça. Même si il aurait dû engager deux joueurs chevronnés à la place d’une ribembelle de jeunes coqs. Mais certains ont été engagés pour compenser l’avalanche de blessures du début de saison, faut pas l’oublier non plus.
      Bref, j’espère toujours que Quennec réussira là ou tant d’autres ont échoué, mais de nouveau, je vois pas comment on peut lui reprocher d’essayer.

      Le texte est consistant, bravo à ceux qui sont arrivés jusque lá !

      J’aime

      1. Excellente synthèse. C’était Richard Ambrosetti. Son entreprise a réussi à faire faillite… avant le Servette FC … C’est pour l’histoire…

        C’est pour cela que seul un projet « socios » réaliste et raisonnable est viable à long terme. Le monde a changé et je ne crois plus à l’existence d’un mécène qui a tellement d’argent qu’il peut en perdre avec une passion comme le Servette FC.

        Un nouveau modèle économique est à créer, à essayer au moins.

        J’aime

      2. Très bonne synthèse également. Comme le dit Monsieur Chermillot, une implication plus forte du public fidèle, sous la forme de socios, peut avoir un impact plus intéressante. De toute façon, il faut arrêter de se leurrer. Le temps où le championnat suisse savait attirer des joueurs internationnaux comme Rummenige, voir Stielicke est terminé. Si on arrive à faire venir dans notre championnat un ancien joueur international d’une grande équipe nationale, c’est déjà le bout du monde. Dans ce cas c’est seulement et uniquement pour une pré-retraite confortable, comme pour Gattuso et en vue d’une reconversion. Seul des troisième voir des quatrième couteaux étrangers peuvent venir chez nous. Donc le budget actuel du Servette correspond à la taille de notre championnat et à la réalité du soutien économique que notre club peut espérer.

        J’aime

      3. @Valid : excellente synthèse de l’historique de la présidence de ces presque 30 dernières années. En regard de celle-ci, on peut à mon sens relever 2-3 points. Les solutions qui semblent les seules viables sont les suivantes :
        1. Reconstruire avec un projet cohérent en exploitant le potentiel économique (investisseurs, entreprises, financiers) de Genève. Le projet Quennec en quelque sorte, auquel j’adhère pour ma part et que je considère comme la meilleure des 3 options. Problème? Quennec n’y arrive pas aujourd’hui. Est-ce la faute du canadien? Celle de Genève et des entreprises pas intéressées? Je pense que la réalité se situe entre les 2. Certes, la tâche qui consiste à se rapprocher de la ville et à draguer le potentiel économique est particulièrement difficile. Et cela pour plusieurs raisons déjà citées. L’image du club et de ces années de déconvenues n’aide de surcroît pas. Mais, Quennec n’a pas fait au mieux. Outre la gestion sportive catastrophique, le club manque de transparence, de cohérence, de connaissances du milieu et de compétences (Bobbio pour ne citer que lui…). Il ne parvient pas à véhiculer une image positive et peine dans le marketing et la communication. Ça n’aide pas.
        La solution? Que Quennec parvienne en fin de semaine à ENFIN conclure un partenariat financier significatif et à hauteur de plusieurs millions avec un partenaire important. Comme il l’a toujours promis avec confiance depuis le début. Soit vendre le club à un nouveau repreneur qui a un projet solide, de la connaissance et de la compétence dans le milieu, et des moyens.

        2. Le mécénat : Contrairement à ce que bcp disent, il existe encore. Et même énormément dans le monde du football d’aujourd’hui. Ce mécénat peut provenir d’un groupe ou d’une marque. Il ne faut pas confondre Pishyar-Roger avec mécénat. Mais plutôt prendre l’exemple de Weiler. Tous ne sont pas des escrocs. Et des Weiler, paix à son âme, il n’en existe pas qu’un.
        Solution : il faut pour cela que Quennec analyse avec sérieux toutes les candidatures de reprise du club. Et, surtout, qu’il soit réellement prêt à leur lâcher le club. Je pense sincèrement qu’il ne priorise pas cette option, car il veut rester à la tête du club. Pourquoi? Parce qu’il a un intérêt à suivre son propre projet.

        3. Le projet socios : il a plusieurs avantages. Mais je pense effectivement qu’il serait difficilement viable pour un club voulant jouer l’élite du football suisse. Je pense que cette option est très intéressante et apporter sa quintessence à partir du moment où elle est intégrée à l’option 1. Problème : Quennec ne veut rien en savoir. Pourquoi? Car, de nouveau, il veut suivre son propre projet…

        J’aime

      4. Le point 1 : j’y crois pas vraiment ou sur la durée à l’image de ce qui c’est fait pour le hockey.
        Ce qui me laisse perplexe, c’est que même lorsque l’image du club était au top du top soit au moment de ce sauvetage inespéré, pratiquement aucune entreprise n’ont réagi et soutenu le club.
        En plus, les résultats sportifs qui ont suivi étaient au delà de toutes les espérances et malgré tout rien ou presque (encore merci à GHI et les quelques nouveaux sponsors quand-même).

        Le point 2 : un mécène comme Weiler ça court pas les rues. Je pense à Sven Hotz de Zurich qui aura su préparer son départ et mené une politique intelligente durant son règne.
        Un gars qui met les ronds et qui organise suffisamment le club pour survivre à son départ, ce serait un rêve. Mais c’est une denrée très rare.

        Le point 3, j’ai déjà donné mon opinion là-dessus et je n’y crois pas.

        J’aime

      1. @Edwin : à propos de quoi ?
        @ M. charmillot : malgré les apparences, je respecte votre engagement et votre dévouement à notre club, mais je ne crois pas du tout au projet de socios, peut-être pour un club en 1ère ligue, mais guère plus. Avec ce projet, vous risquez surtout un destin à la Vinas.
        Ce n’est que mon avis.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :