Les Enfants du Servette


Gunvor, sponsor nébuleux du SFC? by Julian Karembeu
25 avril 2014, 11:26
Filed under: Parlons Servette

 Gunvor

Image: GEORGES CABRERA/RIA NOVOSTI

Le Servette FC et le Genève Servette Hockey Club seront-t-il touchés par les Tensions entre Moscou et Washington? Suite à de possibles investissements de Vladimir Poutine dans Gunvor et ses liens d’amitiés avec Gennady Timchenko, l’un des fondateurs de la société, les USA sont sur les dents. Enquête.

Alors que Servette a mal à son football et peut-être aussi à ses finances, le crise géopolitique en Russie pourrait influencer négativement le projet de développement du club voulu par Hugh Quennec. En effet, il se pourrait fort que l’un des principaux sponsors du GSHC finance également le Servette FC, mais de manière anonyme pour le moment. Le président servettien se veut, pour l’heure, rassurant…

Gunvor?

Gunvor est une entreprise de commerce d’énergie enregistrée à Amsterdam et dont les principaux centres opérationnels sont basés à Genève et Singapour. Elle est spécialisée dans le commerce, le transport et le stockage de produits pétroliers et autres produits issus de l’industrie pétrolière. Elle est le troisième trader de pétrole brut au monde après Glencore et Vitol.

Elle a été créée en 1997 par Gennady Timchenko et Torbjörn Törnqvist. La société a lancé ses activités à Genève en 2003.

Selon le Financial Times, la société était jusqu’en 2007 un « acteur de niche » du secteur pétrolier, spécialisé dans l’exportation de pétrole russe via l’Estonie et dont les opérations reposent sur le savoir-faire de ses deux fondateurs, spécialistes du marché russe et des infrastructures de transport.

Torbjörn Törnqvist et Gennady Timchenko

Torbjörn Törnqvist est un homme d’affaires suédois né en 1953 et spécialiste du secteur pétrolier. Il a notamment occupé des fonctions importantes chez BP. Gennady Timchenko est un ressortissant finlandais né à Leninakan en Arménie soviétique en 1952. Lors de la perestroika, il a été l’un des premiers à exporter du pétrole russe vers l’Europe de l’Ouest, à partir de la raffinerie de Kirichi (région de Léningrad).

En 2007, Gunvor exportait 83 millions de tonnes de pétrole et de produits pétroliers (60 millions de tonnes en 2006) et, selon une interview de Torbjörn Törnqvist dans le magazine d’affaires suédois « Affars Valden », les objectifs de Gunvor pour 2009 étaient compris entre 110 et 115 millions de tonnes pour un chiffre d’affaires de 43 milliards de dollars.

Le chiffre d’affaires de la société était d’environ 70 milliards de dollars en 2008, et de 50 milliards en 2009. En 2013, le chiffre d’affaire se situerait aux alentours de 100 milliards de dollars par an…

Liste noire

Après l’inscription de Gennady Timchenko, cofondateur du groupe de négoce basé à Genève sur la «liste noire» des sanctions économiques américaines à l’encontre des proches du Kremlin, un proche de la direction de Gunvor assure que c’est «c’est business as usual». Gunvor reste cependant «en communication permanente avec ses banques», en particulier les banquiers genevois octroyant les prêts sans lesquels son commerce de matières premières se verrait mis à mal…

Le groupe semble donc «en communications permanentes» avec ses 70 banques. De Goldman Sachs à Bank of China, en passant par le Credit Agricole, tout le gotha de la finance a travaillé pour Gunvor. Sur les emprunts de 500 millions à 1,5 milliard de dollars que la quatrième maison de négoce pétrolier au monde contracte régulièrement sur les marchés. Ou sur les centaines de crédits nécessaires au déplacement de chacune de ses cargaisons.

«Tant que la société n’est pas sous sanctions, il n’y a pas vraiment de raison d’arrêter de la financer», raisonne pourtant Olivier Jakob, responsable du bureau d’analyse Petromatrix à Zoug. Une remarque qui rappelle que c’est Gennady Timchenko, cofondateur de Gunvor, qui est visé par les sanctions de Washington – notamment le gel de son patrimoine aux Etats-Unis. Et non Gunvor.

Ces derniers mois, Gennady Tim­chenko avait surtout fait parler de lui pour son grade de chevalier de la Légion d’honneur, attribué par Paris. Ou pour les actions philanthropiques à Genève de sa fondation Neva. Afin de protéger sa société des actions américaines, il a transféré d’urgence mercredi ses 45% de Gunvor à Torbjörn Törnqvist, celui avec qui il a fondé le groupe en 1997.

Tensions entre Moscou et Washington

«En 2009, quand Timchenko avait attaqué The Economist sur l’évocation de ses liens avec Poutine, plusieurs banques avaient ordonné de sortir de la relation avec Gunvor», selon un ancien du secteur. Avant d’ajouter que «d’autres avaient pris le relais, exigeant un tarif plus élevé». De même, la relation avec BNP Paribas – un temps l’un des principaux bailleurs de fonds de Gunvor – tourne au ralenti depuis deux ans; même si un document interne de 2012 montre que la banque ne croit guère aux liens supposés avec Vladimir Poutine.

Dans le cas de Gunvor, le poison du doute est instillé par le Trésor américain, selon qui «le président Poutine a des investissements dans Gunvor». Des allégations qui balaient des années de démentis d’un groupe longtemps focalisé sur l’exportation de brut russe. «Tout simplement 100% erroné», répète un porte-parole. Avant de souligner que ces affirmations sont «démenties par le travail des banques – comme Goldman Sachs et Credit Suisse – et des maisons d’audit qui ont […] accompagné nos emprunts sur les marchés et testé les aspects juridiques de notre actionnariat». Toujours est-il que Washington a bloqué les comptes  de Guennadi Timtchenko et annulé toutes ses transactions outre-Atlantique, un geste que l’Union européenne et la Suisse n’ont pas imité.

Proféré par Washington, le soupçon devient une arme qui pourrait agiter une autre caste de banquiers: ceux qui gèrent une partie de la fortune de ce résident genevois, estimée à 15 milliards de dollars par le magazine Forbes.

Secoué, le géant pétrolier Gunvor envisage de «diversifier» son capital. Depuis dix jours seul maître à bord du groupe de négoce basé à Genève, Torbjörn Törnqvist indique à l’agence Bloomberg qu’il pourrait bientôt rechercher de nouveaux partenaires

Quennec soutien Guennadi Timtchenko
Quelles sont les conséquences en Suisse et notamment pour le Genève-Servette Hockey Club (GSHC), sponsorisé par Gunvor, une société de négoce fondée par Timtchenko? Son ami et président du GSHC Hugh Quennec a réagi début avril dans la Tribune de Genève.

Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que Guennadi Timtchenko était sanctionné par les Américains?

Vous savez, Guennadi Timtchenko ne correspond pas du tout à l’image qu’on se fait d’un oligarque. Il est discret, presque timide, généreux et cultivé, amateur d’art et de musique. Il a sûrement connu Poutine. Tous les grands industriels fréquentent les gouvernements, aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse, sans que cela pose problème. En Russie par contre, c’est tout de suite suspect. Et maintenant, que va-t-on dire? Que Poutine dit à McSorley (ndlr: l’entraîneur du GSHC) comment composer l’équipe? Suite aux sanctions, M. Timtchenko n’est aujour­d’hui plus actionnaire de Gunvor, alors les relations de partenariat se font avec son ancien associé Torbjörn Törnqvist (ndlr: l’autre fondateur de Gunvor).

Tout de même, les Etats-Unis sont la première puissance mondiale. Cela ne vous pose-t-il pas un problème?

Je ne peux croire à leurs accusations. J’ai renoncé à des millions de francs pour l’équipe de football du Servette car je ne faisais pas confiance aux sponsors. Avec Gunvor, aucun problème. L’entreprise traite avec de nombreuses banques dans le monde entier. Ces entités ont des procédures de «compliance» très élevées. Le marché s’autocontrôle; Gunvor est une entreprise hyperrégulée.

Quand avez-vous rencontré Timtchenko?

Il y a environ quatre ans. Le courant est tout de suite très bien passé entre nous. Je connais aussi bien Torbjörn Törnqvist. Ils sont tous deux de grands fans de hockey. Au début, Gunvor voulait faire du mécénat sans être visible en retour. J’ai dû presque insister pour leur donner une loge. Guennadi et Torbjörn viennent souvent voir les matches. Gunvor y invite fréquemment des clients, des partenaires, des banquiers. Deux fois par an, ils réservent entre 50 et 100 places pour des occasions spéciales. C’est quand ils ont vu que d’autres entreprises de négoce figuraient parmi les sponsors (ndlr: aujourd’hui Vitol et Cargill sponsorisent également le GSHC) qu’ils ont demandé à aussi être visibles.

Le partenariat avec Gunvor est-il remis en question?

Non, il n’est pas remis en question car j’ai pleine confiance en Gunvor et Timtchenko.

Et le groupe fait-il partie des principaux sponsors du club?

Oui. Il n’y a, cela dit, pas de sponsors qui se détachent vraiment; nous avons environ 200 entreprises partenaires.

Gunvor fait-elles partie des trois principales?

Oui. Mais je ne vais pas donner de chiffres plus précis.

Si Gunvor se retirait, cela mettrait-il le club en péril?

Il faudrait procéder à d’importants ajustements. Cela dit, Guennadi Timtchenko ne souhaite pas que le club soit trop dépendant d’une entreprise. Il pourrait faire du GSHC, le quatrième plus petit budget de la ligue, une équipe au budget colossal et nous faire gagner chaque année, mais ce n’est pas son but. Il est favorable à la diversification pour solidifier le club et voit l’arrivée parmi les partenaires d’autres sociétés de négoce d’un très bon œil. Il préfère soutenir le Geneva Future Hockey Challenge, une compétition pour jeunes qui s’est déroulée ce week-end aux Vernets. Nous sommes en train d’organiser un tournoi de hockey international pour handicapés et pour femmes à Genève.

Le contrat du GSHC avec Gunvor est rediscuté à quelle fréquence?

Tous les trois ans. On vient d’ailleurs de le renouveler.

Pourquoi Timtchenko a-t-il choisi de s’installer à Genève?

Je crois qu’il apprécie la qualité de la vie, le fait de pouvoir se promener en toute tranquillité dans la rue. Les conditions-cadres ont longtemps été bonnes aussi pour Gunvor. Cela dit, les sociétés de négoce avec qui je discute disent être très sensibles à la dégradation des conditions-cadres et elles sont connues pour déménager facilement.

Lien vers les articles :

Pierre-Alexandre Sallier, Sylvain Besson/Richard Etienne, Pierre Ruetschi et Christian Maillard/Julian Karembeu


34 commentaires so far
Laisser un commentaire

Mouais, l’article nous apprend pas grand chose de nouveau si ce n’est que de spéculer sur éventuel soutien de gunvor au sfc. Je rapel que timtchenko n’a plus d’action chez gunvor. Il ya d’ailleurs un reportage de mise au point (rts) exactement sur le sujet (gunvor et le sponsoring), diffusé il y a quelques semaines.

J'aime

Commentaire par Sven

L’idée de Julian n’était pas d’apporter un scoop mais de résumer ce qui est déjà connu, en attendant que d’autres informations suivent peut-être…

J'aime

Commentaire par Germinal Walaschek

Exactement…

J'aime

Commentaire par Julian Karembeu

Dans ce cas, l’article résume, a mon sens, bien la « problématique ». Mais jusqu’à preuve du contraire elle ne concerne (en tout cas pour le moment ) en rien le sfc.

J'aime

Commentaire par Sven

Ça, on n’en sait rien…

Quennec est comme ses amis russes, complètement opaque…

J'aime

Commentaire par Julian Karembeu

Si l’argent provient de Timchenko directement, le problème peut être le même (pure spéculation, pas taper).

Ceci dit, il n’y a pas encore de problème, donc pas de raison de s’affoler (d’autant plus que nous ne sommes pas sûrs qu’il mette de l’argent chez nous. Cela n’empêche pas d’être conscient que des événements plus ou moins lointains peuvent avoir un impact sur l’avenir de notre club.

J'aime

Commentaire par NF

c’est dommage de ne faire qu’un copier-coller des articles publiés il y a plusieurs jours dans les journaux.

il aurait été plus sympa de faire une analyse « en quoi ça concerne Servette? quels sont les risques? ».

J'aime

Commentaire par Vinas

Ça m’a déjà pris une heure à trier les informations et faire les recherches. Il faut déjà exposer les faits avant toute chose. Mon temps n’est pas extensible à l’infini…

Pour le reste, je vous laisse débattre…

J'aime

Commentaire par Julian Karembeu

Bon résumé. Ceci dit rien ne dit que Timchenko met de l’argent dans le foot. Le mieux informé ici semble être M. Charmillot, j’attends toujours ses éclaircissements.

J'aime

Commentaire par valid

Il ne faut pas espérer de confirmation officielle de qui que ce soit. Il y a des bruits, plus ou moins insistants. On fait des recoupements entre ces bruits, on réfléchit et on déduit. Beaucoup d’infos sont validées ainsi.

Quennec a voulu bâtir pour le foot le même mur d’opacité que pour le hockey. Il a juste oublié (ou ne sait pas) que même, si elle n’est pas très développée, il y a une réelle culture foot à Genève et que les infos circulent. Verrouiller l’information est donc bien plus compliqué qu’au hockey.

J'aime

Commentaire par NF

Y’a quand même une différence entre émettre des hypothèses et affirmer que tout l’édifice Quennec repose sur un seul donateur.

J'aime

Commentaire par valid

Mais personne ne dit qu’il n’y a qu’un seul donateur…

J'aime

Commentaire par Julian Karembeu

Comme vous le savez, dépendre d’un seul donateur implique une prise de risque telle que tout s’effondre lorsque celui-ci disparaît.

Alors on pas la même compréhension de cette phrase…
Après il s’est peut-être mal exprimé ou c’est moi qui est pas bien compris, va savoir.

J'aime

Commentaire par valid

etre trop ne serure pas . Alors pouvoir voir 2 mois cependant avez avoir patience. Non il avoir ne confiance pas?

J'aime

Commentaire par Nikolas Tamere

C’est du langage Yoda ? 🙂

J'aime

Commentaire par valid

…qu’avec toi oui la force soit!

J'aime

Commentaire par Constant Denlevret

De toutes les infos glanées à gauche à droite, on peut imaginer aussi que SOCAR (clan Aliev, Azerbaidjan) se profile aussi comme un donateur pour l’instant discret.

J'aime

Commentaire par Prénom Fictif

Probablement qu’ils préparent le lancement de leur section maritime : Socar Naval 🙂 Le cirque Knie semble aussi intéressé 🙂

Autrement je viens d’avoir une illumination à propos du « projet SFC », ou du moins d’en trouver le fil conducteur!

Quand HQ dit qu’il a connu Timotchenko « Il y a environ quatre ans. Le courant est tout de suite très bien passé entre nous. » ça a fait tilt ! Dans mon cerveau également. le courant est tout de suite passé, je me suis souvenu des intronisations de Jenkins, Zubi, Favre, et j’en passe !

Nous avions pourtant tous les indices devant nos yeux, mais encore fallait-il connaître le foot !

Voici la vérité : le fil conducteur est tout simplement Hugh Quennec, c’est un fil conducteur HUMAIN, ça c’est l’apothéose du modernisme ! Qui que tu sois, tu lui donnes la main et le courant passe immédiatement !

Bon week-end à tous les grenats !

PS:la situation actuelle, vaut mieux en rire qu’en pleurer.

J'aime

Commentaire par Manu

hahaha je suis lent à la détente, je viens de comprendre Socar Naval.. pas mal)))

J'aime

Commentaire par Prénom Fictif

Le résumé de Quennec: Un mec pétri de bonnes intentions mais qui ne sait pas s’entourer ? Bizarre, pour un type qui a l’air si brillant..

J'aime

Commentaire par Prénom Fictif

SOCAR était plutôt le candidat au rachat des 2 clubs (GSHC, SFC) éconduit par HQ et McSorley.

J'aime

Commentaire par Vinas

Quennec a ce pouvoir de passer toujours pour l’homme des bonnes intentions qui ne sait pas s’entourer. Un naïf, quoi?
Un peu trop simpliste à mon sens pour un président qui doit sans doute avoir bien plus d’intentions qu’il ne le dit, et qui n’est dans aucune doute pas tombé là par hasard, naïvement.

J'aime

Commentaire par GrenatDC

Si Timotchenko and co sont derrière le SFC ils devraient avoir les moyens(les millions) de tenir le club à flot en SL…!?

J'aime

Commentaire par charloc3

Effectivement…
Cela ne devrait pourtant pas être un problème pour eux. Mais comme tout est et sera toujours opaque, impossible de le savoir.

J'aime

Commentaire par GrenatDC

Eh bien ils n’en ont visiblement ni l’envie, ni l’intérêt..

J'aime

Commentaire par Prénom Fictif

Attention à ne pas prendre ses désirs pour la réalité. Que Timchenko aide le club, ça ne veut pas dire que l’argent tombe du ciel, c’est généralement quelque chose de plus « cadré ».

Timchenko peut très bien mettre 2 millions par année, pour nous permettre d’avoir une équipe candidate à la LNA avec des revenus de LNB (engagement de Margairaz à Noël, par exemple).

Après, c’est aussi au club de bien se gérer, de prendre les bonnes décisions, pour que cette aide serve comme déclencheur à une spirale positive, amène de bons résultats, du monde au stade, etc…

Tout ce qu’on a loupé cet hiver, en gros.

J'aime

Commentaire par Vinas

Très bon article, mais trop parano a mon goût et cela n engage que moi 

J'aime

Commentaire par Marco Anderson

pas besoin de tous ces ploucs pour mener à bien le Servette FC!

J'aime

Commentaire par adri85

merci Julian

HS -il y a un match lundi – bon weekend

http://www.fcvaduz.li/Aktuell/News.aspx?shmid=395&shact=-2057565075&shmiid=EgNH77YmpvI__eql__

J'aime

Commentaire par Tom

Hopp Servette !

J'aime

Commentaire par Michel

HS: mi-temps Chiasso 2-0 Schaffouse

J'aime

Commentaire par Marco Anderson

Ben voilà. Les sanctions contre Timchenko sont tombées. Si tout est en Russie comme il l’affirme, Quennec pourrait bien connaître quelques soucis

J'aime

Commentaire par NF

dukan dieting

Gunvor, sponsor nébuleux du SFC? | Les Enfants du Servette

J'aime

Rétrolien par dukan dieting




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :